La course est lancée, mais les effets ne sont pas clairs


18 août 2020

L'exploitation du fond de l'océan pour les minéraux submergés est une industrie expérimentale peu connue. Mais bientôt, elle se déroulera sur les grands fonds marins, qui appartiennent à tout le monde, selon le droit international.

L'exploitation des fonds marins pour des matériaux précieux comme le cuivre, le zinc et le lithium a déjà lieu dans les territoires marins des pays. Dès 2025, des projets plus importants pourraient démarrer dans les eaux internationales – des zones situées à plus de 200 milles marins des côtes, au-delà des juridictions nationales.

Nous étudions la politique océanique, la gestion des ressources marines, la gouvernance internationale des océans et les régimes environnementaux, et étudions les processus politiques qui régissent l'exploitation minière des grands fonds marins. Nos principaux intérêts sont les impacts environnementaux de l'exploitation minière des fonds marins, les moyens de partager équitablement les ressources marines et l'utilisation d'outils comme les aires marines protégées pour protéger les espèces et les écosystèmes rares, vulnérables et fragiles.

Aujourd'hui, les pays travaillent ensemble sur des règles pour l'exploitation minière des fonds marins. À notre avis, il est encore temps d’élaborer un cadre qui permettra aux nations de partager leurs ressources et de prévenir les dommages permanents aux eaux profondes. Mais cela n'arrivera que si les pays sont prêts à coopérer et à faire des sacrifices pour le plus grand bien.

Un ancien traité avec un nouveau but
Les pays réglementent l'exploitation minière des fonds marins sur leurs territoires marins. Plus loin, dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale, ils coopèrent par le biais de la Convention sur le droit de la mer, qui a été ratifiée par 167 pays et l'Union européenne, mais pas les États-Unis.

Le traité a créé l'Autorité internationale des fonds marins, dont le siège est en Jamaïque, pour gérer l'exploitation minière des fonds marins dans les eaux internationales. La charge de travail de cette organisation est sur le point de monter en flèche.

En vertu du traité, les activités menées dans des zones situées au-delà de la juridiction nationale doivent être «dans l'intérêt de l'humanité dans son ensemble». Ces avantages pourraient inclure le profit économique, les résultats de la recherche scientifique, la technologie spécialisée et la récupération d'objets historiques. La convention appelle les gouvernements à les partager équitablement, en accordant une attention particulière aux intérêts et aux besoins des pays en développement.

Les États-Unis ont participé à la négociation de la convention et l'ont signée mais ne l'ont pas ratifiée, craignant qu'elle ne limite trop l'exploitation des ressources des grands fonds marins. En conséquence, les États-Unis ne sont pas liés par le traité, bien qu'ils suivent la plupart de ses règles de manière indépendante. Les administrations récentes, y compris celles des présidents Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama, ont cherché à ratifier le traité, mais n'ont pas réussi à réunir une majorité des deux tiers au Sénat pour le soutenir.

Emplacements de trois principaux types de gisements minéraux marins: nodules polymétalliques (bleu); sulfures massifs polymétalliques ou des fonds marins (orange); et des croûtes de ferromanganèse riches en cobalt (jaunes). Miller et al., 2018, https://doi.org/10.3389/fmars.2017.00418, CC BY

Alimentation des appareils numériques
Les scientifiques et les chefs de file de l’industrie savent qu’il existe des minéraux précieux sur le fond marin depuis plus d’un siècle, mais il n’a pas été possible sur le plan technologique ou économique de s’attaquer à eux avant la dernière décennie. La croissance généralisée des technologies à piles telles que les smartphones, les ordinateurs, les éoliennes et les panneaux solaires modifie ce calcul alors que le monde manque de gisements terrestres de cuivre, de nickel, d'aluminium, de manganèse, de zinc, de lithium et de cobalt.

Ces minéraux se trouvent dans des «nodules» en forme de pomme de terre sur le fond marin, ainsi que dans et autour des évents hydrothermaux, des monts sous-marins et des dorsales médio-océaniques. Les sociétés énergétiques et leurs gouvernements sont également intéressés par l'extraction d'hydrates de méthane – des gisements gelés de gaz naturel sur le fond marin.

Les scientifiques ont encore beaucoup à apprendre sur ces habitats et les espèces qui y vivent. Les expéditions de recherche découvrent continuellement de nouvelles espèces dans les habitats des grands fonds.

