La Commission maritime fédérale des États-Unis lance une enquête sur le Règlement canadien sur les eaux de ballast

jones act navire
Crédit photo: American Maritime Partnership

La Commission maritime fédérale des États-Unis a officiellement lancé sa réclamation selon laquelle la réglementation canadienne en vigueur sur les eaux de ballast nuira injustement aux navires battant pavillon américain.

Le lancement de l'enquête fait suite à une pétition déposée en mars par la Lake Carriers’s Association, basée aux États-Unis, pour examiner la réglementation.

Les gouvernements canadiens ont proposé un règlement sur les eaux de ballast destiné à protéger les eaux canadiennes contre les espèces envahissantes en obligeant les navires nationaux et étrangers à élaborer et à mettre en œuvre un plan de gestion des eaux de ballast et à se conformer à une norme de performance qui limiterait le nombre d'organismes rejetés d'ici 2024. Le la réglementation obligera la plupart des navires opérant dans les eaux canadiennes, étrangères ou nationales, à installer un système de gestion des eaux de ballast (BWMS), qu'ils déversent ou non des eaux de ballast dans les eaux canadiennes. De plus, les navires devraient obtenir un certificat, tenir des registres des opérations dans les eaux de ballast et être soumis à des inspections pour vérifier la conformité.

Un «avis d'enquête et demande de commentaires» publié mardi par le FMC précise comment les parties intéressées peuvent communiquer avec le Conseil et fixe un délai pour le dépôt des observations.

Dans la pétition, la Lake Carriers 'Association, qui représente 13 sociétés membres exploitant 46 «Lakers» battant pavillon américain, allègue que les règlements en suspens concernant la gestion des eaux de ballast envisagés par Transports Canada sont défavorables à la navigation dans le commerce américano-canadien, conformément à l'article 19 (1) b) de la Merchant Marine Act, 1920 (article 19).

Le Canada soutient que le règlement proposé est requis en vertu d'un traité de l'Organisation maritime internationale (OMI) auquel le Canada est partie, mais dont les États-Unis ne sont pas signataires. La Lake Carriers 'Association, cependant, soutient que le règlement proposé n'est pas exigé par le traité de l'OMI, que la conformité à la norme de performance canadienne serait prohibitive pour ses membres et que le règlement proposé vise à éloigner les opérateurs américains de la traversée. -le commerce du lac.

La Commission s'inquiète depuis longtemps du projet de règlement canadien sur les eaux de ballast et de ses effets sur la flotte des Lakers battant pavillon américain.

«Le règlement canadien proposé semble aller plus loin que les dispositions régissant les rejets d'eaux de ballast dans les eaux canadiennes et obligerait les navires Laker battant pavillon américain à installer un système de gestion des eaux de ballast (BWMS) pour traiter les eaux de ballast même s'ils ne font que charger et ne déchargent pas , l'eau de ballast dans les eaux canadiennes », a déclaré Carl W. Bentzel, commissaire du FMC. «Je comprends que les transporteurs Laker battant pavillon américain sont prêts à respecter les règlements canadiens exigeant un BWMS s'ils rejettent leurs eaux de ballast dans les eaux canadiennes.»

L'article 19 de la Merchant Marine Act, 1920, confère au FMC le pouvoir d'enquêter et de sanctionner les conditions discriminatoires causées par les lois, règles ou règlements de gouvernements étrangers. Sur la base des résultats de l'enquête, l'article 19 donne à la Commission le pouvoir d'imposer des amendes aux navires faisant escale dans les ports américains, d'interdire les escales dans les ports américains et de restreindre les cargaisons pouvant être transportées entre les États-Unis et le pays étranger.