La «Journée des gens de mer» de l’OMI lance un appel à #SeafarersAreKeyWorkers

L’Organisation maritime internationale des Nations Unies souligne le sort des gens de mer en première ligne de la pandémie de COVID-19 lors de la Journée annuelle des gens de mer de cette année.

La Journée des gens de mer est célébrée chaque année le 25 juin afin de sensibiliser aux problèmes auxquels est confrontée l'industrie maritime. Cette année, l'OMI a choisi le thème «Les gens de mer sont des travailleurs clés» pour faire campagne aux États membres afin qu'ils désignent les gens de mer comme travailleurs clés au milieu de la pandémie de COVID-19, et pour leur fournir le soutien, l'assistance et les options de voyage ouverts à tous les travailleurs clés.

La pandémie de COVID-19 a créé une crise sans précédent pour les équipages de navires, car les restrictions imposées par le gouvernement sur les voyages et les ports ont entravé la capacité de l'industrie du transport maritime à effectuer des changements réguliers d'équipage, laissant les gens de mer coincés en mer pendant des mois après leur contrat de travail et créant de graves problèmes de santé et des problèmes de sécurité.

«Les gens de mer sont en première ligne de la pandémie de COVID-19, jouant un rôle essentiel dans le maintien du flux de biens essentiels, tels que la nourriture, les médicaments et les fournitures médicales. Cependant, la crise a entraîné des conditions de travail difficiles pour les gens de mer, notamment des incertitudes et des difficultés d'accès au port, de réapprovisionnement, de changement d'équipage et de rapatriement », a déclaré l'OMI dans un communiqué.

"Cette année, la campagne de la Journée des gens de mer appelle les États membres à reconnaître les marins comme des travailleurs clés – et à leur fournir le soutien, l'assistance et les options de voyage ouverts à tous les travailleurs clés pendant la pandémie", a déclaré l'OMI.

Chaque mois, plus de 100 000 marins sont soumis à un changement d'équipage afin de se conformer aux réglementations internationales régissant la sécurité des heures de travail et le bien-être de l'équipage. Bien que certains pays aient pris des mesures pour faciliter les changements d'équipage, environ 400 000 marins restent touchés par les restrictions.

«Tout comme d'autres travailleurs clés, les marins sont en première ligne dans cette lutte mondiale. Ils méritent nos remerciements. Mais ils ont également besoin – et méritent – d'une action humanitaire rapide et décisive de la part des gouvernements du monde entier, non seulement pendant la pandémie, mais à tout moment », a déclaré le Secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim, dans son message du Jour du marin.

Cependant, tout le monde n'est pas d'humeur à célébrer. La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), dont les syndicats membres représentent 1,4 million des marins du monde, a décidé de ne pas célébrer en raison de la crise humanitaire qui se déroule en haute mer.

«Aujourd'hui n'est pas un jour de fête. Aujourd'hui est un jour pour une sombre réflexion sur la façon dont les marins continuent d'être abandonnés alors qu'ils méritent tellement plus », a déclaré l'ITF dans un communiqué.

Chambre internationale de la navigation – Tous sur le pont:

Message du Secrétaire général de l'OMI: