ICS établit des plans pour une taxe mondiale sur le carbone afin d’accélérer la décarbonisation de l’industrie

L’association commerciale mondiale des exploitants de navires, l’International Chamber of Shipping (ICS) a présenté une proposition globale de taxe mondiale sur les émissions de carbone des navires, ce qui serait une première pour tout secteur industriel.

L’ICS, qui représente les associations nationales d’armateurs du monde et plus de 80% de la flotte marchande, a présenté vendredi une soumission à l’ONU, appelant à une mesure fondée sur le marché internationalement acceptée pour accélérer l’adoption et le déploiement de carburants à zéro carbone.

Selon des documents remis à l’Organisation maritime internationale (OMI), l’organisme de réglementation de l’ONU sur le transport maritime, la taxe serait basée sur des contributions obligatoires des navires commerçant dans le monde, dépassant 5 000 tonnes brutes, pour chaque tonne de CO2 émise. L’argent irait dans un « Fonds pour le climat de l’OMI » qui, en plus de combler l’écart de prix entre les carburants à zéro carbone et les carburants conventionnels, serait utilisé pour déployer l’infrastructure de soutage nécessaire dans les ports du monde entier pour fournir des carburants tels que l’hydrogène et l’ammoniac. , assurant la cohérence dans la transition verte de l’industrie pour les économies développées et en développement.

Fumée émise par le navire

Image de représentation – Crédits : Shutterstock

Le transport maritime est responsable d’environ 2 % des émissions mondiales de carbone et l’OMI a reconnu la nécessité d’une action urgente pour décarboniser. L’industrie est désespérée de voir des navires à zéro carbone mis à l’eau par les chantiers navals d’ici 2030. Cependant, aux taux de production actuels, les carburants à zéro carbone ne sont pas disponibles dans le commerce à l’échelle nécessaire pour la flotte mondiale. La taxe carbone est destinée à accélérer la création d’un marché qui rend viable le transport maritime à zéro émission.

Le Fonds calculerait les contributions climatiques à verser par les navires, collecterait les contributions et justifierait qu’elles ont été versées. ICS espère qu’il soutiendra également de nouvelles infrastructures de soutage, afin que les nouveaux carburants, une fois développés, puissent être mis à disposition dans le monde entier et à partir du plus grand nombre de ports possible. Afin de minimiser toute charge pesant sur les États membres de l’ONU et d’assurer la mise en place rapide de la taxe carbone, le cadre proposé par l’industrie utiliserait le mécanisme déjà proposé par les gouvernements pour un fonds de R&D distinct de 5 milliards USD afin d’accélérer le développement de technologies zéro carbone, qui l’ONU OMI doit approuver lors d’une réunion critique en novembre immédiatement après la COP 26.

Guy Platten, secrétaire général d’ICS, a commenté : « Ce dont le transport maritime a besoin, c’est d’une mesure véritablement mondiale basée sur le marché comme celle-ci qui réduira l’écart de prix entre les carburants sans carbone et les carburants conventionnels.

« Le développement rapide d’un tel mécanisme est désormais une nécessité vitale si les gouvernements veulent faire correspondre les actions avec la rhétorique et faire preuve d’un leadership continu pour la décarbonisation du transport maritime.

« Il ne fait aucun doute que les améliorations technologiques peuvent permettre la transition vers le transport maritime à zéro émission. Cependant, d’énormes progrès doivent encore être franchis si nous voulons atteindre les niveaux de préparation nécessaires au déploiement à grande échelle. Cela comprend la construction de l’infrastructure nécessaire pour soutenir la transition, par exemple.

« Nous devons être en mesure de mettre à l’eau des navires à zéro émission d’ici 2030 sans remettre en cause les problèmes de prix et de sécurité. Si l’OMI soutient notre proposition, nous pourrons peut-être encore changer cela et déployer des technologies de manière économique et équitable. »

ICS estime qu’un MBM basé sur une taxe mondiale obligatoire est fortement préférable à toute application régionale unilatérale de MBM au transport maritime international, telle que celle proposée par la Commission européenne qui souhaite étendre le système d’échange de quotas d’émission de l’UE au transport maritime international. Une approche fragmentaire des MBM (l’EU ETS ne s’appliquera qu’à environ 7,5% des émissions mondiales du transport maritime), ne parviendra finalement pas à réduire les émissions mondiales du transport maritime international dans la mesure requise par l’Accord de Paris, tout en compliquant considérablement la conduite du commerce maritime. .

Le MBM basé sur des redevances, qui est coparrainé par l’association professionnelle des opérateurs de vraquiers, INTERCARGO, s’ajoute à un fonds de R&D de 5 milliards de dollars proposé par l’industrie et le gouvernement. Le fonds de R&D, d’un prélèvement obligatoire de 2 $ par tonne sur le carburant marin, serait entièrement utilisé pour financer la recherche et le développement de carburants et de systèmes de propulsion alternatifs à zéro carbone. ICS a demandé que ce fonds soit approuvé lors d’une prochaine réunion pivot de l’OMI en novembre de cette année.

Platten a conclu : « La Banque mondiale et de nombreuses études ont conclu que la MBM mondiale la plus appropriée pour réduire les émissions de carbone provenant du transport maritime est un système basé sur des redevances.

« L’adoption de notre proposition de système basé sur des redevances évitera la volatilité qui existe dans les systèmes d’échange de droits d’émission, tels que l’EU ETS – qui, dans le cas du transport maritime, semble davantage viser à générer des revenus pour les gouvernements à partir du transport maritime hors UE, que d’aider le transport maritime à se décarboner.

« Un système basé sur des redevances peut donner à l’industrie une certitude sur les prix et plus de stabilité pour prendre des décisions d’investissement dans des navires zéro carbone et développer une technologie de réduction des émissions. »

Référence: ics-shipping.org

Vous pourriez également aimer...