Comment la Chine a dépassé le Japon en matière de puissance navale et pourquoi c'est important

L'article suivant est adapté d'un nouveau rapport du Dr Toshi Yoshihara du Center for Strategic and Budgetary Assessments (CSBA), Dragon contre le soleil: vues chinoises du seapower japonais.

Par Toshi Yoshihara

Un renversement majeur des fortunes en mer est passé largement inaperçu. Au cours de la dernière décennie, la marine chinoise a dépassé le service maritime japonais à travers des mesures clés de prouesse matérielle. Les tendances indiquent que la Chine supplantera définitivement le Japon en tant que première puissance navale régionale d'Asie. Cette transition de pouvoir historique aura des répercussions à travers l'Indo-Pacifique dans les années à venir. Il appartient aux décideurs politiques de prêter attention à ce changement négligé mais consécutif dans l'équilibre naval entre deux grandes nations maritimes.

La transition de puissance en mer

L’écart de pouvoir croissant entre la Marine de l’Armée de libération du peuple (PLAN) et la Force japonaise d’autodéfense maritime (JMSDF) est flagrant et s’élargira à un rythme accéléré. La Chine possède déjà la plus grande marine au monde avec plus de 300 navires et sous-marins. En comparaison, la force navale du JMSDF en 2019 comprenait quatre porte-hélicoptères légers, deux croiseurs, 34 destroyers, 11 frégates, trois navires d'assaut amphibie, six bateaux lance-missiles d'attaque rapide et 21 sous-marins. D'ici 2030, le PLAN pourrait avoir plus de 450 navires et près de 110 sous-marins alors que le JMSDF ne sera probablement pas beaucoup plus gros qu'aujourd'hui.1

En termes de tonnage global pour les principaux combattants de surface, une mesure approximative de la capacité et des capacités latentes, la Chine a dépassé le Japon en 2013. En 2020, le PLAN dépassait le JMSDF en tonnage total d'environ 40%. En termes de tonnage moyen par combattant, une mesure plus précise de la capacité et de la capacité, la flotte japonaise continue de maintenir une avance confortable d'environ 45% par rapport à son homologue chinoise. La position du Japon, cependant, pourrait ne pas durer aussi longtemps que la Chine mettra en mer plus de transporteurs, de croiseurs et de destroyers.

En termes de puissance de feu, le système de lancement vertical (VLS) – un groupe de silos qui contient et tire des missiles embarqués – fournit un indicateur utile de la létalité d’une flotte. Dans cette catégorie de puissance navale, l'histoire de rattrapage de la Chine est stupéfiante. Le JMSDF a introduit le VLS une décennie plus tôt que le PLAN au début des années 1990. Pourtant, les Chinois ont rapidement rattrapé et dépassé les Japonais en 2017. En 2020, le PLAN comptait 75% de cellules VLS de plus que le JMSDF.

Nombre de cellules VLS sur les destroyers JMSDF et PLAN et dans les flottes de surface totale (CSBA)

Plus troublant encore, le vaste arsenal chinois de missiles de croisière antinavires (ASCM) dépasse de loin celui du JMSDF. Dans un engagement hypothétique flotte-sur-flotte, le PLAN pourrait lancer de grandes salves d'ASCM qui pourraient atteindre les navires de guerre de son adversaire bien avant que la partie japonaise puisse se mettre à portée pour riposter, conférant un avantage de première frappe significatif à la Chine. Il reste à voir si le Japon introduira suffisamment de missiles tueurs de navires à longue portée, y compris les intercepteurs de défense aérienne Standard Missile 6 réutilisés, pour combler l'écart de portée.

Les forces aériennes et les fusées de la Chine font encore pencher la balance en sa faveur. La puissance aérienne et les missiles chinois à terre se joindraient presque certainement à la mêlée dans tout conflit imaginable. La flotte de surface du JMSDF devra repousser les volées d’ASCM lancés par air et de missiles anti-navires balistiques et de croisière terrestres ainsi que les missiles tirés de navires et de sous-marins. Le service maritime du Japon vit ainsi dans un environnement opérationnel vexant et inhospitalier.

Au-delà du comptage des haricots

La taille, le tonnage et la puissance de feu de la flotte ne fournissent pas une mesure complète de la puissance de combat d’une marine. La compétence opérationnelle, l'élan tactique, les déploiements réguliers et prolongés dans des environnements d'eaux bleues et une expérience de combat réelle sont également essentiels, sinon plus, lors de l'évaluation des perspectives d'une marine de combattre et de gagner une guerre en mer. Mais même dans ce domaine qualitatif, il n'est plus axiomatique que le Japon détienne un avantage décisif sur la Chine.

Le porte-avions de la PLA Navy Shandong accosté dans un port naval de Sanya (eng.chinamil.com.cn/Photo by Feng Kaixuan)

Au cours de la dernière décennie, la marine chinoise s'est révélée un service expéditionnaire compétent. Les diverses activités en haute mer du PLAN suggèrent qu’il a accumulé une expérience considérable en mer. Notamment, la marine chinoise a soutenu une rotation continue des patrouilles anti-piraterie dans l'océan Indien depuis 2009, un exploit impressionnant à tout point de vue. Le PLAN a également envoyé des flottilles pour des transits à longue distance dans tout le Pacifique occidental et au-delà.

Les exercices en temps de paix et les opérations de gendarmes ne sont peut-être pas des indicateurs fiables de la performance de la marine chinoise au combat. La remarque bien usée selon laquelle la Chine n'a pas mené de guerre depuis 1979 reste valable. Bien sûr, le Japon non plus depuis 1945. La réalité est que personne ne sait avec certitude comment chaque camp se comportera jusqu'au début du tournage.

On ne sait pas encore comment la contraction économique consécutive à la crise du COVID-19 affectera les investissements de la Chine dans sa marine. Ce qui est certain, cependant, c'est que le Japon n'échappera pas aux retombées économiques de la pandémie mondiale et aux pressions budgétaires qui s'exercent sur les dépenses de défense. De plus, l’élan derrière la construction navale chinoise ne ralentira probablement pas suffisamment pour renverser l’équilibre naval en faveur de Pékin.

Pourquoi le déséquilibre naval est important

L'érosion de la position navale du Japon réduit non seulement sa capacité à défendre l'ordre international libéral, mais elle affaiblit également la position dissuasive de l'alliance américano-japonaise et, ce faisant, sape la stratégie américaine en Asie. Considérez la centralité de la puissance japonaise dans l'architecture de sécurité régionale.

Destroyer de la marine japonaise Maya (DDG-179) (photo du ministère japonais de la Défense)

En temps de paix, le service maritime japonais contribue à dissuader l’agression et à garder les mers ouvertes à tous, condition essentielle du libre-échange et de la prospérité mondiale. En cas d'échec de la dissuasion, le JMSDF balayerait clairement les principales approches maritimes du théâtre d'opérations le long des littoraux asiatiques et mènerait des opérations pour obtenir et exercer un contrôle maritime aux côtés de la marine américaine. De plus, le service maritime complète les forces navales américaines, y compris la guerre sous-marine, tout en comblant les lacunes des capacités américaines dans des domaines tels que le dragage de mines.

Une Chine révisionniste doit soigneusement considérer le service maritime encore formidable du Japon lors du calcul de ses options vis-à-vis des États-Unis. Pékin réfléchirait probablement à deux fois à la coercition ou à l'agression s'il croyait que l'alliance possédait une supériorité militaire écrasante. À l'inverse, si Pékin concluait que Tokyo devenait une fissure dans l'armure, alors il pourrait être tenté de jouer.

En fin de compte, c'est la puissance combinée des forces navales déployées vers l'avant de la Marine américaine et du JMSDF qui aide à maintenir la paix en Asie. Il est donc impératif que les décideurs politiques américains perçoivent le déclin relatif du seapower japonais comme un indicateur de la corrosion de la puissance américaine dans l'Indo-Pacifique.

Si le passé est un prologue, l’accumulation rapide de puissance navale par la Chine – et l’incapacité du Japon à suivre le rythme – présage des relations indésirables avec les grandes puissances. Le parallèle historique le plus frappant est le déclin naval de la Grande-Bretagne pendant la guerre froide. À la fin des années 1970, les Soviétiques avaient largement devancé les Britanniques dans les principales mesures de la puissance navale, tout comme le PLAN éclipse le JMSDF aujourd'hui. Au début des années 1980, il est devenu de plus en plus douteux que la Grande-Bretagne puisse défendre sa propre arrière-cour contre les conceptions soviétiques.

Le déclin relatif de la Grande-Bretagne a posé des dilemmes mondiaux aux États-Unis. Si la marine américaine était attachés en cas d'urgence ailleurs, on craignait que les Soviétiques ne saisissent l'occasion pour tester la détermination européenne dans l'Atlantique Nord. On craignait alors que l’impuissance de la Royal Navy face à un défi naval soviétique compromette gravement la stabilité, la dissuasion et la cohésion alliée tout en ouvrant la voie à Moscou pour faire avancer ses objectifs en Europe.

Il ne fait pas preuve d'imagination pour prévoir un risque similaire aujourd'hui. Les engagements mondiaux américains, en particulier en Europe et au Moyen-Orient, pourraient attirer l’attention de Washington sur les théâtres lointains. Dans de telles circonstances, les États-Unis s'attendraient probablement à ce que le Japon fasse beaucoup plus pour dissuader, sinon s'opposer, à l'opportunisme chinois. La mesure dans laquelle le JMSDF maintient sa fin du marché serait un test majeur pour l'alliance.

Implications alliées

Certes, toute évaluation de l'équilibre stratégique indo-pacifique serait incomplète sans tenir compte de l'armée américaine, y compris de ses actifs déployés à l'avant et de ses forces de renfort dans le monde entier. La puissance navale combinée des États-Unis et du Japon l'emporte toujours sur celle de la Chine. Mais cette marge de supériorité diminue à mesure que la Chine poursuit son ascension en mer, tirant encore plus loin devant le Japon.

Par conséquent, la capacité du partenariat en matière de sécurité à dissuader l’agression risque d’être soumise à plus de tensions. Tout aussi inquiétant, le PLAN et ses services frères sont déjà en mesure de projeter de l'énergie à travers et bien au-delà de la première chaîne insulaire, de fournir une puissance de feu suffisante sur de longues distances et d'imposer des coûts élevés aux forces américaines et japonaises. Ces développements sont susceptibles de remettre en question, sinon de renverser, les hypothèses de longue date des alliés concernant la domination de l'escalade et la lutte contre la guerre.

Les décideurs politiques alliés doivent reconnaître qu'un changement de pouvoir historique a déjà eu lieu en Asie maritime. Pendant trop longtemps, les planificateurs de la défense et la communauté stratégique au sens large se sont concentrés exclusivement sur la rivalité navale sino-américaine bilatérale tout en affaiblissant l'équilibre local entre la Chine et le Japon. Dans le passé, lorsque la supériorité alliée et les progrès qualitatifs du JMSDF semblaient insurmontables, il était sûr de tenir le rôle du Japon pour acquis.

Pourtant, aujourd’hui, alors que l’équilibre penche de plus en plus en faveur de la Chine, le déclin relatif du Japon pourrait apparaître comme un maillon faible de la posture de dissuasion de l’alliance. Comprendre dans quelle mesure le Japon a pris du retard, pour comprendre comment les Chinois perçoivent le déséquilibre local, devrait occuper une place beaucoup plus importante dans la prise de décision des alliés. Une telle estimation complète doit faire partie intégrante du calcul allié concernant la stratégie, la posture, les opérations et la compétitivité.

Toshi Yoshihara est chercheur principal au Centre d'évaluation stratégique et budgétaire (CSBA). Son dernier livre, co-écrit avec James R. Holmes, est la deuxième édition de Étoile rouge au-dessus du Pacifique: l'essor de la Chine et le défi de la stratégie maritime américaine (Naval Institute Press, 2019).

Notes de bas de page

1. Pour l'estimation de 2030 pour le PLAN, voir le capitaine James E. Fanell (retraité), «La marine mondiale de la Chine envisage le contrôle de la mer d'ici 2030, la supériorité d'ici 2049», Gardien du dimanche, 13 juin 2020, disponible à partir de https://www.sundayguardianlive.com/news/chinas-global-navy-eyeing-sea-control-2030-superiority-2049.

Image vedette: La photo montre le porte-avions Shandong à quai dans un port naval de Sanya. Le premier porte-avions de fabrication chinoise Shandong (Hull 17) a été officiellement mis en service à la marine de l'APL dans un port militaire de Sanya, dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine, dans l'après-midi du 17 décembre 2019. (eng.chinamil.com.cn/Photo par Feng Kaixuan)