Pontus, Sous-marin, découvrez le jargon de la marine

Pontus, Sous-marin, découvrez le jargon de la marine

L’éventail des professions maritimes est aussi large que les océans eux-mêmes. En fait, si vous cherchez à gagner votre vie grâce à l’océan, les domaines à développer sont nombreux. La première étape consiste à déterminer si vous souhaitez résider sur terre, en mer ou dans une zone connexe (port côtier, chantier naval de plage, etc.).

  • Vivre en mer depuis la terre peut être associé à de nombreuses professions, notamment juriste ou mécanicien, armateur courtier, gestionnaire de navire agent portuaire préparateur, administration maritime ingénieur maître voilier, architectes experts, artisans et courtiers.
  • Vivre en mer à partir d’une zone contiguë concerne les travailleurs des chantiers navals, le personnel portuaire les pratiques marines et aquacoles le guetteur sémaphore les gendarmes maritimes les écoles nautiques.
  • Vivre la mer est l’affaire des professionnels de la navigation, notamment ceux de la Marine nationale, de la Marine marchande et de la plaisance professionnelle. Il est d’usage de déclarer qu’au sein de la Marine nationale, on peut trouver une grande variété de métiers, à l’exception de celui de conducteur de char (bien qu’il y ait une légère exception à cela se situe sur les véhicules des navires amphibies).

Les quelques exemples mentionnés ci-dessus ne sont évidemment pas exhaustifs Les mers peuvent être une source d’emploi pour une variété de métiers.

L’enjeu est de savoir comment devenir marin Quelles sont les différentes façons d’accéder aux métiers de la navigation maritime (et non fluviale).

On peut devenir marin professionnel de quatre manières différentes :

  • La marine nationale
  • La marine marchande
  • La pêche
  • La navigation de plaisance professionnelle

Il y a deux autres domaines qui sont exemptés :

  • L’autre est le pilotage portuaire et maritime. Cependant, ce domaine n’est pas accessible si le candidat ne remplit pas un certain nombre de conditions en rapport avec la marine marchande.
  • Le sport de la voile est uniquement et exclusivement sous la tutelle de la Fédération Française de Voile. Le cursus scolaire et les profils professionnels des marins sont distincts et n’appartiennent pas au même environnement de travail.

Les marins de la Marine nationale

La formation aux métiers de la voile dans l’armée n’est accessible que dans les écoles militaires. Les grades (de Marin à Amiral) sont une mesure de la responsabilité dans l’éducation et l’instruction.

Les marins peuvent travailler sur des sous-marins ou des navires de surface. Il existe une dizaine de spécialités qu’ils peuvent développer :

  • Aéronautique
  • Nucléaire
  • Restauration
  • Armes
  • Opération maritime
  • RH : Communication : Administration
  • Informatique et télécommunications
  • Plongée
  • La mécanique
  • La sécurité et la protection

Il n’est pas possible de devenir officier dans l’armée sans passer par le Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA). Le candidat peut se présenter sans diplôme. Si son profil correspond aux exigences des recruteurs et qu’il est sélectionné, il recevra un contrat de travail et une formation. La formation sera sanctionnée par une certification et lui permettra de poursuivre sa formation professionnelle à l’issue de la convention.

Il existe plusieurs écoles qui dépendent du domaine choisi et du contrat qui a été signé pour l’école : L’école des mousses, l’école de Maistrance, le Centre d’Instruction Nautique.

Il existe une autre voie pour devenir marin dans l’armée, considérée comme la voie royale et le concours pour être élève de l’école navale et devenir officier de marine. L’examen est accessible par le biais de la post-préparation, qui prépare les étudiants aux concours d’entrée aux grandes écoles, après un cursus académique. L’épreuve est gratuite et associée à l’examen Central-Supelec. Les étudiants qui ont suivi le cursus et qui ont obtenu le diplôme de l’Ecole Navale sont titulaires d’un master en génie maritime.

Vous pouvez également entrer à l’Ecole Navale sur candidature, en ayant obtenu le diplôme d’ingénieur au moment de la candidature, à condition que votre âge ne vous interdise pas l’entrée.

L’âge normal pour un emploi se situe entre 21 et 27 ans, en fonction de l’emploi proposé ou du cursus choisi.

Toutes les informations dont vous avez besoin pour devenir marin sont disponibles sur le site suivant

Marins dans la marine marchande

Être marin dans la marine marchande ( MarMar pour ceux qui en ont entendu parler) implique généralement d’être employé dans le secteur du transport maritime. Il peut s’agir du transport de marchandises (conteneurs de ciment, ciment gazeux, etc.) ou de personnes (bateaux à passagers, bateaux-taxis, croisières, ferries, yachting). On peut également dire que la marine marchande intègre aussi la pêche et la plaisance professionnelle d’une manière particulière puisque les marins sont également soumis aux mêmes règles de navigation. La Marine marchande ne se limite pas au transport, puisque les navires qui travaillent (câbliers et remorqueurs) en constituent une composante essentielle. Dans ce contexte, le mot Marine marchande devient générique.

