La Chine lance son premier supercarrier moderne

Reuter

Par Martin Quin Pollard

BEIJING, 17 juin (Reuters) – La Chine a lancé vendredi son troisième porte-avions, le Fujian, du nom de la province située en face de Taïwan autonome, envoyant une déclaration d’intention à ses rivaux alors qu’elle modernise son armée.

Le président Xi Jinping a fait de la refonte des plus grandes forces armées du monde un élément central de son programme, cherchant à projeter sa puissance bien au-delà des côtes chinoises, bien que le gouvernement affirme qu’il n’a aucune intention hostile.

Du champagne, des rubans colorés, des canons à eau et de la fumée ont été déployés pour célébrer le lancement et la dénomination officielle du transporteur lors d’une cérémonie au chantier naval de Jiangnan à Shanghai, ont rapporté les médias officiels.

Des dizaines de membres de la marine se sont alignés devant le navire et ont chanté l’hymne national lors de la cérémonie, à laquelle ont assisté de hauts responsables, dont Xu Qiliang, vice-président de la Commission militaire centrale.

Le porte-avions dispose d’un poste de pilotage sur toute la longueur avec un système de lancement par catapulte, selon les médias d’État.

Le Fujian rejoindra le Shandong, mis en service fin 2019, et le Liaoning, que la Chine a acheté d’occasion à l’Ukraine en 1998 et réaménagé dans le pays.

La Chine perfectionne toujours sa capacité à exploiter les porte-avions et à les intégrer dans des groupements tactiques, ce que les États-Unis font depuis des décennies.

Seuls les États-Unis, avec 11 porte-avions, ont plus de navires.

Le lancement du Fujian démontre la capacité croissante de l’armée à un moment de tension croissante avec les États-Unis au sujet de Taïwan revendiqué par la Chine et des revendications de Pékin sur la mer de Chine méridionale.

La province côtière du Fujian se trouve juste de l’autre côté du détroit de Taïwan depuis Taïwan et abrite le commandement du théâtre oriental de l’Armée populaire de libération.

Taïwan est une démocratie florissante mais la Chine considère l’île comme son propre territoire et n’a jamais renoncé à l’usage de la force pour la placer sous son contrôle.

Un haut responsable taïwanais familier avec la planification de la sécurité de l’île a déclaré à Reuters qu’avec le nouveau transporteur, la Chine signalait à la région ses intentions de projeter sa puissance dans le Pacifique.

« À l’avenir, ils veulent pénétrer directement à l’est de la première chaîne d’îles, qui comprend les îles japonaises Ryukyu et les eaux du Pacifique au large de Taïwan », a déclaré le responsable sous couvert d’anonymat.

« Toute coopération régionale est perçue par Pékin comme une intervention dans le dossier taïwanais ou un défi à la Chine. Le lancement du nouveau transporteur est une déclaration provocante.

Taïwan a modernisé ses propres forces armées, notamment en mettant en service une nouvelle classe de navires de guerre furtifs très agiles, que Taïwan qualifie de « tueur de porte-avions » en raison de son arsenal de missiles.

Le ministère taïwanais de la Défense a déclaré dans un communiqué envoyé à Reuters à propos du nouveau transporteur qu’il « attache une grande importance » aux développements militaires de la Chine et « intègre cela dans la recherche sur la situation de l’ennemi de manière prospective ».

(Reportage de Ryan Woo et Martin Pollard; Reportage supplémentaire de Yimou Lee et Ben Blanchard à Taipei; édité par Richard Pullin, Stephen Coates et Kim Coghill)

(c) Copyright Thomson Reuters 2022.

Vous pourriez également aimer...