7 principaux ports d’Égypte

L’Égypte, pays transcontinental, bénéficie d’un statut de pays à revenu intermédiaire et est l’une des économies les plus diversifiées de la région méditerranéenne et du monde arabe. Il a enregistré une croissance économique positive depuis le lancement des réformes financières de 2016 et l’expansion progressive du secteur informatique égyptien. L’agriculture, les médias, les communications, la fabrication et le tourisme contribuent également de manière significative au PIB nominal.

L’Égypte est connue pour son marché énergétique basé sur le charbon, le gaz naturel et l’hydroélectricité, que l’on trouve dans le nord-est du Sinaï, le golfe de Suez et le delta du Nil.

Le pays s’engage dans le commerce international principalement à travers ses installations portuaires, les plus fréquentées situées près du canal de Suez. Une quinzaine de ports sont situés le long des côtes de la Méditerranée et de la mer Rouge, exportant des vêtements, des textiles en coton, des produits pétrochimiques, du riz, du ciment, de l’acier, des fruits et de la céramique vers la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et les pays du Golfe.

Passons en revue les sept ports importants de l’Égypte et leurs caractéristiques distinctives.

1. Port d’Alexandrie

Le port d’Alexandrie remonte à 1900 avant JC, ce qui en fait l’un des plus anciens ports opérationnels au monde. Principal port d’Égypte, il gère environ les trois quarts du commerce maritime du pays et génère environ 60 % des recettes commerciales. Située sur la côte nord de l’Égypte, entre la mer Méditerranée et le lac Mariout, elle soutient une économie industrielle, commerciale et agricole diversifiée.

Port d'Alexandrie
Image à des fins de représentation uniquement

La zone de Mina Al Basra autour du port d’Alexandrie contient de nombreux entrepôts, des usines de riz et de papier, des usines d’asphalte, des usines de tannage et des raffineries de pétrole. L’agriculture fait partie intégrante de l’économie locale et, bien que la production de coton ait considérablement diminué depuis la fin du XIXe siècle, la production alimentaire emploie toujours la majeure partie de la population.

Le port d’El-Dekheila est une extension du port principal et est situé à proximité du complexe sidérurgique et de la zone franche.

Spécifications des ports

Le port d’Alexandrie est divisé en deux ports par une presqu’île. Le port oriental est utilisé strictement à des fins navales, tandis que le port occidental gère le commerce et le commerce. Environ 6 000 navires, 49 200 000 tonnes de fret, y compris du vrac général, sec et liquide, 255 000 EVP et plus de 2 millions de passagers sont traités chaque année au port d’Alexandrie.

S’étendant sur 23 kilomètres, le port dispose d’un chenal d’entrée de 400 m de large menant aux six zones du port comprenant 67 postes d’accostage.

Le terminal de fret général dispose de 11 quais pour la manutention de produits agricoles tels que le coton, le thé, le café, le tabac, le bois et les produits industriels. La deuxième zone abrite deux terminaux de traitement RORO et passagers. Il traite également des marchandises en vrac telles que la machinerie lourde et les matériaux de construction. La troisième zone portuaire dispose de postes d’amarrage spécialisés pour accueillir les charbonniers.

La quatrième zone abrite un terminal à conteneurs ainsi que des quais polyvalents pour le ciment, le déchargement des barges, les engrais, les oignons, l’ail, l’arachide et le riz. Les cinquième et sixième zones portuaires traitent de la mélasse, des céréales et de la farine. Une jetée pétrolière se trouve à l’extrémité ouest du port, gère les huiles comestibles et offre des services de soutage.

2. Port de Damiette

Le port de Damiette est proche de l’embouchure du Nil, à seulement 70 kilomètres de Port-Saïd. C’est le deuxième port le plus actif d’Égypte et traite des produits agricoles, des engrais, des meubles, du ciment, des céréales, des marchandises générales et des conteneurs. Environ 3 300 navires et 19 800 000 tonnes de fret, dont 1 300 000 EVP, sont manutentionnés annuellement dans cette installation.

Il est opérationnel depuis l’ère des pharaons et était connu sous le nom de Tamiat. Zone agricole prospère, elle passa sous le contrôle des Grecs et des Ptolémées lorsqu’Alexandre le Grand conquit l’Égypte en 332 av. En 30 av. J.-C., les Romains se sont emparés de Damiette et les églises chrétiennes construites par des empereurs romains comme Constantin ont résisté aux ravages du temps, se tenant debout près du port actuel de Damiette.

Port de Damiette
Image à des fins de représentation uniquement

Initialement un petit port et un lieu d’importance historique, le port de Damiette a été agrandi et rénové pour soulager la congestion à Alexandrie.

Disposition des ports

Le port de Damiette couvre 9,6 miles carrés et dispose d’un chenal d’accès de 12 km de long et 300 m de large avec une profondeur de 15 m. Il dispose de deux chenaux à barges et d’un bassin d’évitage de 500 m de diamètre. Il compte 14 jetées d’une longueur totale de quai de 3,3 km réparties sur six terminaux spécialisés.

