Catégories
Actualités maritimes

Gouvernance des océans et sécurité maritime dans le golfe de Guinée

Semaine thématique sur la gouvernance des océans

Par Bem Ibrahim Garba

introduction

Les océans du monde occupent plus de 70% de la surface de la terre, jouant un rôle important dans le soutien de la croissance socio-économique et du développement des nations. Ces océans sont une source de revenus pour de nombreuses personnes grâce à la pêche, au transport maritime et à la logistique, à l'exploration des hydrocarbures et des ressources pétrolières, à l'exploitation des ressources minérales, ainsi qu'aux loisirs.

Depuis quelque temps, ces dépôts de ressources naturelles précieuses ont subi une grande dégradation due aux activités de l’homme. Pour pouvoir les utiliser et en tirer profit en permanence, maintenant et à l’avenir, les océans doivent être gérés de manière efficace et maintenus avec des lignes directrices et des politiques pour une gouvernance efficace.

Cela implique que la gouvernance des océans est non seulement obligatoire mais également obligatoire pour les nations qui sont contiguës aux océans et aux autres grands plans d'eau du monde.

Gouvernance des océans

La gouvernance des océans fait référence aux politiques, stratégies et activités réalisables entreprises par les gouvernements et les agences non gouvernementales pour influencer et gérer les affaires des océans du monde. Les systèmes océaniques du monde sont complexes, car ces questions concernant la gouvernance des océans sont multidimensionnelles et multiformes. Les défis associés au changement climatique, à la pollution des serres, à la perte de biodiversité, à l'extraction en mer et à la surpêche continuent également d'être un fardeau, posant divers types de menaces pour la vie marine et l'humanité.

Ces défis sont trop complexes pour être relevés par un seul groupe, une seule région ou un seul État-nation. Par conséquent, maintenir les océans du monde en bonne santé et en sécurité nécessite une large coalition d’acteurs réunis dans le cadre de directives et de protocoles internationaux. Cela devient d'autant plus impératif que la population mondiale devrait atteindre 10 milliards d'ici 2050 et 11 milliards d'ici 2100.

La gouvernance en général implique des interactions entre les institutions formelles, les groupes de la société civile et les organisations dans des domaines d'intérêt (parfois géographiques) visant à exercer une autorité et une influence, ce qui conduit à la promulgation de politiques et de décisions, dans la gestion des ressources économiques et sociales d'une zone.

La gouvernance des océans implique de s'assurer que ceux qui opèrent et font du commerce sur les océans le font avec une prudence sûre et raisonnable. Ils doivent être guidés par les lois et l’ordre requis. À titre d'exemple, conformément à sa stratégie globale et aux politiques régionales spécifiques pour le golfe de Guinée, l'Union européenne joue un rôle clé en tant que fournisseur mondial de sécurité maritime. Il a mobilisé des ressources pour protéger la région contre les menaces maritimes telles que la piraterie et la traite des êtres humains, réduit les accidents maritimes et évité les catastrophes environnementales. Les données satellitaires de son programme Copernicus ont été utilisées par l'Agence européenne pour la sécurité maritime pour des opérations internationales de recherche et de sauvetage à la demande de l'ONU.

Depuis le début du commerce maritime, les côtes océaniques ont été de précieuses portes d'entrée pour le commerce mondial, mais aujourd'hui, avec la pollution continue, la dégradation humaine, la piraterie, le banditisme armé, les enlèvements de gens de mer et l'avitaillement illégal sur les mers en augmentation, il y a une baisse notable. dans la valeur économique dérivée du commerce maritime dans les zones qui bordent les océans réputés pour la criminalité en mer.

Certaines des menaces à la vie et aux biens en mer comprennent le terrorisme, la vandalisation, les vols, la piraterie, l'utilisation d'armes à feu, l'avitaillement et d'autres actes de sabotage économique, de vol, de pollution (par déversement de pétrole), de guerre et de troubles civils, etc. la criminalité est particulièrement courante sur la côte africaine connue sous le nom de golfe de Guinée.

le Golfe de Guinée (GOG)

Le golfe de Guinée (GOG) représente le littoral continental qui borde l'océan Atlantique et s'étend sur plus de 6 000 kilomètres. Ce littoral enjambe la frontière de l'Afrique depuis l'Afrique centrale et occidentale, et borde plus d'une douzaine de pays.

