La crise croissante du changement d'équipage exige une action plus rapide de la part des gouvernements

Aujourd'hui marque un mois depuis que l'ITF a déclaré aux gouvernements du monde que «  Assez c'est assez '' et que la fédération syndicale mondiale et nos affiliés aideraient les gens de mer du monde entier à faire valoir leur droit d'arrêter de travailler, de descendre et d'être rapatriés dans leurs foyers et leurs familles. , après la fin de leurs contrats.

Aujourd'hui marque également deux mois depuis que l'ITF et nos partenaires du groupe de négociation conjoint des employeurs maritimes (IMEC, IMMAJ, KSA et Evergreen; conjointement connu sous le nom de JNG) ont donné aux gouvernements une «  période de mise en œuvre '' finale pour mettre en place des mesures pratiques conformément à les protocoles décrits dans la route en 12 étapes publiée par l'Organisation maritime internationale (OMI) le 5 mai 2020.

Entre ces dates importantes et aujourd'hui, il y a eu un mouvement positif, mais trop peu de progrès de la part des gouvernements pour introduire les exemptions pratiques et les protocoles nécessaires pour soutenir les changements d'équipage fonctionnels à travers le monde.

Il reste des centaines de milliers de marins incapables d'arrêter de travailler et de rentrer chez eux, soulagés par un nouvel équipage. Si la pénurie de vols internationaux est un facteur majeur, la principale raison reste les restrictions aux frontières et aux voyages introduites par les gouvernements pour lutter contre la propagation du Covid-19. L'ICS a estimé qu'au moins 400 000 marins sont désormais touchés par la crise du changement d'équipage causée par les restrictions gouvernementales à la frontière et aux déplacements du Covid-19. Cela comprend à la fois ceux qui travaillent à bord des navires et ceux qui attendent de rejoindre les navires pour recommencer à recevoir des salaires pour eux-mêmes et leurs familles.

Nous estimons, en extrapolant les dernières données des navires couverts par l'IBF, qu'il y a maintenant environ 300000 marins dans le monde emprisonnés travaillant à bord des navires en raison de la crise du changement d'équipage et un nombre égal de marins sans emploi qui attendent de les relever sur ces navires, qui sont à terre. Cela fait 600 000 marins touchés par cette crise.

Les gouvernements doivent se réveiller et se rendre compte que sans retour à un changement d'équipage réussi; il n'est tout simplement pas viable ou acceptable de voir un nombre croissant de marins fatigués et fatigués piégés travaillant à bord des navires. Les gens de mer et leurs syndicats sont profondément préoccupés par les risques pour la vie, les biens et l'environnement, car les risques d'une catastrophe majeure ou de catastrophes augmentent chaque jour. Des gens mourront et les côtes seront polluées.

Il y a de bonnes raisons pour lesquelles nous avons des réglementations mondiales, réglementant la durée maximale pendant laquelle un marin peut travailler en vertu de la convention du travail maritime. Il y a de bonnes raisons pour lesquelles nous avons la Convention SOLAS, le Code international de gestion de la sécurité (ISM) et les normes de formation et de veille (STCW). Toutes les conventions pertinentes sont en place à la suite et en réponse à une catastrophe potentielle. Une action urgente est nécessaire MAINTENANT pour éviter une catastrophe.

Tout au long de cette crise émergente, l'ITF et nos partenaires sociaux ont tout mis en œuvre pour sonner l'alarme et pousser les changements pratiques qui permettraient des changements d'équipage. Nous avons travaillé ensemble pour trouver des solutions pratiques et les proposer aux gouvernements.

Nos efforts ont conduit l’ONU à adopter, par l’intermédiaire de son agence spécialisée dans le domaine maritime, l’OMI, notre projet de cadre de protocoles pour le changement d’équipage, y compris les exemptions de visa pour les gens de mer. À l’époque, l’adoption de ces protocoles représentait une avancée majeure pour les gouvernements, car ils reconnaissaient la contribution cruciale des gens de mer au commerce mondial et à la chaîne d’approvisionnement mondiale. Cette reconnaissance internationale s’est renforcée lorsque l’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies s’est impliquée, rappelant aux gouvernements leurs obligations dans les conventions maritimes C108, C185 et la convention du travail maritime.

