Deuxième symposium de l’OMI sur les carburants alternatifs à faible et à zéro carbone

Le deuxième symposium de l’OMI sur les carburants à faible et à zéro carbone pour le transport maritime s’est tenu (21 octobre) sous la forme d’un événement hybride en personne et à distance au siège de l’Organisation maritime internationale. Le thème était « Assurer une transition juste et inclusive vers un transport maritime à faible émission de carbone » et a réuni plus de 1 500 participants des gouvernements membres, des OIG, des ONG et du grand public. Les besoins et les opportunités des pays en développement dans le processus de transition énergétique vers des carburants alternatifs à faible/zéro carbone pour le transport maritime ont été un sujet de discussion particulier.

La stratégie de décarbonation atteint un point critique
Ouvrant le Symposium, le Secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, a souligné que la décarbonation du transport maritime international est une priorité pour l’OMI, tout en ne laissant personne de côté. « Nous nous engageons tous à agir ensemble pour atteindre l’ambition la plus élevée possible », a-t-il déclaré.

Deuxième symposium de l'OMI
Deuxième symposium de l’OMI sur les carburants alternatifs à faible et à zéro carbone.

M. Lim a remercié les États membres pour leurs efforts jusqu’à présent, mais a averti : « Nous approchons maintenant d’un point critique vers la finalisation de la stratégie de décarbonisation d’ici la mi-2023. Il est primordial d’encourager la disponibilité et l’évolutivité des carburants et technologies marins à faible ou à faible émission de carbone et de garantir la capacité de tous les États membres à participer à cette transition.

Au fur et à mesure que de nouvelles technologies et de nouveaux carburants sont développés, il a également souligné la nécessité d’une formation appropriée pour la main-d’œuvre maritime.

En conclusion de son allocution d’ouverture, M. Lim a promis que l’OMI, en tant que principal forum mondial de réglementation du transport maritime international, continuerait à soutenir le parcours de décarbonisation et à promouvoir une transition juste, équitable et inclusive. Cliquez ici pour lire le discours du Secrétaire général de l’OMI.

Avant le début de la première session du Symposium, le ministre chilien de l’Énergie, Diego Pardow, a prononcé une allocution vidéo dans laquelle il a déclaré que le Chili était pleinement attaché aux objectifs durables de l’OMI et s’est engagé à déployer des efforts à long terme pour parvenir à la décarbonisation.

Regardez la vidéo : Qu’est-ce que les parcs éoliens et solaires terrestres ont à voir avec le transport maritime ?

Surmonter les obstacles à l’accès mondial aux carburants marins à faible et sans carbone
La première session du symposium, animée par Katharine Palmer, responsable du transport maritime, Climate Champions, s’est concentrée sur les solutions pour surmonter les obstacles à l’accès mondial aux carburants marins à faible et sans carbone. Elle a déclaré que « des actions audacieuses et rapides », y compris des signaux de demande forts, sont nécessaires pour amener des navires à zéro émission et la disponibilité d’infrastructures d’approvisionnement en énergie propre côté ville pour les soutenir.

Dans une présentation à distance, Elizabeth Connelly, analyste des technologies énergétiques et des transports à l’Agence internationale de l’énergie, a averti que les émissions de CO2 du transport maritime international devraient augmenter par rapport aux niveaux de 2019 et a déclaré que dans le cadre du scénario net zéro de l’AIE, des politiques sont nécessaires parallèlement à des technologies innovantes et consommation de carburant.

Les recommandations politiques comprennent l’augmentation de la rigueur des normes opérationnelles d’intensité de carbone pour encourager le passage à des carburants à faible émission de carbone ; une évaluation des émissions du puits à l’éveil ; imposer des navires à zéro émission ; et une accélération de la recherche, de la conception et du développement.

Kenneth Tveter, responsable du groupe de transition verte chez les stratèges du secteur maritime, Clarksons, a souligné la rareté actuelle des carburants renouvelables tels que l’hydrogène, l’ammoniac et le méthanol, et a fait valoir que les technologies d’économie d’énergie sont susceptibles d’avoir un impact plus important à court terme. à moyen terme tandis que les carburants alternatifs sont mûris. Il a également appelé à une approche holistique de la décarbonisation du transport maritime, en tenant compte des voies de décarbonation d’autres secteurs à forte intensité énergétique.

La tarification des carburants de transport alternatifs a été abordée par Jonah Sweeney d’Argus, qui fournit une analyse des prix du marché des carburants marins. Ce marché, a-t-il dit, devient plus complexe, mais a souligné que le potentiel des soutes à carburant alternatif est déjà là.

Chris Chatterton, directeur de l’exploitation au Methanol Institute, a observé que le méthanol est actuellement disponible dans plus de 100 ports et qu’une orientation politique claire était nécessaire pour augmenter la production de méthanol renouvelable pour le transport maritime.

Clôturant la session, Shamika Sirimanne, directrice de la Division de la technologie et de la logistique à la CNUCED, a souligné l’énorme défi que représente le passage à un transport maritime à faible émission de carbone pour les pays en développement, en particulier lorsque leur rétablissement après la crise financière mondiale et la pandémie de Covid-19 est déjà plus difficile. fragile que dans d’autres parties du monde.

Elle a lancé un appel aux pays qui ont la technologie et la capacité de les partager avec ceux qui n’en ont pas, et où la survie économique à court terme devient impérative. « Il doit y avoir une solidarité internationale… si vous voulez avoir un mouvement massif vers une navigation à faible émission de carbone », a-t-elle déclaré.

Opportunités pour les pays en développement
Les opportunités potentielles que la transition vers des carburants marins à faible et à zéro carbone présente pour les pays en développement était le thème de la deuxième session du Symposium. Elle était animée par John Fatuimoana Kautoke, Conseiller du Haut-Commissaire des Tonga.