Le golfe de Guinée (GOG) offre un théâtre économique aux pays africains côtiers et sans littoral et revêt une importance stratégique pour la communauté mondiale des affaires et la navigation internationale. Le passage en toute sécurité des marchandises et des services aux ports de cette région, ainsi que la sécurité requise dans ses eaux, est un facteur critique pour la production et le transport mondiaux d'énergie. C’est d’autant plus que le Nigéria et l’Angola, deux pays de cette zone, figurent parmi les dix premiers exportateurs mondiaux de pétrole brut.

Le golfe de Guinée est également important pour l’industrie de la pêche en Afrique de l’Ouest, car il fournit des emplois et un moyen de subsistance à un grand pourcentage de la population autochtone. Il offre de vastes ressources minérales et une vie marine de valeur commerciale, ainsi que des routes de transport maritime stratégiques pour le transport maritime international. Ses ressources naturelles font partie intégrante des réseaux commerciaux mondiaux. Cela justifie la nécessité de garantir à tout moment la sécurité et la sûreté maritimes.

L'environnement socio-économique et politique de cette zone a changé au fil des ans. L'insécurité dans le golfe de Guinée a pris une dimension différente. La piraterie et les autres activités criminelles sont en augmentation et constituent une menace sérieuse pour la vie et les activités commerciales dans la région.

Dans le delta du Niger au Nigéria, il y a eu un pic de piraterie maritime, de vols à main armée et de militantisme des jeunes. En 2007, plus de 100 attaques contre des navires de transport ont été enregistrées. Une étude de Friedrich Ebert Stiftung en 2013 a identifié les menaces dans le Golfe comme étant des actes de violence en mer, la criminalité transnationale organisée, le trafic de drogues et de substances illégales, la pêche illégale et non enregistrée et d'autres risques écologiques. Le rapport du Bureau maritime international (BMI) enregistre le golfe de Guinée comme la mer la plus dangereuse en 2016.

Le CSI a également signalé qu'en 2017, le golfe de Guinée avait le plus nombre des incidents signalés de piraterie et de vols à main armée en mer dans le monde. Il a été noté dans le même rapport que 102 membres d'équipage ont été enlevés en 2018, contre 63 enlèvements en 2017.

Cependant, il convient de noter que la piraterie n'est pas la seule cause de l'instabilité et de l'insécurité maritimes dans le golfe de Guinée. Parmi les autres défis liés à la faiblesse de la gouvernance, citons le crime organisé comme la pêche illégale, le trafic de drogue, la traite des êtres humains, le blanchiment d'argent et la corruption. La région est connue comme un important couloir de transit pour le trafic de drogue de l'Amérique du Sud vers l'Europe et d'autres parties du monde.

Carte du golfe de Guinée (Wikimedia Commons)

Une analyse approfondie suggère qu'une faible gouvernance des océans est le principal facteur d'insécurité dans le golfe de Guinée. D'autres facteurs incluraient la pauvreté au sein des communautés côtières, la corruption des fonctionnaires, le chômage croissant, le militantisme des jeunes, le terrorisme et l'attrait de l'argent rapide fourni par l'entreprise criminelle.

Un commerce mondial sain exige un effort mondial concerté pour lutter contre les activités criminelles et le racket qui sont devenus synonymes de cette région. Pour créer une région économique plus sûre et plus sûre, il faut des informations adéquates, le renforcement des capacités humaines, le développement et le transfert de connaissances techniques, des politiques institutionnelles solides et pratiques et des ressources technologiques pour gérer les impacts humains négatifs et les risques naturels inhérents à ce milieu marin et son écosystème. Cela est impossible sans une gouvernance intégrée et une politique océanique transrégionale qui équilibrera l'utilisation de ce littoral avec le développement durable de ses abondantes ressources.