La Corée et la Chine recherchent le plus de contrats
L'exploitation de l'océan profond nécessite l'autorisation de l'Autorité internationale des fonds marins. Les contrats d'exploration donnent le droit d'explorer une partie spécifique du fond marin pendant 15 ans. À la mi-2020, 30 groupes miniers avaient signé des contrats d'exploration, y compris des gouvernements, des partenariats public-privé, des consortiums internationaux et des sociétés multinationales privées.

Deux entités détiennent le plus de contrats d'exploration (trois chacune): le gouvernement de Corée et la China Ocean Mineral Resources R&D Association, une société d'État. Étant donné que les États-Unis ne sont pas membres du traité sur le droit de la mer, ils ne peuvent pas demander de contrats. Mais les entreprises américaines investissent dans les projets d’autres. Par exemple, la société de défense américaine Lockheed Martin détient UK Seabed Resources, qui détient deux contrats d'exploration.

Une fois qu'un contrat d'exploration expire, comme plusieurs l'ont fait depuis 2015, les sociétés minières doivent négocier un contrat d'exploitation avec l'Autorité internationale des fonds marins pour permettre l'extraction à l'échelle commerciale. L'agence travaille sur des règles pour l'exploitation minière, qui façonneront les contrats individuels.

Impacts écologiques inconnus
La technologie d'exploitation minière en haute mer est encore en développement, mais comprendra probablement l'aspiration des nodules du fond marin. Le grattage et l'aspiration du fond marin peuvent détruire les habitats et libérer des panaches de sédiments qui recouvrent ou étouffent les espèces filtrantes sur le fond marin et les poissons nageant dans la colonne d'eau.

L'exploitation minière introduit également une pollution sonore, vibratoire et lumineuse dans une zone normalement silencieuse, immobile et sombre. Et selon le type d'exploitation minière en cours, cela pourrait entraîner des fuites et des déversements de produits chimiques.

De nombreuses espèces d'eau profonde sont uniques et ne se trouvent nulle part ailleurs. Nous convenons avec la communauté scientifique et les défenseurs de l'environnement qu'il est extrêmement important d'analyser à fond les effets potentiels de l'exploitation minière des fonds marins. Les études devraient également informer les décideurs sur la manière de gérer le processus.

C'est un moment clé pour l'Autorité internationale des fonds marins. Il rédige actuellement les règles de protection de l’environnement, mais n’a pas suffisamment d’informations sur les grands fonds marins et les effets de l’exploitation minière. Aujourd'hui, l'agence compte sur les sociétés minières des fonds marins pour se rapporter et se surveiller, et sur des chercheurs universitaires pour fournir des données de base sur les écosystèmes.

Nous pensons que les gouvernements nationaux agissant par l’intermédiaire de l’Autorité internationale des fonds marins devraient exiger davantage de recherche et de surveillance scientifiques, et mieux soutenir les efforts de l’agence pour analyser ces informations et agir en conséquence. Une telle action permettrait de ralentir le processus et de prendre de meilleures décisions sur le moment, le lieu et la manière d’exploiter les grands fonds marins.

Équilibrer les risques et les avantages
La course aux minéraux des grands fonds est imminente. Il existe des arguments convaincants en faveur de l'exploitation des fonds marins, comme le soutien à la transition vers les énergies renouvelables, qui, selon certaines entreprises, constituera un gain net pour l'environnement. Mais pour équilibrer les avantages et les impacts, il faudra une étude proactive et approfondie avant que l'industrie ne décolle.

Nous pensons également que les États-Unis devraient ratifier le traité sur le droit de la mer afin de pouvoir aider à montrer la voie sur cette question. Les océans fournissent aux humains de la nourriture et de l’oxygène et régulent le climat de la Terre. Les choix qui sont faits maintenant pourraient les affecter très loin dans le futur d'une manière qui n'est pas encore comprise.

Les auteurs
Elizabeth M. De Santo est professeur agrégé d'études environnementales au Franklin & Marshall College.

Elizabeth Mendenhall est professeure adjointe des affaires maritimes et des sciences politiques à l'Université de Rhode Island.

Elizabeth Nyman est professeure adjointe de politique maritime à la Texas A&M University

Le Dr Rachel Tiller, chercheur principal à SINTEF Ocean, Norvège, a contribué à cet article.

(La source: La conversation)

Vous pourriez également aimer...