Claudia Octaviano, coordinatrice de l’atténuation du changement climatique à l’INECC, Mexique, a présenté des présentations sur la stratégie de transport maritime vert du Mexique et sur les secteurs portuaires, soulignant en particulier la nécessité d’un transfert de technologie et d’une évaluation approfondie des co-avantages de la décarbonisation du transport maritime, y compris l’énergie renouvelable production.

Waleed Gamaledien, président de la zone économique du canal de Suez, a présenté les développements récents en Égypte concernant les projets d’infrastructure de soutage écologiques et la nécessité d’incitations pour que la transition se produise. Il a déclaré que, selon lui, de nombreux pays fourniront à l’avenir des carburants marins à faible et à zéro carbone, mais que les prix et les volumes peuvent varier, et dans ce contexte, l’approche des pôles d’énergie renouvelable aura un avantage, avec la proximité des principaux les voies de navigation étant cruciales. Il a également mentionné que des annonces importantes à cet égard seraient faites lors de la COP27 qui se tiendra à Sharm El Sheikh (Egypte), du 6 au 18 novembre.

Lau Blaxekjær du Global Maritime Forum a parlé des couloirs verts (ou « actions basées sur les itinéraires ») comme catalyseur de la décarbonisation, affirmant qu’un grand nombre de parties prenantes devraient être impliquées et que les enseignements doivent être partagés en mettant l’accent sur l’évolutivité et la réduction frais. « Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas impliquer les pays en développement dans les corridors verts », a-t-il déclaré.

Stuart Neil, directeur de la stratégie et des communications de la Chambre internationale de la marine marchande, a également défendu le rôle que les pays en développement pourraient jouer. Il a parlé de la manière dont ils pourraient «s’approprier l’avenir», comme avec, par exemple, les hubs marins d’énergie propre.

Il y a également eu des présentations de Yanxian Cai de la China Classification Society sur la faisabilité des systèmes de capture de carbone embarqués, et de Voytek Chelkowski de Seamind Blue Ocean qui a souligné les coûts élevés du carburant et du soutage, ainsi que l’importance de définir un parcours de décarbonisation clair. pour apaiser les inquiétudes concernant la perturbation du commerce mondial.

Assurer une « transition juste et équitable vers une navigation à faible émission de carbone
La session finale du Symposium a exploré, comme l’a dit la modératrice Fernanda Millicay, Représentante permanente de l’Argentine auprès de l’OMI, « la partie juste et inclusive ».

Christiaan De Beukelaer, qui enseigne la culture et le climat à l’Université de Melbourne, a présenté le résultat de ses récentes recherches sur la transition juste et équitable dans le contexte du transport maritime. Il a mis l’accent sur l’efficacité environnementale et l’équité procédurale soutenue par la justice sociale, l’équité mondiale et l’inclusivité technologique. En déclarant cela, il a déclaré : « Il ne faut pas s’attendre à ce que l’industrie du transport maritime résolve tous les problèmes du monde », et a ajouté : « La transition énergétique est une opportunité pour améliorer la vie ».

Les défis particuliers auxquels sont confrontés les petits États insulaires en développement (PEID) ont été mis en évidence dans une présentation passionnée et franche d’Atina Schutz, étudiante chercheuse au Centre micronésien pour le transport durable. Mme Schutz s’adressait au Symposium depuis les Îles Marshall qui, a-t-elle rappelé à l’auditoire, se situent à moins de deux mètres au-dessus du niveau de la mer et sont particulièrement vulnérables au changement climatique.

« Je suis au début de la vingtaine, la génération qui peut payer le vrai coût des combustibles fossiles. » Elle a poursuivi : « Le temps n’est pas notre ami… Nous n’avons pas le choix ; nous devons agir de manière décisive maintenant ». Les opportunités d’investissement pour une industrie responsable sont énormes, a-t-elle déclaré, appelant l’OMI à fournir la certitude de la vitesse et de la trajectoire du changement en utilisant les principes existants inscrits dans le droit international pour assurer une transition équitable.

D’autres présentations ont été faites par Goran Dominioni de la Banque mondiale sur les revenus du carbone provenant du transport maritime international ; Fabio da Silva Vinhado du ministère brésilien des Mines et de l’Énergie qui a souligné les avantages de la production de biocarburants, d’hydrogène à faible émission de carbone et de méthanol au Brésil ; et Gerardo Borromeo, de Philippine Transmarine Carriers et membre du groupe de travail sur la transition juste, qui a parlé de la nécessité de faire de l’industrie maritime une option de carrière attrayante pour la prochaine génération. Il a noté que, s’il faut moins de trois ans pour construire un navire, passer de cadet à maître peut prendre jusqu’à 14 ans.

Mehtap Özdemir, secrétaire général de l’Association turque des constructeurs navals, était le dernier orateur de cette session. Elle a parlé des opportunités de carrière dans la construction navale, y compris de nouveaux rôles émergents dans, par exemple, le développement de logiciels, l’analyse de données et les technologies de numérisation 3D. Elle a également souligné l’importance d’objectifs clairs dans la stratégie de l’OMI et la nécessité de financer et de lancer des projets pilotes dans tous les secteurs de la décarbonisation du transport maritime.

Dans ses conclusions, Mme Millicay a souligné que la décarbonisation du transport maritime pourrait effectivement offrir de nouvelles opportunités aux pays en développement, mais qu’elle comportait également des défis importants, qui doivent être relevés consciencieusement dans l’élaboration des politiques, avec un sens accru de la solidarité internationale.

Communiqué de presse

Dernières nouvelles sur l’expédition