À la hauteur de ce défi, de nombreuses organisations maritimes, en particulier l'Organisation maritime internationale (OMI), ont suivi les problèmes de sécurité dans le golfe de Guinée pendant de nombreuses années avec un fort engagement à comprendre et à résoudre les défis sous-jacents. Cela a commencé après qu'un appel a été lancé aux Nations Unies par le président de la République béninoise de l'époque, Thomas Boni Yayi, pour une assistance dans la lutte contre les crimes dans la région. En réponse à cela, parmi de nombreux autres appels d'autres parties prenantes, le Conseil de sécurité de l'ONU a présenté en février 2012 la résolution 2039 qui exhortait les États de la région à développer des politiques de lutte contre la piraterie aux niveaux régional et national.

Des organes tels que la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) et la Commission du golfe de Guinée (GGC) ont également convoqué des réunions conjointes et des sessions stratégiques pour élaborer des stratégies régionales. Les documents rédigés lors des réunions ci-dessus ont été approuvés lors d'un sommet des chefs d'État et de gouvernement d'Afrique centrale et de l'Ouest à Yaoundé, au Cameroun, en juin 2013.

L'année 2015 a vu la création du Centre de coordination interrégional (ICC) sous les auspices de la Commission du Golfe de Guinée (GGC). De nombreux autres organes ont également été créés pour traiter la question de l'insécurité et faciliter le développement de la région. Ces organes comprennent le CRESMAO en 2014 et le CRESMAC en 2015, dans le cadre de la CEDEAO.

Sur la scène mondiale, la résolution 2039 du Conseil de sécurité des Nations unies a invité les partenaires internationaux à soutenir les efforts régionaux et les relations et partenariats bilatéraux dans le golfe de Guinée. Des pays développés comme les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France et l'Espagne doivent faire partie des partenariats bilatéraux. L'UE a également publié sa stratégie pour le golfe de Guinée, et INTERPOL et l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) ont inclus la piraterie dans le golfe de Guinée dans leurs analyses et rapports concernant la criminalité organisée en Afrique de l'Ouest et centrale.

Cette attention internationale reconnaît que l'insécurité maritime en Afrique de l'Ouest, comme la piraterie somalienne, existe en tant que composante de la criminalité transnationale et peut avoir un impact bien au-delà de la région immédiate.

Le Conseil de l'OMI, dans sa résolution 1069 de 2003, a décidé de surveiller la situation en ce qui concerne les actes et les tentatives d'actes de piraterie et de vol à main armée contre les navires, les activités maritimes illicites et les menaces pesant sur les navires naviguant dans le golfe de Guinée. Le conseil a décidé de prendre toutes les mesures qu'il jugerait nécessaires, y compris la coordination des travaux des comités compétents de l'organisation pour assurer la protection des gens de mer et des navires naviguant dans ces eaux et pour assurer une coopération appropriée avec d'autres organisations et entités chargées des activités pertinentes.

Malgré les efforts énumérés ci-dessus, la piraterie et le banditisme armé demeurent un défi majeur dans le golfe de Guinée, et ce défi continue de croître. De nombreux facteurs ont été invoqués pour expliquer l'incapacité de ces organismes régionaux à éliminer l'insécurité incessante dans le golfe de Guinée. L'un des facteurs clés énumérés est la structure des organes régionaux responsables de ce travail. La plupart d'entre eux ont des fonctions dupliquées et sont mal coordonnés.

Un autre facteur est la concurrence pour les ressources limitées (principalement financières) par les chefs régionaux, les organisations, les comités et les organismes donateurs. Cela implique que la plupart de ces organisations sont incapables de fonctionner efficacement, ce qui les rend inefficaces pour lutter contre les activités criminelles dans la région.

Il n'existe aucun dossier vérifiable de poursuites pénales pour des crimes commis dans cette région, d'où l'absence de dissuasion légale. Cela a, à son tour, conduit à un tollé international parmi les États du littoral et les opérateurs maritimes pour une surveillance accrue, une meilleure restructuration et un financement accru pour la gestion du golfe de Guinée.

Pour développer un plan réaliste pour le développement durable des ressources renouvelables et non renouvelables dans la région, la conservation et la protection de ce domaine marin, et pour résoudre les problèmes interdépendants de l'espace océanique dans son ensemble, il y a des questions et des défis clés qui sont susceptibles de se confronter aux décideurs politiques responsables de la gouvernance des océans.