Terminaux portuaires

Le terminal Gaz et Pétrochimie traite le GPL, le GNL et le méthanol. Sa capacité de manutention annuelle est de 6,5 millions de tonnes. Le terminal à conteneurs s’étend sur 60 hectares et comprend six quais avec une profondeur d’eau de 15,5 m. Il a une arrière-cour de 800 000 m2 et une capacité de 1,8 million d’EVP par an. Quatre quais composent le terminal de marchandises générales, une zone de stockage de 1,9 hectare. Il a été conçu pour traiter 28 millions de tonnes de marchandises.

Le terminal Vrac se compose de 4 quais de 900 m et 250 000 m2 d’espace de stockage. Il dispose de 81 réservoirs capables de conserver 2 millions de tonnes. Le terminal polyvalent dispose de trois quais et traite 4 millions de tonnes par an. Le terminal céréalier comprend quatre quais équipés d’un système de convoyage automatique pour le chargement et le déchargement des grains. Il peut facilement traiter 8,5 millions de tonnes de céréales chaque année.

3. Port-Saïd

Ledit port se trouve à l’entrée nord du canal de Suez à travers la ville jumelle de Port Fouad. Il dispose d’un port artificiel formé de deux brise-lames avec des installations polyvalentes pour la manutention de toutes les marchandises et des passagers. Il dessert également un vaste secteur de la pêche et une base industrielle diversifiée dans la fabrication de textiles, la fabrication de verre, les cosmétiques, les montres, les pneus automobiles et les batteries.

Port-Saïd
Image à des fins de représentation uniquement

Compte tenu de l’emplacement du port près du canal de Suez, il s’agit de l’une des installations africaines et méditerranéennes les plus fréquentées, reconnue comme un important exportateur de coton et de riz égyptiens. Il offre également des installations de ravitaillement aux navires passant par le Canal. Environ 4 500 navires, 10 800 000 tonnes de fret, 1 000 000 d’EVP et plus de 2,5 millions de passagers sont traités chaque année dans le port. C’est aussi un lieu touristique réputé avec ses plages de sable bordées de lieux de villégiature.

Disposition des ports

L’Autorité portuaire de Port-Saïd exploite et gère Port-Saïd Ouest, El Arish Port et Port-Saïd Est. Les trois ports subsidiaires sont équipés de technologies de pointe et de terminaux profonds pour accueillir les derniers navires de haute mer. De nouveaux entrepôts, silos et chantiers ont été construits pour gérer le trafic croissant de marchandises. Port-Saïd occupe environ 3 millions de m2 de terrain et est conçu pour traiter 15 millions de tonnes de fret par an.

Terminal à conteneurs du canal de Suez

Cette installation est située dans le port Est et est opérationnelle depuis 2004. Elle a été rénovée récemment et a considérablement stimulé la productivité du port. Il peut traiter 5,4 millions d’EVP par an et vise à devenir la porte d’entrée privilégiée vers l’Égypte et la plaque tournante commerciale la plus importante de la Méditerranée d’ici la fin de 2025.

Le terminal couvre 1 200 000 m2, avec une longueur totale de quai de 2 400 m et un tirant d’eau de 16,5 m. Équipé de 18 grues super-post Panamax et de 66 grues portiques sur pneus, il peut accueillir les porte-conteneurs les plus importants de l’industrie mondiale des conteneurs. C’est également le seul terminal en Égypte à desservir simultanément deux porte-conteneurs ultra-larges. L’un des chantiers d’empilage de conteneurs les plus vastes et une station de fret avec plus de 3000 connexions frigorifiques sont situés dans la zone du terminal ouest.

4. Port de Suez

Le port de Suez se trouve à l’extrémité sud du canal de Suez, à l’embouchure du golfe de Suez, dans le nord de l’Égypte. Il possède deux ports, Port Ibrahim et Port Tawfiq, reliés au Caire, à Port-Saïd et à l’arrière-pays par un réseau complexe de voies ferrées et de routes. C’est aussi un point de repos pour les pèlerins musulmans en route vers La Mecque et Médine. Installation cruciale, elle gère environ 2 500 000 EVP et plus de 2 000 navires par an. Il couvre 158 kilomètres carrés et se compose de plus de 2,3 millions de m2 d’espace d’entreposage et de 30 000 m2 de cours ouvertes.

Port de Suez
Image à des fins de représentation uniquement

Le chenal de navigation s’étend sur 1000 m et a une profondeur d’eau de 12 m pour accueillir les transporteurs de marchandises, les porte-conteneurs, les navires RORO et les transporteurs de bétail. Le port dispose également d’un terminal passagers recevant des bateaux de plaisance et des navires de croisière transportant plus de 2 millions de passagers annuellement. Le port dispose de 18 postes à quai pouvant accueillir des navires d’un tirant d’eau de 8 m et d’une LHT de 145 m.