L’ITF et nos partenaires sociaux ont accordé aux gouvernements une «période de mise en œuvre» de 30 jours pour introduire les changements nécessaires en tant qu’États du port, États du pavillon et pays d’origine des gens de mer, afin de faciliter un changement d’équipage efficace. À l’expiration de cette période de mise en œuvre, en juin, nous avons annoncé que «Assez, c’est assez».

Cette ligne dans le sable a clairement montré que l'ITF et nos affiliés sont prêts à aider les gens de mer à exercer leur droit d'arrêter de travailler, de descendre et de rentrer chez eux dans leur famille, une fois leur contrat terminé et qu'il est sécuritaire de le faire. Au cours du mois dernier, nous avons fourni des conseils et aidé des milliers de gens de mer sur la manière de faire respecter ce droit fondamental.

Nous sommes convaincus qu'en indiquant clairement que les gens de mer n'accepteront pas simplement de travailler sur des navires pour toujours sans secours, nous avons considérablement accru la pression mondiale sur les gouvernements pour qu'ils résolvent cette crise. Les actions de l’ITF ont permis de progresser dans certains domaines.

Nous félicitons les administrations du Canada et de Hong Kong d'avoir présenté des options permettant aux gens de mer de débarquer et d'être relevés par un nouvel équipage, avec un risque minimal pour le public de ces lieux. Le Royaume-Uni a également joué son rôle, même s'il compte relativement peu de marins sur ses côtes. Nous espérons que les «voies vertes» des Philippines annoncées en juillet constitueront un moyen efficace pour le retour et le soulagement de cette importante main-d’œuvre maritime.

Mais certains gouvernements ont reculé. Nous avons vu des pays retirer leurs congés à terre pour les gens de mer ou restreindre le nombre de personnes autorisées à entrer chaque jour à leurs frontières. Cela ne facilitera pas le retour à une industrie mondiale du transport maritime sûre et durable, avec un changement d'équipage fonctionnel, et de telles actions ne fourniront pas les secours humanitaires dont les marins ont désespérément besoin.

En juillet, nous avons salué les engagements de 13 gouvernements lors du Sommet virtuel maritime international sur les changements d'équipage organisé par le Royaume-Uni. Ils se sont engagés à introduire des exemptions de visa, de frontière et de quarantaine pour les gens de mer. L'ITF et nos affiliés suivront ces gouvernements pour s'assurer qu'ils tiennent ces promesses et qu'ils soutiennent l'exploitation d'un plus grand nombre de vols pour amener les gens de mer à destination et en provenance des navires. En outre, l'ITF et ses affiliés mettront au défi les gouvernements des pays qui dépendent du commerce maritime de faire leur part et de se joindre au mouvement de progrès en prenant leurs propres engagements. Ces pays comprendraient notamment l'Australie, la Chine, l'Inde, la Russie et l'Ukraine.

À l'avenir, l'ITF sera:

  • poursuivant notre campagne «Assez, c’est assez» et nous continuerons d’aider les gens de mer à exercer leur droit de cesser de travailler, de quitter une fois leur contrat terminé;
  • travailler aux côtés de nos syndicats de marins affiliés pour faire pression sur les gouvernements nationaux afin qu'ils prennent des mesures concernant les visas, la mise en quarantaine, les vols et autres questions nécessaires pour revenir à des changements d'équipage fonctionnels pour cette main-d'œuvre mondiale;
  • appelant à toute tentative d'intimidation ou de mise sur liste noire des marins pour avoir exercé leur droit fondamental d'arrêter de travailler et d'être rapatriés une fois leur contrat terminé;
  • condamnant toute tentative de criminaliser ou de blâmer les gens de mer pour les conséquences inévitables de la flotte mondiale opérant avec un équipage de plus en plus fatigué, fatigué et mentalement stressé; et
  • explorer d'autres options pour forcer les gouvernements à prendre cette crise au sérieux.

Référence: itfseafarers.org