180 survivants à bord de Ocean Viking sans port désigné pour le débarquement

L'équipe de SOS MEDITERRANEE a secouru 180 personnes dans quatre opérations différentes en cinq jours dans les régions de recherche et de sauvetage maltaises et italiennes. Les deux premiers sauvetages ont eu lieu il y a une semaine aujourd'hui. Il y a actuellement 180 survivants à bord de l'Ocean Viking, dont 2 femmes, 25 mineurs, dont 17 non accompagnés. Les gens sont de 13 nationalités différentes.

SOS MEFITERRANEE a adressé cinq demandes aux autorités maritimes italiennes et maltaises pour l'attribution d'un port de débarquement: elles n'ont reçu jusqu'à présent aucune réponse mais deux réponses négatives. Les survivants ont déclaré à l'équipe de sauvetage qu'ils avaient passé deux à cinq jours en mer avant d'être secourus par l'Ocean Viking.

Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS MEDITERRANEE commente:

«Deux ans après une impasse en mer qui s'est terminée avec le Verseau, le prédécesseur de l'Ocean Viking, devant se rendre à Valence pour débarquer des personnes secourues en Méditerranée centrale, nous sommes à nouveau laissés dans les limbes sans aucune indication d'un port pour débarquement. L'équipe de SOS MEDITERRANEE a secouru 180 personnes dans quatre opérations différentes en cinq jours dans les régions de recherche et de sauvetage maltaises et italiennes. Les deux premiers sauvetages ont eu lieu il y a une semaine aujourd'hui.

180 survivants à bord de l'Ocean Viking sans port désigné pour le débarquement_T

Crédits image: Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANNE

Nous avons envoyé cinq demandes aux autorités maritimes italiennes et maltaises pour l'attribution d'un port de débarquement: nous n'avons reçu jusqu'à présent aucune réponse mais deux réponses négatives. Les survivants ont déclaré à nos équipes qu'ils avaient passé deux à cinq jours en mer avant d'être secourus par l'Ocean Viking. Cela signifie que certains des 180 survivants vivent dans des conditions précaires en mer depuis plus de 8 jours. Cette situation est insupportable.

Où est passé l'accord de Malte de 2019 pour la réinstallation des personnes secourues en mer? Les États membres de l'Union européenne sont conscients que les gens ont continué de fuir la Libye sur des bateaux non navigables tout au long de la crise COVID-19 qui a frappé l'Europe au printemps et indépendamment de l'absence de navires de recherche et de sauvetage dédiés en Méditerranée centrale. Non seulement le manque de capacités de recherche et de sauvetage pour sauver des vies en mer persiste, mais l'UE ne parvient pas à assurer la sécurité des rares personnes qui ont été secourues par un navire d'une ONG essayant de combler le vide SAR.

Depuis début juin, nous avons entendu des déclarations annonçant le redémarrage de l'accord de Malte cet été. D'après les communications qu'Ocean Viking a avec les autorités maritimes, il n'y a actuellement aucun signe d'un tel redémarrage. Ce manque de solidarité et de partage de la charge entre les États membres de l'UE a des implications directes pour les 180 survivants qui ont risqué leur vie pour fuir la violence et les abus en Libye déchirée par la guerre: les tensions à bord de notre navire augmentent, plusieurs survivants menaçant de sauter par-dessus bord. Beaucoup ont subi des brûlures de soleil et de carburant pendant le temps qu'ils ont passé sur des bateaux non navigables en pleine mer, une personne a dû être évacuée après que son état de santé se soit détérioré et nous avons une femme enceinte à bord. Nous avons entendu des survivants raconter comment, dans un centre de détention en Libye, les gardes ont frappé un survivant à sa jambe avec un bâton en acier jusqu'à ce qu'ils lui cassent le pied. D'innombrables personnes nous ont dit avoir tenté de fuir la Libye à plusieurs reprises, avoir été interceptées par les garde-côtes libyens en mer et ramenées en détention dans un cercle vicieux sans fin.

Ces personnes ont risqué leur vie pour fuir la violence et les abus en Libye déchirée par la guerre. Ils doivent débarquer dans un lieu sûr sans plus tarder – ce n'est qu'alors que leur sauvetage sera terminé. Le soutien des États membres de l'UE a fait une différence dans le passé. Cela ne doit pas s'arrêter maintenant. »

Communiqué de presse | humanrightsatsea.org