Les domaines de la Marine marchande sont très vastes et représentent près de 450 000 emplois en France. Ces emplois maritimes s’appuient sur une grande variété de formations allant du poste de mécanicien au poste d’ingénieur qui permet d’accéder à un poste particulier à bord, situé entre la passerelle ou la salle des machines.

La personne qui souhaite exercer le métier de marin doit d’abord se poser la question du type de navigation qu’elle veut effectuer :

  • Quel domaine : transport de marchandises/passagers/plaisance professionnelle/pêche/tourisme.
  • Les conditions de travail : être loin ou loin du monde / un peu ou pour une longue période ?
  • La spécialisation choisie est moteur / pont
  • Le degré de responsabilité est : matelot / surveillant moteur / lieutenant de pont chef / second mécanicien chef mécanicien / second capitaine / capitaine.

Si vous pouvez répondre à ces questions, il sera plus facile pour le candidat de choisir la meilleure formation. Plus vous avez de responsabilités, plus le niveau de spécialisation sera élevé et plus la rémunération sera lucrative.

Le salaire :

Il dépend de quatre conditions principales :

  • La formation suivie ainsi que le titre de professionnel obtenu ;
  • le rôle joué par le navire
  • les spécificités du navire (tonnage, dimension, taille, catégorie) ;
  • le type de navigation (embarquement de courte ou de longue durée).

Par exemple, un marin titulaire d’un certificat d’aptitude à la navigation maritime de première classe, qui est employé comme officier sur le ferry (navigation à court terme) peut percevoir un revenu brut moyen de 4 500 à 7 000 euros par mois. À long terme (environ trois mois de navigation par départ), les gens de mer sont exonérés de l’impôt sur le revenu.

La formation :

L’École nationale supérieure maritime (ENSM) et les Lycées professionnels maritimes (LPM) proposent une formation gratuite au départ, à l’exception des frais d’inscription.

Le parcours sera différent selon la voie et la spécialité souhaitée :

1deg), accès aux Lycées Professionnels Maritimes pour les postes de marins et équivalents à partir de la 3ème année des lycées. La formation conduira à :

  • CAP Maritime Matelot (CAPM),
  • BEP Marin du commerce (BEP rénové : certifications intermédiaires de
    bacs pros maritimes),
  • Bacs pros maritimes,
  • BTS Maritime qui permettent d’accéder à des emplois dans les domaines du commerce, de la pêche et de la plaisance, de la pêche ou de la culture marine.

2deg), accès à l’ENSM pour la formation des officiers :

  • Branche polyvalente, vous pouvez devenir officier de marine marchande de 1ère classe, et
    ingénieur maritime :

    • par le biais d’un examen pour le concours au par le biais d’un examen pour le concours au niveau Bac S ;
    • l’admission se fait sur dossier et entretien pour les étudiants titulaires du baccalauréat et de deux années d’études supérieures.
  • Instructeur de machines mono-qualifiées :
    • sur concours au niveau du Bac S ;
    • une admission sur dossier et entretien pour les candidats au BTS Maintenance maritime des systèmes électro-navals (MASEN).
  • Branche pont monovalent :
    • à la suite d’un examen ou d’un test pour les professionnels de la mer à la suite d’un examen ou d’un test.

3deg), il est également possible d’obtenir ces certificats par l’intermédiaire de centres agréés par le ministère de la mer en France métropolitaine et dans d’autres pays.

Les diplômes :

En fonction du poste que l’on souhaite occuper au sein du conseil et de la formation qui a été suivie, le diplôme sera différent :

  • Un master, si le candidat a suivi l’ENSM (diplôme d’ingénieur).
  • Une licence
  • UN BTS
  • UN CAP

Si le candidat a suivi la formation de candidat indépendant dans un établissement agréé par le ministère de la mer, il peut prétendre à (liste non exhaustive) :

  • Un certificat de matelot de pont
  • Un certificat de compétence avec un champ d’application restreint pour la conduite de petits navires.
  • Un certificat de compétence pour la conduite de petits navires.
  • Un certificat de compétence pour la conduite de petits navires à voile.
  • Un certificat de capitaine 200
  • Certificat d’ingénieur 250Kw
  • Certificat d’ingénieur 750Kw
  • Un certificat de compétence Capitaine 500 : chef de quart 500
  • Numéro de licence de capitaine 3000

Les diplômes de Master, Baccalauréat, BTS, CAP contiennent certaines de ces certifications. Par exemple, un titulaire d’un BTS maritime sera titulaire d’un certificat Capitaine 3000. Une personne titulaire d’un Baccalauréat maritime officiel sera titulaire d’un Capitaine 200.

