Il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l’égalité des sexes dans la

Le transport maritime est l’épine dorsale du commerce international et de l’économie mondiale. Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), environ 80 % du commerce mondial en volume et plus de 70 % du commerce mondial en valeur sont transportés par voie maritime, et des millions de tonnes de marchandises sont traitées par les ports du monde entier.

L’Afrique du Sud est située sur une route maritime majeure avec un littoral étendu qui traverse deux océans et s’étend sur près de 4 000 kilomètres. Le pays possède un secteur maritime dynamique qui compte huit ports commerciaux et 44 ports non commerciaux ; environ 30% de la population sud-africaine vit autour des mers.

Dans cette industrie maritime florissante qui contribue considérablement à notre économie, les barrières structurelles et culturelles continuent de perpétuer le statu quo. Bien qu’aucun chiffre ne soit disponible pour quantifier la participation des femmes à l’économie maritime sud-africaine, le pays est généralement considéré comme performant à une moyenne mondiale où les femmes ne représentent que 2 % de la main-d’œuvre maritime mondiale, selon l’Organisation maritime internationale (OMI).

La démographie par sexe montre que l’industrie maritime continue d’être dominée par les hommes. Une enquête intitulée : Lost in success : women’s maritime careers in Eastern and Southern Africa, menée auprès de femmes marins en Afrique orientale et australe par Meenaksi Bhirugnath-Bhookum et Momoko Kitada, a révélé que les femmes travaillant sur des navires se sentent souvent isolées, minées et sous-estimées. Elles doivent travailler plus dur pour recevoir le même niveau de reconnaissance que leurs homologues masculins.

L’étude indique en outre que pour réussir dans leur carrière maritime, les femmes cadres ont tendance à mener une vie axée sur le travail plutôt qu’une vie équilibrée entre vie professionnelle et vie privée.

Le rapport montre que les opportunités pour les femmes dans l’économie formelle ont augmenté en raison de l’industrialisation rapide dans les régions. Cependant, on attend toujours des femmes qu’elles exécutent la majorité des tâches domestiques associées à leurs rôles de genre traditionnels. La recherche conclut que l’absence d’un modèle d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée n’augmente pas l’action des femmes cadres au sein du système « créé par l’homme » de l’industrie maritime.

S’il est urgent de transformer l’industrie maritime et d’accroître la participation des femmes dans ce secteur de plus en plus vital, l’industrie devrait également saisir cette occasion pour introspecter, identifier et éliminer les obstacles sous-jacents qui étouffent l’avancement des femmes dans le secteur. Certains des obstacles sont l’analyse des écarts de rémunération, la progression de carrière, la formation et le développement, les attitudes et les perceptions de la diversité, et les politiques et pratiques d’inclusion.

Atteindre la diversité des genres dans l’industrie maritime n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais c’est une condition préalable qui libérera le potentiel du secteur et garantira la réalisation des objectifs de l’opération Phakisa. L’opération Phakisa vise à augmenter les contributions à l’économie océanique à 177 millions de rands et à créer à son tour un million d’emplois d’ici 2033.

La réalité est que ces objectifs ne seront pas atteints si les femmes continuent d’être confinées à la périphérie de ce secteur et se voient refuser la possibilité de jouer un rôle significatif en contribuant à sa croissance et à son développement.

Les femmes constituent la moitié de la population en âge de travailler en Afrique du Sud. Nous priver de leur contribution est non seulement voué à l’échec, mais aura des conséquences économiques négatives de grande envergure. Atteindre la parité entre les sexes est un impératif économique et non un exercice de rectitude politique. Un nombre croissant de recherches a trouvé une corrélation directe entre la diversité sur le lieu de travail et l’amélioration des performances financières.

Une étude du Boston Consulting Group a révélé que les entreprises dotées d’équipes de direction plus diversifiées ont des revenus 19 % plus élevés en raison de leur innovation. Ce résultat est significatif, d’autant plus pour les industries où l’innovation est la clé de la croissance. Les conclusions de l’étude démontrent que cette diversité n’est pas seulement une mesure que nous devrions poursuivre, mais un ingrédient clé d’une entreprise génératrice de revenus réussie.

Sans aucun doute, conduire la transformation et l’inclusion du genre n’est pas seulement bon pour l’industrie maritime, mais c’est d’une importance existentielle. Malheureusement, l’industrie maritime continue d’être l’un des secteurs les moins diversifiés en termes d’inclusion des genres, malgré la myriade d’opportunités offertes aux femmes.

Les dernières statistiques sur le chômage publiées par StatsSA indiquent que les femmes africaines en particulier sont les plus touchées par le chômage et la pauvreté. Bien que le taux de chômage officiel ait diminué de 0,6 point de pourcentage au deuxième trimestre 2022, StatsSA montre toujours que 47,0 % des femmes sud-africaines étaient enregistrées comme économiquement inactives. Cela signifie que près de la moitié des femmes en âge de travailler en Afrique du Sud sont hors de la population active, contre 35,6 % de leurs homologues masculins.

Le secteur maritime peut être galvanisé pour éponger le chômage de ce secteur de la population, perfectionner les jeunes femmes dans diverses disciplines et relancer la croissance du secteur et de l’économie.

En tant que l’une des entreprises à la pointe de l’industrie maritime, Servest est consciente des nombreuses opportunités disponibles dans l’économie océanique.

Servest fournit une gamme de services d’assistance au secteur maritime, qui assurent la bonne gestion des navires en mer et dans nos ports. Ces services comprennent le changement d’équipage, ce qui implique de régler l’immigration et de prendre des dispositions pour le transport du port à l’aéroport pour les anciens et les nouveaux équipages. Les autres services comprennent l’évacuation médicale, l’organisation de techniciens pour effectuer des réparations ou des services sur des navires en mer, l’aide à l’embarquement d’un nouvel équipage et à la navigation dans les problèmes de barrière linguistique, le réapprovisionnement en nourriture et en eau des navires en mer, et la planification et la récupération et le nettoyage. opérations.

L’industrie maritime peut tirer des leçons importantes d’autres secteurs de l’économie alors qu’elle navigue sur son chemin pour atteindre l’inclusion du genre. Le secteur doit réaliser que l’inclusion du genre ne peut pas se faire du jour au lendemain et nécessite une adhésion et une implication à tous les niveaux.

La véritable diversité va au-delà du simple fait de parsemer l’industrie avec quelques employés d’horizons différents. La transformation doit être appuyée par des systèmes et des processus de surveillance efficaces. Cela nécessite également la construction d’une culture qui garantit que les comportements, les attitudes et les systèmes sont alignés sur les idéaux de diversité qui sont adoptés. Le secteur maritime a du pain sur la planche pour se transformer. La bonne chose est que l’industrie n’a pas à réinventer la roue, car elle dispose d’une riche documentation de référence d’autres industries à partir de laquelle étudier.

L’auteur
Lungiswa Nyembezi est le directeur d’agence de Servest Marine, une division de la société de gestion des installations Servest.