Equinor remet ses plans d'électrification partielle du champ Sleipner

Equinor et ses partenaires ont pris la décision d'investir pour électrifier en partie le champ Sleipner, situé au large de la Norvège, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le plateau continental norvégien.

Aujourd'hui, les partenaires soumettent un plan révisé de développement et d'exploitation aux autorités, a déclaré Equinor dans un communiqué.

«Aujourd'hui, nous sommes heureux de soumettre des plans de développement pour l'électrification de Sleipner qui produiront à la fois des effets d'entraînement et de nouvelles réductions d'émissions majeures sur le plateau continental norvégien. Cet investissement contribuera à développer davantage le SNC vers l'objectif de zéro émission de gaz à effet de serre en 2050 ", dit Anders Opedal, Vice-président exécutif d'Equinor pour la technologie, les projets et le forage.

"La bonne nouvelle d'hier selon laquelle un large accord politique a été conclu sur les ajustements temporaires de la taxe sur le pétrole fournira à l'industrie la prévisibilité dont elle a besoin pour poursuivre les travaux sur les projets prévus qui stimuleront de nouveaux investissements et maintiendront l'activité dans une période difficile", dit Opedal.

La solution pour le centre de terrain de Sleipner impliquera la pose d'un nouveau câble d'alimentation de Sleipner à la plate-forme Gina Krog, qui sera liée à la solution de zone pour l'alimentation électrique depuis le rivage sur l'Utsira High.

Pendant les périodes où le besoin en électricité est supérieur à la capacité de la solution de zone, Sleipner utilisera des turbines à gaz, comme il le fait aujourd'hui, pour couvrir le besoin en énergie.

Émissions réduites

Selon Equinor, les économies d'émissions de tous les champs reliés à la solution de zone sur l'Utsira High sont estimées à environ 1,15 million de tonnes de CO₂ en moyenne par an.

La part de Sleipner dans cette réduction devrait dépasser 150 000 tonnes de CO₂ par an. Le Fonds NOx du secteur des entreprises contribuera jusqu'à 430 millions de NOK pour réaliser l'électrification partielle du centre de terrain de Sleipner et des champs associés.

Arne Sigve Nylund, Vice-président exécutif pour le développement et la production en Norvège, a déclaré: «Sleipner est un domaine important qui apporte d'énormes valeurs à la société norvégienne. Le domaine est également à la pointe du développement technologique et de l'innovation, en partie grâce à la capture, l'injection et le stockage de plus de 20 millions de tonnes de CO₂ depuis 1996.

"Par conséquent, il est extrêmement gratifiant que les partenaires de la licence Sleipner aient décidé de développer davantage le champ conformément à nos plans ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le NCS. ».

En octobre 2019, la licence Johan Sverdrup, avec les partenaires de Gina Krog, Ivar Aasen, Edvard Grieg et Sleipner avec ses champs de raccordement, est parvenue à un accord sur la répartition de l'énergie à terre à partir du haut d'Utsira.

La solution Power from shore to the area fait partie de la deuxième phase du développement de Johan Sverdrup et sera conçue avec une capacité supplémentaire de 35 MW afin de répondre à de nouveaux besoins en électricité dans le temps à venir.

Aibel remporte les postes de Sleipner et Gina Krog

Aibel a remporté un contrat FEED (ingénierie et conception frontale) en octobre 2019 pour électrifier Sleipner. Ce contrat est désormais étendu à un contrat EPCIC (ingénierie, approvisionnement, construction, installation et mise en service).

Illustration: énergie du rivage à l'Utsira High et au centre de terrain de Sleipner. Source: Equinor

Le contrat EPCIC est évalué à environ 400 millions de NOK (43,2 millions de dollars) et générera environ 170 années-hommes réparties sur deux ans au bureau d'Aibel à Stavanger et au chantier naval de Haugesund.

Les achats d'équipement auprès de sous-traitants devraient également s'élever à environ 150 millions de NOK (16,2 millions de dollars). Le contrat est subordonné à l'approbation finale par les autorités du plan modifié de développement et d'exploitation.

Une décision d'investissement a également été prise pour l'électrification de Gina Krog. C’était une exigence des autorités dans le cadre de l’approbation du plan de développement et d’exploitation du terrain. Le contrat EPCIC pour achever les travaux d'électrification de Gina Krog a également été attribué à Aibel. La valeur du contrat est d'environ 160 millions de couronnes norvégiennes et il en résultera environ. 60 années-hommes réparties sur 1,5 an.

Pour permettre l'électrification du champ de Sleipner, un câble haute tension de 28 kilomètres doit être posé entre Gina Krog et Sleipner. Gina Krog sera connectée à Johan Sverdrup par un câble haute tension de 62 kilomètres. Le contrat de production et de pose de câbles a été attribué au fournisseur de câbles NKT. NKT a déjà effectué le travail de pose du câble de Johan Sverdrup au champ de Gina Krog.

La puissance de Sleipner provenant de l'investissement à terre sera d'environ 850 millions de NOK (91,7 millions de dollars) et de Gina Krog 640 millions de NOK (69,05 millions de dollars). Le plan est de connecter Sleipner et Gina Krog à l'alimentation électrique de la solution de la zone côtière à l'Utsira High d'ici la fin de 2022.

Les partenaires de la licence Sleipner sont Equinor, Vår Energi, LOTOS Exploration and Production Norge, KUFPEC Norvège.