Certains certificats (matelot par exemple) sont la porte d’entrée aux métiers de la mer.

Il existe une variété de certificats et de diplômes qui donnent accès à une spécialité spécifique sur un navire commercial. Ils peuvent être trouvés sur le site web du CEFCM (Continuing Maritime Education) qui fournit également clairement les différents diplômes qu’il propose.

Pour trouver une école ou un centre accrédité qui offre ces cours, le site web du ministère de la mer PROMETE vous permet de parcourir toutes les options disponibles.

Être marin dans l’industrie de la pêche :

Les formations de la marine marchande détaillées ci-dessus couvrent celles liées à la pêche, spécifiquement pour le rôle de marin sur le pont d’un navire. Toutefois, si un candidat souhaite occuper un poste officiel tel que celui de capitaine, il doit obtenir un ou plusieurs des certificats suivants :

  • Deckhand : spécialités de pêche
  • Capitaine 200 Capitaine 200 : pêche
  • Lieutenant de pêche
  • Pêcheur
  • L’officier chargé d’un quart : pêche
  • Certificat d’Aptitude au Commandement de la Petite Pêche (CACPP)

Ces diplômes sont spécialisés et contiennent des modules qui doivent être complétés au cours de la formation (tests de communication radio, certificats de sécurité de base, etc.), c’est la raison pour laquelle chaque diplôme, tout en étant identique d’un point de vue opérationnel, est accompagné d’une formation spécifique. Il en va de même pour les certificats liés à la navigation de plaisance professionnelle.

Être un professionnel de la plaisance :

La formation nécessaire pour travailler sur les bateaux de plaisance est dispensée par les écoles professionnelles de travailleurs maritimes dans les centres de l’École nationale supérieure maritime, et dans les centres conventionnés par le ministère de la Mer, en France métropolitaine et à l’étranger.

En d’autres termes, les diplômes seront (à l’exception de certains modules d’enseignement) identiques à ceux délivrés par la Marine marchande en fonction de la nature de la navigation et du type de navire. La question de l’emplacement souhaité sur le navire est cruciale car elle détermine le diplôme requis pour occuper le poste (pont ou machine).

Selon le type de navire, qu’il s’agisse d’un navire de pêche, d’un navire commercial ou d’un yacht, la rémunération peut varier. Toutefois, toute personne qui souhaite occuper un poste de marin doit savoir que la profession de marin est une profession réglementée. Elle est soumise à des conditions particulières d’accès et d’exercice stipulées dans le code des transports (article L5521-1 et article suivant) notamment :

  • La moralité :
    Il n’est pas possible à quiconque de remplir les missions de capitaine ou d’officier chargé de son remplacement chef mécanicien, agent ou chargé de la sécurité du navire s’il ne remplit pas les conditions de moralité ou si les informations contenues dans le bulletin n°2. De son casier judiciaire apparaissent peu compatibles avec l’exercice de ces rôles.
  • Aptitude médicale
    Une visite médicale des gens de mer est effectuée avant l’admission dans un établissement maritime ou un centre de formation. A l’issue de ce contrôle, le candidat peut être déclaré inéligible.
  • Couverture de la sécurité sociale :
    En général, le marin est lié par les lois sociales de l’État du pavillon du navire qu’il utilise pour exercer les fonctions d’un professionnel. Les marins travaillant sur des navires battant pavillon français ainsi que les étudiants participant au Lycée professionnel maritime ou à l’ENSM (Ecole nationale supérieure maritime) sont soumis au régime spécifique de sécurité sociale des marins, géré par l’Etablissement national des invalides de la marine (ENIM).
  • Les étudiants étrangers qui demandent à être admis :
    Les candidats ressortissants de pays non membres de l’UE doivent fournir un justificatif de consentement des autorités chargées des affaires maritimes de leur pays d’origine, ainsi que des justificatifs de bourses d’études ou d’autres ressources permettant de payer le cursus en France.

Pour rappel Ces différentes modalités d’accès à la profession de marin concernent ceux qui souhaitent travailler sur des navires battant pavillon français. Comme indiqué précédemment le marin est soumis au droit social de l’état du pavillon du navire pour lequel il est employé. Par conséquent, un candidat français qui cherche à devenir marin sur un navire battant pavillon étranger n’est pas tenu de suivre le même programme d’éducation et de formation. Il devra se renseigner auprès des autorités maritimes de l’État du pavillon.

Où puis-je obtenir des informations ?

Pour toute information concernant l’éducation et la formation du marin, le service de santé et le navire, les services du littoral et de la mer des Directions départementales des territoires et de la mer pourront répondre à vos questions.

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages