Étude : seulement 35 % des grandes compagnies maritimes se sont engagées à devenir nette zéro d’ici 2050

Seules 33 des 94 (35%) des principales compagnies maritimes du monde ont un objectif clairement exprimé d’être net zéro d’ici 2050 au plus tard ou se sont engagées à atteindre les objectifs de l’OMI de 50% de réduction absolue en 2050 par rapport au niveau de 2008, selon une nouvelle étude. .

zéro net
Source : Vues Venti sur Unsplash

L’évaluation, menée par le Mærsk Mc-Kinney Møller Center for Zero Carbon Shipping, s’appuie sur des décarburation ambitions et actions des plus grandes entreprises par capacité détenue dans les segments pétrolier, vrac, conteneur et RORO/voiture. Ensemble, ces quatre segments sont à l’origine d’une part substantielle (70 %) des émissions maritimes mondiales.

L’état de la décarbonation dans l’industrie maritime montre que si de réels progrès ont été réalisés, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que l’industrie atteigne le zéro net dans le temps limité qui reste à la transition.

Une comparaison avec d’autres industries suggère que 35 % des compagnies maritimes avec des engagements IMO ou net zéro 2050 sont faibles.

Un rapport KPMG de 2020 examinant les 100 premières entreprises en termes de chiffre d’affaires dans 52 pays dans tous les secteurs, a révélé que 66 % des entreprises automobiles, 56 % des entreprises pétrolières et gazières et 45 % des entreprises de transport et de loisirs avaient des rapports de durabilité avec des objectifs de réduction des émissions de carbone.

«Le MMMCZCS encourage fortement les armateurs à fixer des objectifs ambitieux de réduction des émissions, de préférence alignés sur une ambition nette zéro pour 2050 ou plus tôt et à compléter les engagements avec des objectifs et des plans tangibles déjà pour cette décennie», Bo Cerup-SimonsenPDG du Mærsk Mc-Kinney Møller Center for Zero Carbon Shipping, a déclaré.

« La transparence est essentielle pour la transition, et il ne fait aucun doute que les armateurs et les exploitants devront de plus en plus être transparents sur les objectifs et les actions climatiques – non seulement envers les régulateurs, mais aussi pour répondre aux attentes des clients, des investisseurs, des assurances, du plus grand public – et surtout les employés.

Alors que les armateurs doivent agir, les régulateurs doivent également intensifier et mettre en œuvre les exigences de déclaration obligatoire des impacts liés au climat soumis à un audit par un tiers. Les exigences doivent s’appuyer sur des normes mondiales pour accroître la comparabilité et éviter de créer des charges de déclaration supplémentaires, recommande le MMMCZS.

L’analyse montre que l’industrie des conteneurs a le plus haut niveau d’ambition avec 16 des 30 plus grandes entreprises du segment ayant fixé des objectifs d’émissions à l’horizon 2050. Cela se traduit par 69 % de la capacité totale de la flotte maritime de conteneurs en tonnage de port en lourd détenu.

Inscrivez-vous à l’exposition et à la conférence sur l’énergie offshore :