Catégories
Actualités maritimes

Appel à articles du Projet Trident: L’avenir de la cybersécurité maritime

Par Jimmy Drennan

Soumissions dues: prolongées jusqu’au 22 février 2021
Dates de la semaine: du 1er au 5 mars 2021
Longueur de l’article: 1000-3000 mots
Soumettre à: Content@cimsec.org

CIMSEC s’associe à Cyber ​​Nation Central pour lancer le dernier Projet Trident appel à articles, cette fois sur l’impact de la cybersécurité sur la future sécurité maritime internationale. Cyber ​​Nation Central «Se concentre sur le leadership de l’industrie et du gouvernement dans la défense du cyberespace, et sa mission est de créer des restitutions cybersécurité de nations physiques pour les États-Unis et leurs partenaires mondiaux.» Cyber ​​Nation Central cherche à stimuler l’innovation en matière de cybersécurité et à apporter une transformation pratique, une expertise de groupe de réflexion et des conseils stratégiques aux entreprises et aux gouvernements pour résoudre les problèmes les plus urgents de l’infrastructure nationale de cybersécurité, en particulier les systèmes autonomes et connectés dans les secteurs des transports, de la défense et de la santé.

La révélation de décembre 2020 d’une cyberattaque majeure sur les réseaux fédéraux américains a réaffirmé l’importance toujours croissante de la cybersécurité. La nécessité de défendre les réseaux informatiques contre les attaques influence désormais presque tous les aspects du paysage politique et économique mondial, et le secteur maritime ne fait pas exception.

Les réseaux maritimes sont intrinsèquement répartis et vulnérables aux attaques. Une entreprise de cybersécurité c’est noté après un an d’enquête sur le fait que «la navigation est si peu sûre que nous aurions pu partir dans une plate-forme pétrolière». Les criminels, les terroristes et les États-nations en prennent note. Au cours des trois dernières années, les cyberattaques contre les infrastructures maritimes et la navigation augmenté de 900 pour cent. Norwegian Cruise Line et Carnival Corporation ont chacune subi des brèches de réseau en 2020; l’industrie des croisières est un cible particulièrement souhaitable en raison de la quantité de données personnelles et financières qu’ils transportent. Les compagnies maritimes ont déjà subi des centaines de millions de dollars de pertes résultant d’infections par des virus informatiques, et certains pensent que l’impact financier d’attaques coordonnées sur certains ports pourrait atteindre des milliards.

La cybersécurité est également devenue rapidement un élément essentiel de la guerre navale. Les marines doivent non seulement être en mesure de défendre leurs propres réseaux, mais elles doivent également maintenir des capacités offensives et de manœuvre dans le domaine cybernétique. Étant donné la dépendance des navires de guerre modernes vis-à-vis des données et des réseaux électroniques, atteindre la supériorité maritime dans les conflits pourrait bientôt être impossible sans atteindre au préalable la cyber-supériorité.

Les auteurs sont invités à écrire sur tout sujet lié à la cybersécurité maritime, en particulier les suivants:

1. Quels investissements, infrastructures et innovations technologiques les gouvernements et les entités privées devraient-ils poursuivre pour parvenir à la cybersécurité maritime?

2. Comment la cybersécurité pourrait-elle façonner le futur conflit naval et le développement de la force navale?

3. Compte tenu de l’augmentation mondiale de la cyber-chasse à la baleine,1 quelles mesures faut-il prendre pour «cybersécuriser» les hauts dirigeants et cadres maritimes contre les menaces qui les ciblent spécifiquement en tant que détenteurs des «joyaux de la couronne numérique» les plus sensibles (données, accès, etc.)? Quel effet domino cette méthode de cyberguerre pourrait-elle avoir sur la sécurité maritime?

4. La cybersécurité est-elle même possible dans la cyber-course aux armements en plein essor?

5. Le cyber-piratage devenant de moins en moins répandu en tant que problème technique et, au contraire, 97% des crimes de piratage commis via l’ingénierie sociale, quelle formation comportementale les entités maritimes doivent-elles suivre pour favoriser une culture de la cybersécurité?

6. Quels domaines politiques de cybersécurité maritime les législateurs devraient-ils repenser ou envisager d’introduire, et à quelle fin?

7. Quelles améliorations pourraient être apportées à la vitesse et à l’efficacité de la distribution des technologies de cybersécurité? Comment améliorer la cyber-chaîne d’approvisionnement?

8. Quelles stratégies de recrutement et de gestion des talents en cybersécurité les entités maritimes devraient-elles poursuivre?

Les auteurs sont invités à répondre à ces questions et à d’autres alors que nous envisageons l’avenir de la cybersécurité maritime. Envoyez toutes les soumissions à Content@cimsec.org.

Jimmy Drennan est le président du CIMSEC. Contactez-le au President@cimsec.org.

Notes de fin

1. Phishing qui cible les parties prenantes les plus expérimentées des organisations via leurs (1) réseaux / appareils professionnels, (2) réseaux / appareils personnels contenant des informations professionnelles et (3) réseaux / appareils domestiques des familles, permettant aux pirates d’exploiter les informations pour briser le réseau organisationnel plus large.