Le Port Dock Pétrolier, filiale du port de Suez, est à environ 3,3 kilomètres au sud du centre-ville de Port Suez. Il dispose de sept couchettes fonctionnelles avec des profondeurs de 9 m. Ces quais cimentiers desservent des transporteurs pesant jusqu’à 20 000 TPL. L’installation dispose également d’un panneau de 11 m de profondeur à l’extérieur du port principal, desservant les navires pétroliers et gaziers jusqu’à 40 000 DWT.

5. Port d’Adabiya

Le port d’Adabiya est situé sur la côte ouest de la baie de Suez et traite des céréales, des denrées alimentaires, de l’urée, du ciment, du riz, des bobines d’acier, du sucre, du blé, de l’huile de palme, de la ferraille et du bétail. C’est l’un des plus grands ports d’Égypte, comprenant neuf installations d’accostage avec une longueur totale de quai de 1840 m. Le port a été conçu pour traiter environ 7,3 millions de tonnes de marchandises par an, dont 5,13 millions de tonnes de marchandises générales et 2,8 millions de tonnes de marchandises diverses.

Port d'Adabiya
Image à des fins de représentation uniquement

Le port a subi une expansion pour la construction d’espaces de stockage, de postes d’amarrage supplémentaires et de terminaux, augmentant ainsi la capacité du port. Ses quais de fret général peuvent traiter 1,1 million de tonnes supplémentaires par an. Adabiya a renforcé sa portée sur les routes du Moyen-Orient et de l’Afrique de l’Est en raison de son emplacement stratégique et de sa productivité accrue.

Une zone économique spéciale a été construite à proximité des locaux du port pour attirer les entreprises et les investissements étrangers. Une usine de dessalement et une station d’épuration sont également en cours de construction.

6. Port de Safaga

Le port de Safaga se situe sur la côte ouest de la mer Rouge. Il a une large baie avec des tirants d’eau profonds permettant l’hébergement de plus gros cargos. Le port s’étend sur 57 kilomètres carrés et comprend une zone d’entrepôt de 15 000 m2 et 160 000 m2 de chantiers ouverts.

Port de Safaga
Image à des fins de représentation uniquement

Il est visité par plus de 1 000 navires et gère environ 6,38 millions de tonnes de fret et 750 000 passagers par an. Il dispose de cinq quais opérationnels, deux pour les ferries de marchandises générales et de passagers, deux pour le phosphate de roche et de sol et un pour les céréales. Le quai céréalier s’étend sur 220 m et peut stocker 100 000 tonnes dans des silos portuaires.

7. Port d’Al Sokhna

Le port d’Al Sokhna est situé près du golfe de Suez sur la côte de la mer Rouge. En raison de son excellent emplacement, le gouvernement égyptien a alloué 9 000 hectares de terrain au développement économique et industriel du port, jetant les bases de la zone économique spéciale de Suez.

Port d'Al Sokhna
Image à des fins de représentation uniquement

Le port est devenu opérationnel en 2002 mais avait un potentiel de croissance énorme. Il peut être considérablement étendu pour traiter des volumes accrus de marchandises. Actuellement, le port se compose de 7 quais, dont 2 quais RORO avec rampes intégrées, deux quais à conteneurs, deux quais de fret général et un quai polyvalent avec une longueur totale de quai de 2650 m.

Il dispose également d’un parc de stockage de conteneurs de 41 hectares et d’emplacements au sol pour 4600 EVP. Le port peut traiter 25 000 EVP par an. Des installations de stockage frigorifique sont disponibles et la station de fret de conteneurs dispose de 216 connexions frigorifiques. Il dispose également d’un espace d’entreposage de 4000 m2 pour le stockage des marchandises générales.

Vous aimerez peut-être aussi lire-

Clause de non-responsabilité: Les opinions des auteurs exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de Marine Insight. Les données et les graphiques, s’ils sont utilisés, dans l’article proviennent des informations disponibles et n’ont été authentifiés par aucune autorité statutaire. L’auteur et Marine Insight ne prétendent pas qu’il soit exact et n’acceptent aucune responsabilité à cet égard. Les points de vue ne constituent que des opinions et ne constituent pas des lignes directrices ou des recommandations sur une ligne de conduite à suivre par le lecteur.

L’article ou les images ne peuvent être reproduits, copiés, partagés ou utilisés sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation de l’auteur et de Marine Insight.

à propos de l’auteur

Zahra est une ancienne élève de Miranda House, Université de Delhi. Elle est une écrivaine passionnée, possédant des compétences de recherche et d’édition immaculées. Auteur de plusieurs articles académiques, elle a également travaillé comme rédactrice indépendante, produisant de nombreux articles techniques, créatifs et marketing. Véritable esthète dans l’âme, elle aime les livres un peu plus qu’autre chose.