Catégories
Actualités maritimes

Comment les États-Unis peuvent mieux réprimer le trafic illicite de drogues dans les Caraïbes

Par Laura Burroughs

introduction

Le 1er avril, le président Trump a annoncé que les États-Unis doubler ses opérations de lutte contre les stupéfiants dans l'hémisphère occidental. L'administration craint que les acteurs illicites du Venezuela exploitent l'accent mis sur la pandémie de COVID-19 pour faire passer clandestinement des stupéfiants. Il a déployé des destroyers de la Marine, des navires de combat, des avions et des hélicoptères, des coupeurs de la Garde côtière et des avions de surveillance des forces aériennes pour supprimer le trafic de drogue à destination des États-Unis.La décision comprend des forces dans les Caraïbes et le Pacifique oriental, mais l'administration Trump semble particulièrement préoccupée par le Venezuela.

Le pays manque de renseignement maritime et de capacités d'application. La corruption, la pauvreté et l'insécurité alimentaire entraînent une augmentation de la criminalité sur terre et en mer. Le trafic de drogue au Venezuela semblent avoir augmenté et les États-Unis ont les outils pour combler cette lacune, avec la marine la plus forte et la plus grande de la région.

Cependant, bien que cette présence accrue soit susceptible d'entraîner davantage de saisies à court terme, elle ne peut pas changer les causes profondes de l'activité maritime illicite. Une solution plus durable nécessite plus que l'augmentation des actifs sur l'eau pour la recherche et la saisie. De plus, sans soutenir les organisations locales et sans s'attaquer aux conditions qui poussent tant de Vénézuéliens à des activités illicites, les effets de l'effort ne seront pas durables. Les améliorations suivantes pourraient améliorer les efforts déployés par les États-Unis pour réduire le trafic de drogue et aider à garantir une solution durable.

Mesures pour améliorer l'efficacité

Les acteurs illicites peuvent dissimuler le trafic de drogue. Une approche solide de la sécurité maritime nécessite une perspective holistique de la criminalité maritime. Les acteurs illicites du monde entier font preuve d'une grande agilité et capacité à dissimuler leurs activités. En 2019, la Garde côtière américaine confisqué 466 millions de dollars de cocaïne dissimulée sur des bateaux de pêche le long de la côte pacifique d'Amérique centrale et du Mexique. Parce que la pêche illégale passe souvent inaperçue et génère des sanctions plus faibles, elle constitue une couverture pratique pour des délits plus sévères comme le trafic de drogue. Les drogues sont encore contrebande à l'intérieur du poisson.

Les États-Unis doivent être sensibles aux changements vers d'autres crimes illicites. Dans les Caraïbes, l'application des lois maritimes s'est principalement concentrée sur le trafic de drogue. Cependant, les acteurs illicites ont diversifié leurs activités. La contrebande d'or et de carburant est également devenue courante. Bien que ces marchandises semblent plus inoffensives que les drogues, elles constituent une source de financement importante pour les acteurs illicites. Groupes criminels vénézuéliens posséder des villes minières et gérer les trafics à la frontière avec la Colombie et le Brésil, générant violence, conflit et instabilité. L'extraction d'or au Venezuela a même été par rapport aux diamants du sang d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale. Et les plus durement touchés sont les groupes locaux autochtones qui sont plongé dans la violence et la pollution des opérations minières. De nombreux Vénézuéliens sont également forcé dans l'extraction d'or illicite en raison des bas salaires et doivent par la suite payer aux gangs criminels une grande partie de leurs revenus.

Les criminels vénézuéliens se sont également tournés vers l'espace maritime, volant des moteurs de bateaux, effectuant des vols et même des opérations d'enlèvement contre rançon. Le carburant à bas prix est introduit clandestinement au Venezuela et commercialisé vers les pays voisins. Cela montre l'éventail d'options à partir desquelles les acteurs illicites du Venezuela peuvent générer des fonds. Les fonds provenant de ces activités aideront les acteurs illicites à maintenir leur financement et leurs réseaux, et faciliteront leur retour au trafic de stupéfiants une fois que les États-Unis redéploieront leurs actifs.

Les États-Unis doivent équilibrer leurs efforts avec une concentration géographique sur le Pacifique. Les États-Unis pourraient ne pas lutter efficacement contre le trafic de drogue en se concentrant sur l'Atlantique. Les acteurs illicites sont également géographiquement flexibles. En raison de l'importance accordée à la lutte contre les stupéfiants dans les Caraïbes, une grande partie du trafic de cocaïne s'est déplacée vers la côte du Pacifique. 84% de la cocaïne sud-américaine confisquée est acheminée par le Pacifique. En réalité, plus de cocaïne semble voyager à travers les Galapagos que les Caraïbes, où les acteurs illicites peuvent voyager sans être détectés ou se déguiser en pêcheurs.

