Eidesvik et Wärtsilä donnent vie au premier projet de conversion d’ammoniac au monde

L’armateur norvégien Eidesvik Offshore a signé un accord de coopération avec le groupe technologique Wärtsilä pour moderniser un navire de ravitaillement offshore (OSV) avec un moteur à combustion à l’ammoniac ainsi que le système de sécurité et l’alimentation en carburant requis.

Le projet de conversation, nommé Apollo, sera le premier du genre au monde, a rapporté Eidesvik vendredi. L’objectif prévisionnel d’achèvement du projet est fin 2023.

Jan Fredrik Meling, PDG et président d’Eidesvik a commenté l’utilisation d’ammoniac pour alimenter le moteur du navire : « L’utilisation de l’ammoniac comme carburant est considérée comme un futur contributeur clé à la transition énergétique du transport maritime, et nous sommes ravis d’être le premier armateur offshore à franchir cette étape. »

Eidesvik a expliqué que le navire envisagé pour la conversion est équipé de moteurs à double carburant Wärtsilä, qui fonctionnent principalement avec du GNL, tandis que la modernisation permettra au navire de ravitaillement de fonctionner avec un mélange d’ammoniac à 70 %. Un moteur alimenté avec ce pourcentage de mélange d’ammoniac a passé avec succès les tests de laboratoire de Wärtsilä.

Photo : Le personnel de Wärtsilä et d’Eidesvik à la tête du projet de conversion de l’ammoniac. De gauche à droite Jan Lodden; Directeur des opérations, Eidesvik Offshore, Hans-Petter Nesse, directeur général, Wärtsilä Norvège, Gitte Gard Talmo, directeur commercial, Eidesvik Offshore et Caton Esperø, chef des ventes, Wärtsilä Norvège ; Avec l’aimable autorisation d’Eidesvik

Les deux sociétés ont exprimé leur soutien aux efforts de l’industrie pour décarboner ses opérations et ont souligné leur engagement dans le processus de transition. En fin de compte, l’objectif final est de faire fonctionner le moteur avec 100 % d’ammoniac et une exigence minimale de carburant d’allumage, car l’ammoniac a le potentiel de réduire considérablement les émissions de CO2.

Hans Petter Nesse, directeur général de Wärtsilä Norvège a déclaré : « Collaborer avec Eidesvik sur ce projet révolutionnaire est une étape passionnante et importante vers une expédition sans carbone. Naturellement, nous travaillons également avec des sociétés de classification sur des mesures visant à garantir la sécurité et l’environnement
utilisation durable.

Eidesvik utilise du GNL dans sa flotte depuis 2003 et des piles à combustible depuis 2006. La société est fermement convaincue que les nouvelles constructions doivent disposer des technologies appropriées tandis que les navires existants doivent être modernisés en conséquence pour atteindre les objectifs de décarbonisation de l’industrie. L’entreprise fait également valoir que prolonger la durée de vie des actifs existants nécessite non seulement moins de capital, mais est également moins énergivore que la construction de nouveaux.

« Nous sommes déjà bien avancés dans le développement de l’ammoniac en tant que carburant marin viable, et nous travaillons également activement sur d’autres futurs carburants sans carbone. Nos solides compétences internes sont largement utilisées pour soutenir notre engagement à décarboniser le transport maritime », ajouta Nesse.

Le projet de distribution d’énergie en mer à zéro émission (ZEEDS) dirigé par Wärtsilä, qui prévoit de développer de nouvelles constructions alimentées à l’ammoniac et de convertir des navires existants appropriés, est également lié au projet de conversion d’ammoniac.

Les deux sociétés se sont également associées pour équiper un navire ravitailleur de plate-forme, Viking Energy, d’une pile à combustible de 2 MW fonctionnant à l’ammoniac vert dans le cadre du projet ShipFC financé par l’UE. Selon Eidesvik, cette installation devrait avoir lieu fin 2023.

En avril de cette année, Eidesvik a exprimé son intention de moderniser son navire d’exploitation de service (SOV) Acergy Viking avec un pack de batteries et une solution de propulsion hybride, dans le cadre de l’ambition de l’entreprise de réduire de 50 % les émissions de sa flotte d’ici 2030.

La conversion devrait être achevée au premier trimestre 2022 et devrait entraîner une réduction de la consommation de diesel (MGO) pouvant atteindre 350 tonnes par an, avec une réduction correspondante des émissions de CO2 de plus de 1 000 tonnes par an.

Vous pourriez également aimer...