La France est prête à aider les pêcheurs s’ils n’obtiennent pas de permis du Royaume-Uni

Par Albertina Torsoli (Bloomberg) – La France continuera à soutenir ses pêcheurs alors que les discussions avec le Royaume-Uni sur les licences de pêche post-Brexit s’éternisent, selon Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français.

« Tant que les pourparlers se poursuivent et que nos pêcheurs ne reçoivent pas toutes les licences demandées et qu’elles sont dues, il est clair que nous devons les accompagner », a déclaré Attal dans une interview à la radio Europe 1 dimanche.

La ministre française de la Mer, Annick Girardin, a déclaré jeudi que la France se préparait à aider les pêcheurs qui seront contraints d’arrêter de travailler s’ils n’obtiennent pas de permis du Royaume-Uni. a longtemps demandé au Royaume-Uni Cela a incité le président Emmanuel Macron vendredi à s’engager à ce que la France « continuerait à se battre » pour ses pêcheurs et « ne les abandonnerait pas ».

« La difficulté, c’est que les Britanniques ne respectent pas l’accord », a déclaré Attal sur Europe 1 aujourd’hui. « Nous ne voulons ni plus ni moins que de s’assurer que l’accord signé est respecté. »

Les pêcheurs français ont été « très patients et très résistants » et « se demandent simplement s’ils pourront continuer à travailler », a déclaré Attal. «Ils ont besoin d’être soutenus.»

Article connexe : Un tribunal français libère un chalutier britannique mis en fourrière

Le porte-parole du gouvernement a également rappelé que des négociations étaient en cours au niveau de l’Union européenne pour garantir le respect de l’accord de pêche.

« Nous sommes mobilisés » avec l’UE sur les licences de pêche mais aussi sur d’autres sujets post-Brexit, par exemple l’Irlande du Nord, a ajouté Attal. « L’Europe ne sera pas gâchée. »

Bien que les droits de pêche en jeu ne représentent qu’un faible pourcentage de l’économie de chaque pays, le différend est devenu une épine dans les relations entre la France et la Grande-Bretagne, s’ajoutant à des problèmes plus importants, tels que les migrants. L’enjeu est de taille pour le président français Emmanuel Macron, qui doit être réélu l’année prochaine.

Les pourparlers entre la Commission européenne et le Royaume-Uni reprennent lundi, car le naissain de poisson est « un problème de l’Union européenne », a déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans une interview séparée sur la radio RTL.

« Nous nous battrons permis après permis, bateau après bateau », a déclaré Le Drian, ajoutant que le Royaume-Uni est un « partenaire potentiel » qui adopte désormais malheureusement des « manœuvres populistes » contre la France, y compris sur les migrants.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est « un populiste » qui utilise « tous les éléments à sa disposition pour renforcer son pouvoir politique en Grande-Bretagne » et « essaye de rejeter sur les autres la faute des difficultés qu’il a à l’intérieur », a-t-il ajouté.

© 2021 Bloomberg LP

Vous pourriez également aimer...