Certaines des forces navales américaines sont en cours dirigé vers le Pacifique oriental, avec une récente saisie de 1700 livres de cocaïne au large de la côte Pacifique de l'Amérique centrale, mais cela illustre l'agilité géographique des narcotrafiquants et la nécessité de maintenir des ressources suffisantes pour que l'investissement dans un domaine ne se fasse pas au détriment de l'autre.

Les États-Unis doivent habiliter les organisations régionales. Bien que les États-Unis aient engagé 22 pays partenaires dans cet effort, ils dominent toujours l'opération vénézuélienne de lutte contre les stupéfiants. Afin d'améliorer la sécurité maritime à long terme, il est important de soutenir et d'autonomiser les organisations régionales. Cela augmente la légitimité de l’opération ainsi que la capacité régionale.

Les Caraïbes comprennent plusieurs organisations internationales. La Communauté des Caraïbes (CARICOM), composée de 15 pays des Caraïbes, vise à améliorer la coopération régionale sur les questions économiques et la politique étrangère. La CARICOM comprend une branche appelée Agence de mise en œuvre de la Communauté des Caraïbes pour le crime et la sécurité (IMPACS DE LA CARICOM). CARICOM IMPACS encourage l'échange d'informations, le renforcement des capacités régionales et la collaboration pour améliorer la sécurité régionale. le Système de sécurité régional (RSS), un organisme sous-régional distinct axé sur la sécurité collective entre sept des États membres de la CARICOM, analyse les activités criminelles dans la région et effectue des patrouilles aériennes, terrestres et maritimes. Cependant, il a dû réduire ses patrouilles maritimes ces dernières années, malgré le maintien de deux avions de patrouille maritime régulièrement opérationnels.

Pour que l'opération américaine soit perçue comme légitime autant que possible et capable de contrer les opérations maritimes illicites à long terme, les États-Unis devraient soutenir le renforcement des capacités d'organisations régionales comme CARICOM-IMPACS et RSS pour remplir plus efficacement leurs mandats. Cela permettra également aux États-Unis de dépenser finalement moins de ressources dans la région.

Les États-Unis doivent être conscients des menaces de conflit et du bien-être côtier. L'une des principales causes profondes du trafic illicite est la pauvreté et l'insécurité sur terre. Au Venezuela, l'insécurité alimentaire et le manque de moyens de subsistance viables font des citoyens des délits illicites. En 2017, le Vénézuélien moyen a perdu 24 livres, et 90 pour cent du pays vivent maintenant dans la pauvreté. L'insécurité alimentaire et économique et la violence au Venezuela ont catalysé quatre millions de migrants et de réfugiés de quitter le pays. Ces conditions poussent de nombreux Vénézuéliens à se tourner vers le crime illicite pour survivre. Avec plus de pression contre le Venezuela, les États-Unis ne peuvent que pousser plus de Vénézuéliens au désespoir. S'ils veulent développer une solution à long terme au trafic illicite dans la région, il est vital pour les États-Unis de considérer les impacts de leurs décisions sur le bien-être côtier.

Conclusion

Les États-Unis ont la marine la plus grande et la plus avancée du monde et sont un acteur important dans la région des Caraïbes et l'hémisphère occidental dans son ensemble. Il est vital de renforcer l'application des lois maritimes, en particulier pour lutter contre le trafic de drogue dans la région. Cependant, la lutte contre le trafic de drogue ne fera pas disparaître ces groupes criminels. Ils emprunteront d'autres itinéraires et tireront parti du commerce d'autres marchandises illicites. Afin d'établir une approche durable et pacifique des défis de sécurité maritime de la région, les États-Unis doivent adopter une approche holistique des menaces à la sécurité maritime et habiliter les organisations locales à résoudre les problèmes de sécurité régionaux à leur source. Les États-Unis consacreront beaucoup de temps et de ressources à cet effort. Il est important de trouver une solution à long terme au problème, de peur que les États-Unis ne se retrouvent dans une bataille coûteuse et sans fin contre le trafic de drogue.

Laura Burroughs a travaillé pendant cinq ans à l'ONG One Earth Future (OEF) qui travaille en étroite collaboration avec l'ONU, les marines et le secteur privé. Elle a de l'expérience en sécurité maritime, animant des sessions et développant des rapports pour le projet Caught Red-Handed une série d'ateliers organisés par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour promouvoir la coordination interinstitutions afin d'améliorer la sécurité maritime.

Image vedette: Des membres de la Garde côtière américaine sont assis au sommet d'un navire de contrebande présumé semi-submersible saisi dans les eaux internationales de l'océan Pacifique oriental alors que le coupeur Harriet Lane manoeuvre à proximité le 24 octobre 2019. (Photo de la Garde côtière américaine / Patrick Kelley)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *