Des carburants verts à base d’hydrogène pour décarboner 80 % du transport maritime mondial

Un remplacement rapide des combustibles fossiles par des combustibles renouvelables à base d’hydrogène vert et de biocarburants avancés pourrait permettre de réduire jusqu’à 80 % des émissions de CO2 attribuées au transport maritime international d’ici le milieu du siècle, selon un nouveau rapport de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). .

Les carburants renouvelables devraient représenter au moins 70 % du mix énergétique du secteur en 2050, selon l’IRENA « Une piste pour décarboner le secteur maritime d’ici 2050 » montre, décrivant une feuille de route pour le secteur mondial du transport maritime conformément à l’objectif climatique mondial de 1,5°C.

Hydrogène vert
Illustration. Image de Kees Torn sur Flickr sous licence CC BY-SA 2.0.

« Entre 80 % et 90 % du commerce international se fait par voie maritime. La décarbonisation du transport maritime mondial est l’un des secteurs les plus difficiles à aborder – et malgré des ambitions élevées – les plans actuels ne sont pas à la hauteur de ce qui est nécessaire », Francesco La Caméra, a déclaré le directeur général de l’IRENA.

« Cette perspective de l’IRENA montre clairement que la réduction des émissions de CO2 dans un secteur aussi stratégique et difficile à réduire est techniquement réalisable grâce aux carburants à hydrogène verts. »

« Il est essentiel de prendre des mesures précoces. Que ce rapport encourage les décideurs politiques, les armateurs et les exploitants de navires, les autorités portuaires, les développeurs d’énergies renouvelables et les services publics à travailler ensemble vers des objectifs climatiques communs et à montrer leur ambition aux dirigeants mondiaux lors de la conférence des Nations Unies sur le climat COP26 à Glasgow, » La Caméra a ajouté.

Si le transport maritime international était un pays, il serait le sixième ou septième émetteur de CO2. La trajectoire de décarbonisation à 1,5°C de l’IRENA repose sur quatre mesures clés telles que l’électrification indirecte en utilisant des carburants verts à base d’hydrogène, l’inclusion de biocarburants avancés, l’amélioration de l’efficacité énergétique des navires et la réduction de l’activité sectorielle en raison de changements systémiques dans la dynamique du commerce mondial.

Photo : IRENA

À court terme, les biocarburants avancés joueront un rôle clé dans la réduction des émissions, fournissant jusqu’à 10 % du mix énergétique total du secteur en 2050. À moyen et long terme, les carburants verts à base d’hydrogène seront essentiels, représentant 60 % du mix énergétique en 2050.

L’e-méthanol et l’e-ammoniac sont les carburants verts à base d’hydrogène les plus prometteurs, l’e-ammoniac en particulier devant être le pilier de la décarbonisation du secteur d’ici 2050.

Le rapport de l’IRENA indique que l’e-ammoniac pourrait représenter jusqu’à 43% des besoins énergétiques du secteur en 2050, ce qui impliquerait l’utilisation d’environ 183 millions de tonnes d’ammoniac renouvelable pour le seul transport international, une quantité comparable à la production mondiale d’ammoniac actuelle.

Le rapport constate également que les coûts de production des carburants alternatifs et leur disponibilité dicteront en fin de compte l’emploi réel de carburants renouvelables. Passer de presque zéro émission de CO2 à zéro net nécessite un mix d’énergies 100 % renouvelables d’ici 2050. Alors que les coûts des énergies renouvelables ont baissé à un rythme accéléré, de nouvelles baisses de coûts sont nécessaires pour que les carburants dérivés des énergies renouvelables deviennent le premier choix de propulsion.

Les objectifs climatiques et l’ambition de décarbonation peuvent être relevés en adoptant des mesures politiques internationales coordonnées, pertinentes et opportunes. Une taxe carbone réaliste sera essentielle, en fixant un prix du carbone ajustable sur chaque combustible pour empêcher de nouveaux investissements dans les combustibles fossiles et des actifs bloqués.

Enfin, le rapport appelle toutes les parties prenantes à développer des modèles commerciaux plus larges et à établir des partenariats stratégiques impliquant des industries à forte intensité énergétique, ainsi que des fournisseurs d’électricité et le secteur pétrochimique.

Les parties prenantes doivent être entièrement identifiées et engagées, les différents acteurs doivent travailler vers un objectif commun. En conséquence, les organes directeurs réglementant le secteur du transport maritime international doivent développer des exercices de planification intégrés et participatifs, établissant des actions étape par étape pour atteindre zéro émission d’ici 2050.

Ce contenu intégré n’est visible qu’après acceptation des cookies.

Plus tôt ce mois-ci, la Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a soumis des plans au régulateur de l’industrie des Nations Unies, l’Organisation maritime internationale (OMI), détaillant les mesures urgentes que les gouvernements doivent prendre pour aider l’industrie à atteindre zéro émission nette de CO2 d’ici 2050.

ICS, qui représente 80 % de l’industrie maritime mondiale, pousse les gouvernements à doubler l’ambition de l’objectif actuel de l’OMI.

Les plans comprennent un fonds de R&D obligatoire pour développer des technologies zéro carbone et le développement d’une taxe carbone pour le transport maritime afin d’accélérer la transition vers des carburants zéro carbone plus chers.

Vous pourriez également aimer...