Haropa 2021, la toute première année où le port de Seine de l'axe

Haropa 2021, la toute première année où le port de Seine de l’axe

2021 marquera un nouveau départ pour le port d’Haropa. Cette année, qui a vu l’union des trois ports de la Seine s’achève avec des records de trafic. A cet égard, le port normand a réalisé de nombreux investissements et travaille actuellement à la création de la multimodalité. Les travaux des postes 11-12 de Port 2000 ainsi que l’arrivée de TIL apportent un nouvel élan au port normand.

2021 sera une année charnière pour les ports de l’axe Seine. Le premier jour du 1er juin, trois ports que constituent les AMP du Havre et de Rouen et le Port autonome de Paris, ont été réunis sous une même entité, Haropa Port. Le pari, conçu dans la première décennie des années 2000, est réussi. Au cours des sept derniers mois, Haropa Port a mis en place les différentes entités de gouvernance : le conseil de surveillance et les conseils de développement territorial du Havre et de Rouen et le conseil de développement régional de Paris et le conseil d’orientation de l’axe Seine.

La plus forte expansion parmi les ports français

En matière de trafic, le port d’Haropa connaît la croissance la plus rapide de tous les ports français. Avec 12 % du volume du trafic maritime, il atteint 83,6 Mt. Trois ports de la Seine ne retrouvent pas les chiffres d’avant la pandémie, mais ils commencent à en effacer les effets à partir de 2020. Ce volume de trafic est inférieur à celui de l’année 2018 où Haropa avait atteint 94,7 Mt, ou à celui de l’année 2019 qui était de 89,9 Mt.

Un record de conteneurs

L’augmentation du trafic a été bénéfique pour les conteneurs. Le trafic a franchi la barre des 3,07 MEVP. Au total, le trafic conteneurisé a augmenté de 28 %. Cela se vérifie aussi bien pour les boîtes transbordées que pour celles destinées au marché du pays. Avec 843 000 EVP en transbordement, le secteur du transbordement a connu une croissance de 80 pour cent entre une année et la suivante. Cela représente 27,5 % de l’ensemble du trafic de conteneurs.

Le volume du trafic destiné à l’arrière-pays a augmenté de 15 % pour atteindre 2,2 MEVP. Pour la direction, ce volume a augmenté de 77% pour les conteneurs complets au cours des cinq dernières années.

Ro-Ro : augmentation de 14% dans un marché difficile

Pour rester dans le domaine des marchandises générales, le navire Ro-Ro doit augmenter de 14% le volume de son trafic en 2021. Avec 294 000 véhicules traités sur le terminal, Haropa renoue avec les bénéfices dans un marché tendu. En 2021, le marché de l’automobile en France a augmenté de 0,5 % par rapport à 2020. Bien que le marché soit loin du niveau de 2019 cependant, une amélioration commence à se manifester. En 2021, le port d’Haropa est encore à 4 % de son niveau de trafic d’avant la crise. La direction du port espère pour 2025 retrouver le niveau de trafic d’avant la crise.

Vrac liquide Vrac liquide : 6 % d’augmentation

Parallèlement à ces flux de toutes sortes, Haropa Port a enregistré une hausse de 6,6 % des flux de vrac liquide. Les volumes de flux de pétrole brut ont augmenté de 16 % pour atteindre 15,4 Mt en raison du retour de l’activité de la raffinerie de Gonfreville-L’Orcher appartenant à Total qui avait été arrêtée suite à une explosion en décembre 2019. En outre, la raffinerie de Grandpuits a arrêté ses activités pour entamer une transition vers les biocarburants.

Une baisse des produits raffinés

La hausse des importations de pétrole brut aurait pu être plus importante sans la baisse de la production des raffineries. Le gazole, qui sert à compenser la fermeture de la raffinerie Total, devrait baisser significativement en 2021 en raison du retour de l’activité à Gonfreville. Au contraire, la reprise de l’activité sur le site de Gonfreville devrait donner une augmentation à l’exportation d’essence.

