Erdogan fait monter la tension en mer Égée

Reuter

par Ali Kucukgocmen (Reuters) Le président turc Tayyip Erdogan a accusé samedi la Grèce d’occuper des îles de la mer Égée qui ont un statut démilitarisé, et a déclaré que la Turquie était prête à « faire ce qui est nécessaire » le moment venu.

Rivaux historiques tout en étant également membres de l’OTAN, la Turquie et la Grèce ont été en désaccord sur des questions allant des survols et du statut des îles de la mer Égée aux frontières maritimes et aux ressources en hydrocarbures en Méditerranée, ainsi qu’à la division ethnique de Chypre.

Ankara a récemment accusé Athènes d’armer les îles démilitarisées de la mer Égée – ce qu’Athènes rejette, mais Erdogan n’avait pas auparavant accusé la Grèce de les occuper.

« Votre occupation des îles ne nous lie pas. Quand le moment, l’heure, viendra, nous ferons ce qui est nécessaire », a déclaré Erdogan, s’exprimant dans la province septentrionale de Samsun.

La Grèce a réagi en déclarant qu’elle ne suivrait pas la Turquie dans son « glissement quotidien scandaleux » de déclarations et de menaces.

« Nous informerons nos alliés et partenaires du contenu des déclarations provocatrices… pour indiquer clairement qui met de la dynamite à la cohésion de notre alliance pendant une période dangereuse », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

La Turquie a récemment été irritée par ce qu’elle a qualifié de harcèlement de ses avions par les forces grecques. Ankara a déclaré que les systèmes de défense aérienne S-300 utilisés par la Grèce s’étaient verrouillés sur des avions turcs lors d’un vol de routine.

Le président turc Tayyip Erdogan signe Bayraktar Kizilelma, un avion de combat sans pilote, au Teknofest Black Sea, un festival de l’aviation, de l’espace et de la technologie, à l’aéroport de Carsamba à Samsun, en Turquie, le 3 septembre 2022. Murat Cetinmuhurdar/Bureau de presse présidentiel

La Turquie a célébré le jour de la Victoire le 30 août, une fête nationale commémorant les forces turques chassant les forces grecques en 1922. Samedi, Erdogan a également appelé la Grèce à « ne pas oublier Izmir », faisant référence à la victoire turque.

Alors qu’Erdogan se prépare à ce qui s’annonce comme le plus grand défi électoral de son règne de près de 20 ans en 2023, le président a mis en avant les réalisations sur la scène mondiale. Il a également intensifié sa rhétorique sur la politique étrangère.

Ankara affirme que les îles de la mer Égée ont été données à la Grèce en vertu des traités de 1923 et 1947 à condition qu’elle ne les arme pas. Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré à plusieurs reprises que la Turquie commencerait à remettre en question la souveraineté grecque sur les îles si Athènes persistait à les armer.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré que la position de la Turquie consistant à remettre en cause la souveraineté de la Grèce sur les îles était « absurde ».