Comité de protection de l’environnement marin de l’OMI : fonctionne à plein régime pour respecter le calendrier

L’une des meilleures caractérisations du Comité de protection de l’environnement marin (MEPC) de l’Organisation maritime internationale (OMI) est venue de Grèce (à 1 500 milles du siège de l’OMI), lors d’un panel lors de la Tradewinds Shipping Conference (organisée conjointement avec l’exposition Posidonia. L’un des panélistes a déclaré « J’ai appris à ne pas prédire le résultat des réunions MEPC lors de leur troisième jour ; j’ai même appris à ne pas prédire les résultats MEPC lors de leur cinquième jour ». Oui, il se passe beaucoup de choses cette semaine !

Trois jours après le début de la réunion MEPC78, qui s’est tenue à la fois en personne et virtuellement, l’accent a été mis sur la définition de la voie à suivre pour réviser la « Stratégie initiale » de l’OMI sur la décarbonisation du transport maritime, suggérant un objectif de 50 % de décarbonation d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Depuis sa sortie en 2018, des propositions ont été avancées pour le modifier et le finaliser. Un groupe a suggéré de passer au « zéro net » d’ici 2050, ce qui le mettrait en conformité avec l’Accord de Paris largement adopté, bien que les opinions des délégués soient loin d’être unanimes à ce sujet.

Certaines factions ont suggéré que des études détaillées sur l’impact économique, la faisabilité et la disponibilité du carburant étaient nécessaires avant de réviser la stratégie.

Le jour 2 de MEPC78, le président de la réunion a jeté le gant sous la forme de trois questions à considérer-

  • des propositions de niveaux d’ambition renforcés, y compris des années cibles possibles ;
  • propositions visant à assurer une transition juste et équitable
  • comment s’assurer que la révision de la stratégie initiale est finalisée avant le MEPC 80

L’OMI a énormément de travail à faire si elle respecte ses objectifs, avec le MEPC80 (les réunions précédentes ont fixé le moment de la « révision » ou de la « finalisation ») fixé pour 2023. En résumé, le la déclaration du président comprenait un libellé sur un accord visant à recommander au Conseil de l’OMI d’approuver la tenue d’une réunion intersessions avant la prochaine réunion du MEPC (MEPC 79, prévue pour décembre 2022). En théorie, ce groupe de travail, qui s’appellerait « ISWG-GHG 13 », en principe à organiser en amont du MEPC 79, inclurait les discussions sur la révision de la Stratégie Initiale.

Mais ensuite, il y a des appels pour plus de réunions et plus de discussions à respecter. Le résumé du président a évoqué la création d’un autre groupe de travail sur les émissions de GES lors du MEPC 79, puis la création non pas d’un, mais de deux groupes entre le prochain MEPC79 (fin 2022) et le MEPC80. Le résumé ne s’est pas arrêté là. Il a demandé aux délégués d’envisager de mener des études supplémentaires et d’organiser des séances d’information et/ou des symposiums, le cas échéant, en soutenant le processus de révision et en encourageant les délégations « à travailler ensemble entre les sessions pour élaborer des propositions concrètes sur la révision de la Stratégie ».

Un groupe de travail précédent (« ISWG-GHG 12″, tenu au printemps 2022) avait formulé de nombreuses recommandations pour affiner les règles sur CII et EEXI ; règles sur l’intensité carbone et la conception efficace des navires qui entreront en vigueur au début de 2023. Bon nombre des suggestions de ce groupe de travail ISWG-GHG 12 ont traversé la discussion, bien qu’il reste encore quelques questions, par exemple, ajuster les calculs CII pour prendre en compte compte des programmes d’échange de navires, où les membres de l’ISWG-GHG 12 » (travaillant virtuellement) n’ont pas pu parvenir à un consensus. Les navires qui contournent les tempêtes pourraient être pénalisés, par exemple.

Et puis il y a le « moyen terme ». L’ISWG-GHG 12 s’est penché sur cette question, mais il reste encore beaucoup à faire alors que les plans pour les discussions des groupes de travail entrent dans leur phase suivante. En repensant aux commentaires d’Athènes, il reste encore deux jours au MEPC78, et on ne peut pas toujours prédire ce qui pourrait arriver !