Catégories
Actualités maritimes

Transocean est le plus grand perdant de la décennie

Le Transocean Winner est chargé sur le OHT Hawk immergé dans la baie Broad de l'île de Lewis. Photo: MCA

Avec COVID19 faisant des ravages dans le marché boursier, vous pourriez penser que le stock de voyages ou de tourisme pourrait être les plus grands perdants de la dernière décennie. Mais, selon un nouveau rapport de Kiplinger, nous sommes toujours techniquement dans une course de taureaux de onze ans. De nombreuses entreprises continuent de gagner de l'argent, mais les plus grands perdants, comme Transocean, ont perdu gros.

Avec une valeur marchande actuelle d'environ 1,5 milliard de dollars, Transocean a baissé de 95,1% au cours des onze dernières années.

«Les producteurs de schiste à terre souffrent de nos jours. Mais la beauté des jeux de schiste est qu'ils sont relativement faciles à activer ou désactiver lorsque la demande le justifie », explique Charles Lewis Sizemore, écrivain collaborateur de Kiplinger. «Ce n'est pas si cher de forer un nouveau puits et la production diminue rapidement. Tant que vous êtes bien capitalisé, un bon producteur de schiste peut survivre sur ce marché… Cela nous amène à Transocean (RIG, 2,44 $), un foreur offshore de premier plan. »

Transocean est spécialisée dans l'exploitation de grands navires de forage exploratoires et de plates-formes pétrolières capables de forer des eaux ultra-profondes hautement techniques.

Les actions de Transocean ont chuté depuis la perte de la plate-forme pétrolière offshore de la société Deepwater Horizon, il y a dix ans, mais cette tragédie et la chute des prix du pétrole ne sont pas les seuls facteurs de la disparition de la société. Les mauvaises décisions de gestion sont également à blâmer étant donné que l'entreprise a construit beaucoup de nouveaux aciers au cours de la décennie précédente et aujourd'hui, la demande pour cet acier est faible car les approvisionnements frais peuvent être facilement produits à terre à une fraction du prix. Pour qu'ils puissent monter une reprise, les prix de l'énergie devraient grimper considérablement plus haut.

Alors, avec le stock de Transocean à son plus bas historique, est-ce le bon moment pour investir? Pas nécessairement. «L’agence de notation de crédit Moody’s figure sur la liste des entreprises du secteur de l’énergie les plus vulnérables au défaut de paiement de leur dette au cours des deux prochaines années», explique Matthew DiLallo, analyste chez Motley Fool. «Parmi ceux qui ont un crédit à crédit, c'est la dette qui arrive à échéance la plus élevée au cours de cette période, à 4,3 milliards de dollars.

Les gourous de l’investissement de Motley Fool, David et Tom Gardner, sont d’accord. Ils croient "qu'il y a dix valeurs énergétiques qui valent la peine d'investir aujourd'hui, mais … Transocean n'en fait pas partie!"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *