Catégories
Actualités maritimes

Simec Atlantis en pourparlers avec le gouvernement britannique pour la prochaine phase de MeyGen

Simec Atlantis a informé des discussions en cours avec le gouvernement britannique concernant les mécanismes de soutien nécessaires à l’expansion du projet d’énergie marémotrice MeyGen.

Photo de la turbine marémotrice AR1500 de Simec Atlantis utilisée dans le projet MeyGen (Gracieuseté de Simec Atlantis)
Photo de la turbine marémotrice AR1500 de Simec Atlantis utilisée dans le projet MeyGen (Gracieuseté de Simec Atlantis)

Dans une mise à jour opérationnelle, Simec Atlantis a déclaré qu’il continuait à travailler avec le gouvernement britannique pour sécuriser les mécanismes de soutien nécessaires pour permettre le déploiement ultérieur de la technologie des courants de marée, en particulier la prochaine phase du projet MeyGen.

Une fois opérationnel, le projet sera le plus grand réseau de marées jamais construit et continuera d’être à la fois un pionnier et un produit phare pour l’industrie et la technologie à l’échelle mondiale.

«Nous prévoyons que la construction de MeyGen ouvrira d’importantes opportunités internationales pour d’autres projets et poursuivra la réduction du coût actualisé de l’énergie de la production marémotrice vers celui de formes plus établies de production renouvelable», Simec Atlantis a déclaré dans un communiqué.

Le gouvernement britannique a indiqué qu’il annoncerait les détails des mécanismes de soutien cet été, le tour des enchères ayant lieu vers la fin de l’année, selon Simec Atlantis.

Sur le plan opérationnel, MeyGen continue de fournir un apprentissage essentiel pour aider à la conception et au développement des futurs projets de l’entreprise. Actuellement, trois des turbines ont été déplacées dans l’atelier de Nigg pour permettre à l’équipe de terminer les travaux de service à terre, selon Simec Atlantis.

La société s’attend à ce que l’une des turbines soit remise en service très prochainement, les deux autres devant être rendues plus tard dans l’année, une fois les travaux de maintenance terminés.

Le réseau de marée de démonstration Raz Blanchard

Le développement du projet du réseau de démonstration Raz Blanchard de Simec Atlantis, situé entre Aurigny et la France, progresse bien car il cherche à faire varier les consentements et les permis existants sur le site afin de permettre le déploiement de la prochaine génération de l’hydrolienne de Simec Atlantis.

On dit que la turbine est conçue pour permettre une réduction progressive du coût actualisé de l’énergie provenant de la production marémotrice.

Le projet comprendra quatre turbines, connectées via un hub sous-marin, avec un seul câble d’exportation vers le rivage.

Le hub sous-marin a maintenant fait ses preuves grâce à son installation réussie à MeyGen en 2020 et la conception de la baie mettra en œuvre les leçons tirées de ce déploiement, a déclaré Simec Atlantis.

Selon la société, des études supplémentaires sur les sites offshore sont prévues pour le deuxième trimestre de 2021, ce qui permettra une modélisation plus détaillée des ressources requise pour la conception détaillée spécifique au site.

En outre, Simec Atlantis a salué la législation française récemment annoncée, qui devrait contribuer à fournir le soutien des revenus nécessaire grâce à un contrat d’achat d’électricité compétitif pour le projet.