La tendance à la baisse de la structure du raffinage

Cette reprise ne doit pas masquer l’existence d’une tendance structurelle. « Le raffinage sera un processus structurellement déclinant dans les prochaines années », a souligné Stéphane Raison président du conseil d’administration du port d’Haropa. Ce phénomène sera déclenché par la transformation de la raffinerie de Grandpuits qui entraînera l’introduction de nouvelles importations.

Une baisse du vrac solide liée aux céréales

Au final, le vrac ne s’inscrit pas dans la tendance générale de la croissance. Le total du port est de 13,8 Mt, le port de Haropa affiche une baisse de 4 %. La raison en est les céréales. La première portion de l’année, similaire à la clôture de la campagne céréalière 2020/2021 a été difficile en raison de la moindre qualité de la récolte. La deuxième partie de l’année a été plus fructueuse et a vu l’augmentation être de 42% sur les quatre derniers mois. Dans les silos de Rouen, les céréales françaises ont pourvu à l’appétit chinois pour une part importante, et les premiers appels d’offres sont attendus concernant le Maghreb.

Une bonne tenue des flux liés aux travaux publics et à la construction

La baisse du trafic de céréales Haropa (-13 %) a été partiellement compensée par la bonne tenue du trafic lié au secteur des travaux publics et de la construction. Les importations de granulats ont augmenté de 25,5 % pour atteindre 2,5 Mt. Par ailleurs, le ciment et le clinker ont terminé l’année en hausse de 33 % pour atteindre 620 000 tonnes. Ces augmentations sont déclenchées par les chantiers de construction ainsi que ceux du Grand Paris Express.

Une année industrielle en devenir

Dans cette ère de croissance, Haropa Port maintient sa politique d’investissement. En 2021, ce sera la première fois qu’Ikea et Goodman s’implanteront dans les ports de la Seine. 2022 est celle de la reprise logistique et industrielle. Stéphane Raison a annoncé le lancement du projet de terminal polyvalent du Havre. Un appel à projets sera lancé dans le courant du premier trimestre 2018, comme l’a confirmé le président du conseil d’administration.

550 millions d’euros d’investissements privés

Après deux années de records d’investissements privés, dont 350 millions d’euros en 2021 et 246 millions en 2020, les industriels semblent faire de l’axe Seine leur nouvel eldorado. Stéphane Raison a annoncé 550 millions d’euros d’investissements privés sur l’axe d’ici 2022. L’autorité portuaire ne sera pas en reste puisque le budget prévoit de s’élever à 256 millions d’euros pour 2022.

Écologisation des ports

Les fonds que le port a mis de côté seront utilisés pour la transition énergétique à hauteur de 16 %. Les projets sont nombreux dans ce domaine « et constituent le plan de relance de l’État qui vise à verdir les ports. Des ports, et auxquels le port d’Haropa s’est vu attribuer 71 millions d’euros de subventions financées par l’État » selon le président du conseil d’administration.

Le processus d’électrification et de capture du CO2

Un des projets qui est en train de mettre en œuvre la transition énergétique Haropa Port va électrifier les quais du Havre, au terminal de la Pointe de Floride qui est dédié aux croisières, à Rouen avec 12 terminaux alimentés en électricité et aussi à Paris pour les unités qui circulent sur le fleuve. Un autre projet est la construction d’une plateforme d’exportation de CO2 en France. Cinq industriels (TotalEnergies, Yara, Exxon, Borealis et Air Liquide France Industrie) ont signé un protocole d’accord pour former une association. Le groupe 2022 va entamer des études sur le stockage, les infrastructures ainsi que les accords de transport du CO2. Dans un premier temps, ces industriels absorberont 1,3 Mt de CO2 par an jusqu’en 2027, puis ils porteront cette quantité à 7,7 Mt en 2040.

Le rythme de croissance du débit des rivières

Cette mutation écologique passe également par le développement du transport multimodal le long de la Seine. D’ici 2021, le trafic fluvial sur la Seine augmentera de 4 % pour atteindre 22,5 Mt. Cette croissance est due à l’industrie de la construction qui est stimulée par les grands projets au sein de la région Île-de-France, comme le projet du Grand Paris, les Jeux olympiques de 2024 et toutes les questions environnementales liées à ce secteur, y compris l’enlèvement des débris de construction des sites.

12 % de la part modale des conteneurs transportés par voie fluviale

En ce qui concerne le poids des conteneurs transportés par voie fluviale, il s’établit à 12% de part de marché, soit 270 000 EVP. Un score entravé par les perturbations de la logistique.  » Face aux défis posés par la reprise brutale de l’activité, les armements ont privilégié le transport routier en raison de sa capacité à vider rapidement les conteneurs. Toutefois, des efforts sont nécessaires à partir de 2022 pour augmenter le volume des flux accessibles à la fois depuis l’ensemble de l’hinterland mais aussi des conteneurs vides. »

Rail : augmenter la fréquence des navettes

Haropa Port souhaite également développer son mode ferroviaire. L’année 2021 verra le démarrage d’un service ferroviaire quotidien qui reliera Chalon sur Saône. De plus, les deux navettes vers Vierzon et Bordeaux ont pu augmenter leur fréquence. En outre, le terminal multimodal du Havre a traité 94 000 conteneurs en 2021. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis la construction de l’installation en 2015. Globalement, le rail a traité 4 % de la part modale du fret conteneurisé.

Rééquilibrer la logistique francilienne dans l’ouest

Dans une économie qui repart, le port d’Haropa investit pour augmenter ses capacités. Sur le fleuve, le port s’est résigné à une zone à Achères située à l’ouest de Paris. Sur une zone de 100 hectares. Une plateforme orientée vers les besoins du secteur des travaux publics et du bâtiment, qui nécessite l’investissement de 122 millions d’euros. Avec un quai, une ligne de chemin de fer, et 52 hectares destinés à l’économie. Cette plateforme permettra la croissance de l’industrie logistique dans la partie ouest de la région Ile de France. À Rouen, le port prévoit d’agrandir le terminal Radicatel. Le projet, prévu pour la fin de l’année, offrira 220 mètres linéaires de quai supplémentaire. « L’objectif est de sécuriser le trafic conteneurisé et conventionnel existant et de permettre la construction d’une ligne shortsea », précise Stéphane Raison.

Postes d’amarrage 11 et 12 de Port 2000 : un regroupement en discussion

Au Havre, les deux derniers postes d’amarrage de Port 2000, les postes 11 et 12, sont en cours d’achèvement. Ils ajouteront 42 acres d’espace et augmenteront la capacité du port d’un MEVP. Le port est responsable du processus de développement, c’est-à-dire de la construction des quais, des opérations de forage et des travaux pour l’accès au terrain. Les opérateurs sont responsables de l’aménagement de la surface des postes d’amarrage.

Cela pose la question de la structure de Port 2000. Les deux postes d’amarrage sont attribués à deux manutentionnaires. Pour améliorer l’arrangement, Haropa Port et les opérateurs discutent du « regroupement » des postes d’amarrage avec les opérateurs pour trouver une solution opérationnelle et rentable.

MSC übernimmt TNMSC et le Terminal Porte Oceane

Port 2000 est en pleine mutation. En décembre, la division manutention de MSC a acquis la totalité du capital de TNMSC et de TPO (Terminal Porte Oceane) en rachetant les parts détenues par Terminaux de Normandie. Lors de leur déplacement au Havre, les dirigeants de TIL ont rassuré la direction du port d’Haropa en décrivant leurs projets de développement « à travers un plan d’investissement ambitieux » selon le président du conseil d’administration. L’acconier espère être capable de traiter des navires de 24 000 EVP dans les prochaines années. Quant à la direction du port, les annonces « créeront un moment charnière pour la croissance de MSC/TIL au Havre, ainsi que pour le processus de repositionnement du Havre par rapport aux ports concurrents situés en Europe du Nord ».

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages