Incident réel : Collision avec un remorqueur

Un navire roulier arrivait et venait d’embarquer un pilote. Le capitaine devait bientôt prendre un certificat d’exemption de pilote pour le port, alors il a demandé au pilote la permission de manœuvrer le navire dans le port sous la supervision du pilote. Le pilote n’avait aucune objection.

Des travaux d’infrastructure étaient en cours dans le port près du quai du navire roulier. Le jour de l’événement, un chaland de dragage, un chaland à trémie fendue et un remorqueur de service travaillaient en groupe dans une zone indiquée par quatre bouées jaunes.

Collision de remorqueur
Crédits : L’Institut Nautique

Lorsque le navire roulier est entré dans le port, il a dû faire un virage à 180 degrés avant d’accoster. Un officier, en contact radio direct avec la passerelle, est posté sur la dunette afin d’évaluer et de signaler la distance entre la poupe du navire et les unités de dragage. Une fois que l’arrière du navire a dépassé la dernière bouée jaune de la zone de dragage à une distance de 30 mètres, le capitaine amorce le virage à bâbord, en utilisant le gouvernail et les propulseurs latéraux (étrave et poupe). Le capitaine s’est ensuite déplacé vers l’aileron de passerelle bâbord où les commandes du moteur, du gouvernail et du propulseur latéral étaient maintenant commutées. À peu près au même moment, le pilote s’est déplacé du côté tribord de la passerelle afin d’avoir une meilleure vue de la poupe du navire.

Le navire prend de la vitesse en marche arrière et se rapproche des unités de dragage. L’officier de quart de pont avertit l’équipe passerelle que le navire est maintenant à 20 mètres des unités de dragage et continue de donner les distances qui se rapprochent rapidement car le roulier avance maintenant à environ deux nœuds sur l’arrière. À un moment donné, l’avance complète a été appliquée sur les commandes du moteur, mais l’effet était trop tard. La poupe du roulier a continué de balayer le remorqueur de dragage qui l’accompagnait. La timonerie du remorqueur a été arrachée de ses attaches et est restée suspendue au-dessus du côté tribord du remorqueur.

Après la collision, le roulier a avancé afin de dépasser l’unité de dragage, de terminer le virage et de reculer jusqu’à son poste d’amarrage. Les trois membres d’équipage de l’unité de dragage sont indemnes mais le remorqueur gîte fortement.

Leçons apprises

Il est plus difficile de contrôler un navire qui se déplace dans deux directions (oscillation et mouvement avant/arrière) que de contrôler un navire qui se déplace dans une seule direction. Le fait que le navire virait en même temps qu’il reculait a probablement affecté la conscience de la situation de l’équipe à la passerelle.

Référence : L’Institut Nautique

Dernières nouvelles sur l’expédition