Cheniere demande à l’administrateur de Biden d’abandonner la règle de pollution

Cheniere Energy Inc a demandé à l’administration Biden de l’exempter des limites d’émissions de polluants cancérigènes, arguant qu’elles obligeraient le principal exportateur américain de gaz naturel liquéfié à fermer pendant une période prolongée et mettraient en danger les efforts du pays pour augmenter l’approvisionnement en Europe. , selon des documents examinés par Reuters.

La demande impose un dilemme inconfortable à l’administration du président Joe Biden alors qu’elle tente d’équilibrer les efforts pour réduire la pollution de l’industrie des combustibles fossiles contre les promesses d’aider les alliés européens à couper les liens énergétiques avec Moscou suite à son invasion de l’Ukraine.

Refuser Cheniere pourrait réduire les exportations américaines de GNL pendant des mois ou des années, tandis qu’accéder à sa demande signifierait des émissions continues de polluants toxiques dans les quartiers pauvres et minoritaires que Biden s’est engagé à protéger.

Les régulateurs du Texas ont déjà donné à l’énorme usine de GNL de Cheniere à la périphérie de la ville de Corpus Christi sur la côte du golfe du Mexique un laissez-passer pour avoir dépassé les limites d’émissions d’autres polluants, selon un précédent rapport de Reuters.

La demande reflète également une énorme vulnérabilité financière pour Cheniere et ses actionnaires à un moment où elle bénéficie d’une augmentation des ventes et d’une hausse du cours des actions.

Le problème est une règle de la loi américaine sur la qualité de l’air appelée National Emissions Standards for Hazardous Pollutants (NESHAP), qui impose des restrictions sur les émissions de cancérigènes connus comme le formaldéhyde et le benzène provenant des turbines à combustion fixes.

L’Agence de protection de l’environnement (EPA) a annoncé en février qu’à partir d’août, la règle s’appliquera à deux types de turbines à gaz qui avaient été exclues de la réglementation pendant près de deux décennies.

Les turbines à gaz émettent du formaldéhyde et d’autres polluants dangereux par une transformation chimique qui se produit lorsque le méthane est surchauffé.

Environ 250 turbines à gaz américaines seront soumises à la règle, selon une liste de l’EPA qui a montré que Cheniere est la seule société de GNL qui utilise ce type de turbines et dont les installations seront impactées.

La société basée à Houston, qui représente environ 50% des expéditions américaines de carburant surfondu, a déclaré à l’EPA dans une série de courriels ce printemps que ses deux installations de GNL en Louisiane et au Texas utilisent une conception de turbine unique qui ne peut pas être facilement équipée de lutte contre la pollution.

« La conception des terminaux GNL de Cheniere est complexe et les turbines en question sont situées sur des socles surélevés avec un espace limité pour l’installation d’équipements de contrôle », a déclaré le cabinet d’avocats Bracewell de Cheniere dans une lettre envoyée par e-mail à l’administrateur de l’EPA Michael Regan le 8 mars.

« Imposer potentiellement des coûts importants et des perturbations opérationnelles à l’industrie américaine du GNL alors que l’administration se concentre sur le besoin stratégique de l’Europe de rompre sa dépendance au gaz russe est contre-productif », a-t-il déclaré.

Un e-mail séparé de Cheniere daté du 9 mars, envoyé à d’autres responsables de l’EPA, a déclaré que les travaux de conception et d’ingénierie pour évaluer la faisabilité de la modernisation des 62 turbines de ses installations prendraient probablement « plusieurs années », ce qui rendrait impossible de respecter la norme fédérale de pollution à temps. .

La société a demandé à l’EPA de revenir sur sa décision de soumettre les turbines à gaz à la règle NESHAP, ou d’exempter la conception spécifique utilisée par Cheniere, selon les documents. Les représentants de la société ont ensuite rencontré des cadres supérieurs de l’EPA, notamment l’administrateur adjoint adjoint principal Joseph Goffman et l’administrateur adjoint de l’EPA Janet McCabe, pour discuter de la question, selon les documents.

L’EPA a confirmé que Cheniere, par l’intermédiaire de son cabinet d’avocats Bracewell, avait fait la demande d’allègement de la réglementation et que le personnel et les responsables de l’agence avaient rencontré l’entreprise en mars et avril pour en discuter.

« Pour le moment, nous n’avons pas pris de décision de lever la suspension ou d’émettre une exemption », a déclaré l’EPA dans un communiqué.

La demande de Cheniere pourrait avoir un certain poids dans l’administration Biden car elle fait partie d’une poignée d’entreprises qui conseillent une Maison Blanche et un groupe de travail soutenu par l’UE pour élaborer un plan visant à sevrer les pays de l’UE du gaz russe.

Biden a promis en mars d’augmenter les expéditions de GNL vers l’Union européenne à 50 milliards de mètres cubes par an d’ici 2030 – plus du double de la quantité envoyée depuis les États-Unis en 2021 – pour aider à supplanter l’approvisionnement russe.

Sursis de deux décennies
L’EPA a imposé pour la première fois la norme pour les turbines à combustion fixes dans le cadre du NESHAP en 2004, mais a émis une « suspension » excusant temporairement deux types de turbines à gaz couramment utilisées par l’industrie de l’énergie après que des groupes d’entreprises ont demandé de les exclure de la réglementation – arguant que la pollution qu’ils créent est « négligeable ».

L’EPA a maintenu ce séjour en place pendant 18 ans, mais n’a jamais officiellement retiré les turbines de la liste en raison d’une décision de 2007 de la Cour d’appel du circuit de DC déclarant qu’elle n’avait pas le pouvoir de le faire.

En février 2020, après que des groupes environnementaux ont menacé de poursuivre l’agence pour inaction, l’EPA de Biden a annoncé qu’elle lèverait enfin la suspension et obligerait les opérateurs à respecter la norme.

En vertu de la règle, ces turbines devront se conformer à une limite d’émissions de 91 parties par milliard de formaldéhyde dans les 180 jours. Selon l’EPA, ce niveau de formaldéhyde est censé garantir des niveaux d’émissions plus faibles pour d’autres produits chimiques dangereux.

Frank Maisano de Bracewell a déclaré à Reuters que Cheniere attendait une réponse officielle de l’EPA à la demande de l’entreprise d’être exempté de la règle.

Ni Maisano ni Cheniere n’ont expliqué à Reuters pourquoi la société avait utilisé une conception de turbine dans ses installations qui ne pouvait pas facilement accueillir l’équipement qui pourrait être nécessaire si la suspension réglementaire des turbines à gaz était levée.

Dans sa correspondance avec l’EPA, Cheniere a déclaré que ses installations avaient été construites conformément à la réglementation en vigueur à l’époque. L’installation Sabine Pass, qui produit environ 30 millions de tonnes par an (MTPA) de GNL, a commencé à fonctionner en 2016, tandis que l’usine Corpus Christi de 15 MTPA est entrée en service en juin 2018.

Cheniere a approuvé le mois dernier une expansion majeure de son installation de Corpus Christi qui ajouterait sept trains de liquéfaction pour produire environ 10,5 MTPA de GNL. Un porte-parole de Cheniere a déclaré à Reuters que la société utiliserait des turbines électriques pour les nouveaux trains, au lieu de turbines à gaz.

(Reuters – Reportage de Valerie Volcovici ; reportage supplémentaire de Nichola Groom ; montage de Marguerita Choy)