GECF: le rôle de l’ammoniac bleu dans la transition énergétique

Dans son commentaire d’expert, le Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) a révélé le potentiel et les avantages de l’ammoniac bleu en tant que carburant propre de l’avenir.

GECF: le rôle de l'ammoniac bleu dans la transition énergétique
Gracieuseté de NYK

Comme indiqué dans la dernière édition du GECF Global Gas Outlook 2050, la demande de gaz naturel devrait augmenter de 50%, passant de 3 950 milliards de mètres cubes (bcm) en 2019 à 5 920 bcm d’ici 2050. Cela en fera une partie intégrante de l’approvisionnement énergétique mondial.

Pour répondre aux ambitions de l’OMI en matière de réduction des émissions de GES, il y a une forte augmentation de la demande de carburants alternatifs.

Les producteurs de gaz ont commencé à considérer l’hydrogène comme un carburant crucial pour une décarbonisation mondiale durable, avec ammoniaque bleue émergeant également comme un carburant de premier plan pour stimuler une économie à faible émission de carbone.

Même si le GNL apparaît comme l’une des meilleures options pour atteindre les objectifs de l’OMI pour le moment, l’ammoniac bleu a également été identifié comme l’une des solutions clés dans la voie de l’industrie du transport maritime vers les objectifs de décarbonation de l’OMI dans le secteur maritime.

La croissance de la production de gaz et de l’afflux de GNL a permis aux industries d’accroître la production d’ammoniac bleu.

L’ammoniac est classé soit comme «  bleu  » lorsqu’il est produit à partir de gaz naturel et que le CO2 rejeté est capturé par les technologies CCS / CCUS, soit il peut être qualifié de «  vert  », lorsqu’il est dérivé de l’hydrogène d’électrolyse produit par des ressources renouvelables.

GECF développe «Scénario de l’hydrogène» (HS) ainsi que «Scénario de neutralité carbone» (CNS) en 2021. Ces deux scénarios couvrent un large éventail de voies vers la décarbonisation des majors de l’énergie, telles que l’hydrogène bleu, l’ammoniac bleu et l’application du captage, de l’utilisation et du stockage du carbone (CCUS).

Les pays membres du GECF seraient bien placés pour soutenir un approvisionnement durable en ammoniac bleu.

L’ammoniac est actuellement l’un des principaux contributeurs à l’économie de Trinité-et-Tobago. Le pays possède onze usines d’ammoniac d’une capacité totale de 5,2 millions de tonnes métriques par an, ce qui le positionne comme l’un des plus grands exportateurs mondiaux d’ammoniac.

La Russie et le Japon envisagent d’étudier conjointement la possibilité de transporter de l’ammoniac bleu produit en Sibérie russe pour une utilisation dans des centrales électriques au charbon au Japon. Le dioxyde de carbone (CO2) généré par le processus de production sera capturé et injecté dans les champs pétrolifères de la Sibérie orientale pour une récupération améliorée du pétrole.

Selon l’Ammonia Energy Association, les niveaux de production d’ammoniac approchent actuellement environ 200 millions de tonnes par an. 10 pour cent de ce nombre sont négociés sur le marché mondial. Près de 98% de la matière première de la production mondiale d’ammoniac provient de combustibles fossiles, dont 72% utilise le gaz naturel comme matière première.

L’ammoniac présente les avantages d’une large base d’utilisateurs existante car c’est la base de la production d’engrais. Des infrastructures développées et des installations de production d’ammoniac à grande échelle sont disponibles dans le monde entier, ce qui rend sa production plus réalisable. Les progrès récents des technologies des turbomoteurs ont conduit à une utilisation accrue de l’ammoniac, soit directement pour la combustion, soit indirectement en le reformant en azote et en hydrogène comme matière première industrielle.

Comparé à l’hydrogène, l’ammoniac ne nécessite pas de refroidissement à des températures extrêmes et présente également une densité d’énergie plus élevée que l’hydrogène liquide, ce qui le rend plus efficace à transporter et à stocker.

Les défis de l’ammoniac comprennent sa toxicité et sa corrosivité, dues à la production d’oxyde d’azote (NOx), l’inflammabilité et la combustion dans les moteurs et turbines traditionnels, à savoir une température d’inflammation élevée et une faible vitesse de flamme. À l’heure actuelle, la production d’ammoniac vert à l’échelle commerciale est coûteuse compte tenu des coûts d’investissement de l’usine d’électrolyseurs pour la production d’hydrogène.

L’autre application de l’ammoniac comprend la décarbonisation des centrales électriques au charbon et le ravitaillement des véhicules traditionnels fonctionnant sur un moteur à combustion interne (ICE).

L’ammoniac a le potentiel de jouer un rôle important dans la transformation du système énergétique mondial en une source d’énergie verte et moins gourmande en CO2 pour répondre à la demande mondiale croissante d’énergie, conclut GECF.

Vous pourriez également aimer...