L’industrie maritime fait pression pour des «  mesures basées sur le marché  » pour aider à atteindre les objectifs de décarbonisation – gCaptain

Plusieurs des principales organisations mondiales de transport maritime appellent les dirigeants mondiaux à examiner d’urgence le rôle des mesures dites basées sur le marché (MBM) pour garantir que les objectifs de décarbonation ambitieux sont atteints dans l’ensemble de l’industrie mondiale du transport maritime.

L’appel précède le sommet des dirigeants du président Biden sur le climat (prévu du 22 au 23 avril), considéré comme un précurseur essentiel de la COP26 et du Comité de la protection du milieu marin (MEPC) de l’OMI.

Les organismes maritimes, notamment BIMCO, Cruise Lines International Association, International Chamber of Shipping, World Shipping Council, ainsi que d’autres groupes industriels, ont soumis une proposition à l’Organisation maritime internationale (OMI) appelant l’organisme de réglementation maritime de l’ONU à faire avancer les discussions autour des MBM de plusieurs années. Ces mesures seront essentielles pour inciter la transition de la flotte mondiale vers de nouveaux carburants et technologies, qui seront plus chers que ceux en usage aujourd’hui, selon les groupes.

Les mesures fondées sur le marché sont essentiellement une taxe ou un autre instrument financier ou de marché, généralement utilisé pour atteindre des objectifs environnementaux.

« Les MBM mettent un prix sur les émissions de CO2 pour fournir une incitation économique pour un secteur à réduire ses émissions en réduisant l’écart de prix entre les combustibles fossiles et les carburants zéro carbone », a déclaré l’ICS dans un communiqué de presse sur la proposition. «Les dirigeants du secteur maritime estiment que le moment est venu pour les États membres de l’OMI de considérer le rôle des MBM afin que des mesures puissent être élaborées et mises en œuvre pour faciliter l’adoption de technologies zéro carbone et de navires zéro carbone commercialement viables.

Les organisations de transport ont déjà proposé un fonds de recherche et de développement de 5 milliards de dollars pour aider à accélérer les carburants et les technologies zéro carbone dans l’industrie du transport maritime, qui a pris de l’ampleur ces derniers temps. Le fonds serait géré par une organisation non gouvernementale supervisée par l’OMI connue sous le nom de «Conseil international de recherche et de développement maritime» et financé par un «Fonds international de recherche maritime (FMI)» d’un montant obligatoire de 2 dollars par métrique de carburant marin consommé par chaque bateau.

La réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant du transport maritime est considérée comme essentielle pour atteindre des objectifs ambitieux de lutte contre le changement climatique. Une étude de 2018 a montré que l’industrie du transport maritime représentait 2,89% des émissions totales de carbone dans le monde, une légère augmentation par rapport à l’étude précédente de 2012.

«Des MBM justes et équitables sont une option politique viable pour passer aux nouveaux carburants et technologies qui seront nécessaires pour éliminer les émissions de GES dans le secteur», ont déclaré les organisations de transport maritime dans un communiqué conjoint. «Nous nous associons à des collègues de l’industrie pour exhorter les Nations Unies et les gouvernements nationaux à donner la priorité aux discussions sur les MBM afin de garantir que le transport maritime reste sur la bonne voie pour atteindre les objectifs vitaux de décarbonation.»

«La décarbonisation du transport maritime international dépendra des parties prenantes hors secteur développant des technologies et des carburants zéro carbone disponibles sur le marché et le secteur maritime aura besoin des technologies pour les utiliser. L’urgence du défi nécessite un leadership et une approche correctement coordonnée pour catalyser et inciter la transition vers un secteur zéro émission », ont ajouté les groupes maritimes.

En 2018, l’OMI a adopté une stratégie initiale visant à réduire les émissions annuelles totales de GES du transport maritime international d’au moins 50% d’ici 2050, par rapport aux niveaux de 2008. La stratégie initiale devrait être finalisée en 2023.

Connexes: les États-Unis s’associent à l’effort de décarbonisation du transport maritime mondial

Vous pourriez également aimer...