Considérée globalement, il y a quatre domaines ou perspectives majeurs dans lesquels la gouvernance des océans doit être abordée. Ils comprennent les problèmes environnementaux et les pressions démographiques; réponses institutionnelles à ces problèmes et pressions; technologie moderne; et l'adoption des principes de gouvernance responsable. Une combinaison de ces perspectives environnementales, institutionnelles, technologiques et sociétales aura une influence significative sur la gouvernance des océans et, par extension, sur la sécurité et le développement du golfe de Guinée.

Problèmes environnementaux majeurs

Les pressions les plus importantes sur le milieu marin au cours des prochaines décennies seront peut-être exercées par la population humaine toujours croissante. Ce chiffre est actuellement d'environ 7,5 milliards et devrait atteindre 11 milliards d'ici 2100.

Des réformes et des ajustements importants sont nécessaires pour que l'humanité s'éloigne des systèmes socio-économiques actuels mais obsolètes, tout en entrant dans une future économie bleue dirigée et guidée par des principes écologiques durables.

Alors que des millions de personnes vivent dans et autour des villes et des îles côtières, la capacité de reconnaître les menaces et les avantages de l'océan en relation avec les problèmes économiques et de santé publique deviendra un impératif majeur pour la protection de l'environnement marin. Pour y parvenir, des études en sciences nautiques, océanographie, technologie océanique, navigation et technologie halieutique (toutes interdépendantes) seront nécessaires pour la pratique efficace de la gouvernance océanique du golfe de Guinée et de ses communautés côtières.

Arrangements institutionnels et Des principes

Afin de garantir une sécurité de grande envergure pour les personnes et les marchandises dans le golfe de Guinée et le long de ses côtes, les gouvernements des États parties prenantes doivent développer et adopter une architecture de sécurité grandiose dans leur approche de la gouvernance des océans. Cela exigera une coopération intersectorielle entre les organes directeurs.

Des principes de gestion modernes et un cadre de gouvernance intégré seront nécessaires pour améliorer l'application et la conformité dans cette ceinture écologique. Une gouvernance responsable des océans va au-delà des arrangements et politiques juridiques et institutionnels, même si ceux-ci restent des déterminants fondamentaux et clés. D'autres facteurs clés qui méritent d'être pris en considération comprennent l'éthique et les valeurs partagées; l'utilisation des meilleures connaissances scientifiques, des informations partagées à partir des systèmes de connaissances autochtones; développement des capacités humaines; amélioration des systèmes de sensibilisation du public; progrès technologiques et innovation. Tous ces éléments sont essentiels pour renforcer la coopération entre les parties prenantes afin de renforcer les arrangements institutionnels pour la gouvernance des océans et d'élargir la participation des institutions gouvernementales à tous les niveaux dans la région du Golfe.

Défis et opportunités technologiques

L'utilisation de la science et de la technologie augmente dans de nombreux domaines maritimes. Certains des domaines qui ont vu ces développements comprennent l'amélioration de la connectivité Internet, les prévisions d'informations marines, l'efficacité des transports, la navigation, le profilage des fonds océaniques et les capacités d'exploitation des ressources marines.

Ces développements technologiques offrent de grandes opportunités de développement des capacités et de création de richesse dans le secteur. À l'avenir, l'accès à des données rentables et opportunes sera essentiel pour améliorer la gouvernance des océans dans le golfe de Guinée. La collecte et le partage d’informations au moyen de systèmes et d’infrastructures de données géospatiales seront essentiels pour la connaissance du domaine maritime, l’observation, l’établissement de rapports et l’exploration plus détaillée du fond de l’océan. Cela garantira la sûreté et la sécurité des exploitants maritimes tout en améliorant la gestion des pratiques de pêche commerciale.

Cadre institutionnel de la gouvernance des océans et sécurité maritime dans le golfe de Guinée

Pour réaliser ce qui précède, des cadres institutionnels reposant sur une approche à plusieurs niveaux sont nécessaires.

Les nations africaines situées dans les zones littorales et enclavées du golfe de Guinée doivent être plus engagées dans la formulation de politiques maritimes stratégiques engageant avec les principaux acteurs océaniques pour construire des partenariats bilatéraux. Il faut une politique de gestion intégrée des pêches au niveau régional par le biais des conventions régionales et des conseils de gestion des pêches (RFMB). Cela améliorera la réglementation régionale de la pêche océanique.

Enfin, il est nécessaire de renforcer la capacité des États et des organisations partenaires à surveiller les océans, à conserver la biodiversité marine et à éliminer la pêche illicite, sous-déclarée et non réglementée (INN) dans le golfe de Guinée.

Les gouvernements nationaux peuvent, grâce à une volonté politique déterminée, assumer le rôle de leadership nécessaire pour formuler des politiques et des réglementations nationales pour leurs États respectifs. Les organes régionaux, pour leur part, peuvent intégrer les politiques élaborées par les États individuels et les façonner en objectifs réalisables à atteindre dans des délais spécifiques. Au niveau mondial, les accords et protocoles internationaux peuvent être renforcés et mis en œuvre avec le soutien et le plaidoyer des diverses communautés côtières.

Tout ce qui précède, s'il est bien coordonné, bénéficiera du soutien des communautés côtières. Grâce au réseautage social, au renforcement des capacités et à une communication efficace, les communautés côtières dirigeront l'effort et soutiendront la gouvernance participative. Cela favorisera des valeurs partagées et renforcera l'état de droit.

L'avenir du golfe de Guinée

Se tournant vers l'avenir, la Commission européenne a créé en 2019 le Forum international des parties prenantes sur la gouvernance des océans qui a réuni des experts maritimes, des représentants de la société civile, des universitaires et des décideurs politiques dédiés aux questions océaniques et maritimes du monde entier.

Leur mandat consistait à établir de nouveaux protocoles, à discuter des défis actuels qui entravent la gouvernance internationale des océans et à recommander des actions futures pour les résoudre. Les pays africains qui parsèment le golfe de Guinée doivent emprunter à cet effort. Ils doivent devenir plus proactifs, au-delà du statut de formulateurs de politiques ordinaires, pour devenir des exécutants d'objectifs convenus pour le développement des océans et des côtes en Afrique.

Relever les défis du golfe de Guinée est une tâche importante, tandis que la gouvernance des océans est une question de taille qui exige une approche interdisciplinaire et des solutions innovantes. Il reste un fait connu que ce domaine maritime a une communauté de peuples partageant les mêmes idées, passionnés et déterminés à relever ces défis. Leurs raisons sont très simples. L'importance économique et historique de la région est irréprochable.

Beaucoup peut être accompli grâce aux efforts collectifs de ces communautés côtières lorsqu'elles se réunissent en tant que parties prenantes progressistes de la gouvernance du golfe de Guinée. Une gouvernance efficace des océans dans le golfe de Guinée exigera leur identification collective d'objectifs communs et la mise en œuvre de stratégies efficaces convenues collectivement pour gérer la région. Tout cela doit reposer sur des structures institutionnelles durables.

C'est en faisant cela, et en mettant en œuvre les recommandations communes, que sera atteint l'objectif louable de la gouvernance des océans et de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée.

Bem est le PDG de GOG Marine Limited, un armateur et une société de gestion créé pour fournir des services d'expédition de produits de haute qualité aux utilisateurs finaux faisant des affaires dans la sous-région ouest-africaine. De 2011 à 2017, Bem à travers sa société BNTI Limited, a été activement impliqué dans des projets de fabrication d'équipements de défense (via des relations stratégiques) en Inde, en Amérique du Sud, en Europe et aux États-Unis.Pendant de nombreuses années, il a fourni un soutien technique et des services aux forces de l'ordre nigérianes utilisateurs finaux militaires, en leur fournissant diverses exigences matérielles. Bem est actuellement consultant certifié en gestion (CMC) et membre de l'Institut des consultants en gestion (FIMC).

Image en vedette: LIBREVILLE, Gabon (21 mars 2018) Les forces africaines participantes et les partenaires internationaux assistent à la cérémonie d'ouverture de l'exercice Obangame Express 2018 à Libreville, Gabon, le 21 mars 2018 (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 1st Class Justin Stumberg)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *