La marine nigériane a arrêté un pétrolier après avoir déclenché une fausse alarme d’attaque de pirates

La marine nigériane, connue sous le nom de NN, a salué l’arrestation du MT HEROIC IDUN après avoir résisté à l’arrestation initiale par le NN en affirmant que des pirates de la mer l’avaient attaqué.

Le directeur de l’information de la marine nigériane, DINFO, Adedotun Ayo-Vaughan, qui l’a déclaré le 17 août, a expliqué que l’arrestation du navire, qui a réfuté les fausses allégations du navire, était une bonne nouvelle à la lumière de la collaboration et de la coopération entre les pays du golfe de Guinée pour se débarrasser de la région des pirates indésirables.

Citerne à moteur
Image à des fins de représentation uniquement

Le fait quotidien rapporte que le Bureau maritime international, ou l’IMB, avait, dans son rapport partagé en mars de cette année, retiré le Nigeria de la liste des pays sujets à la piraterie après une baisse constante des cas de vols en mer et d’attaques de pirates dans son territoire maritime. domaine, conduisant à une amélioration des activités de navigation dans les eaux nigérianes avec un effet positif sur l’économie du pays.

Expliquant les circonstances qui ont conduit à l’arrestation réussie du MT, Ayo-Vaughan a mentionné que le navire, qui le 7 août, était arrivé au Total Safe Anchorage géré par le champ pétrolifère d’Akpo pour des activités de chargement, a été interrogé par la marine nigériane et s’est avéré manquer d’autorisation NNPC pour le chargement.

Le MT HEROIC IDUN a poursuivi son chargement le 8 août au Single Buoy Mooring (SBM) d’Akpo.
Le NNS GONGOLA a empêché le navire d’avancer pour ne pas avoir produit les papiers d’autorisation NNPC pour le chargement. Le capitaine du MT HEROIC IDUN a refusé de coopérer, déclarant que l’agent du navire lui avait ordonné, MM. Inchcape Shipping (le propriétaire d’IDUN Maritime Limited), de n’obéir à aucune directive de la marine nigériane.

Le VLCC aurait résisté à l’arrestation lorsqu’on lui a demandé de s’arrêter. Il se serait échappé vers la zone de développement conjoint Nigéria-São Tomé et Príncipe. Elle a rapporté une rencontre avec NNS GONGOLA comme une attaque de pirate ou un vol en mer sur plusieurs plates-formes internationales de surveillance de la sécurité maritime.

Cette alerte au faux vol en mer / attaque de pirates a été révélée et réfutée par le contre-amiral Istifanus Albarra, chef du Centre régional de sécurité maritime pour l’Afrique de l’Ouest, à Abidjan. Il a également mentionné qu’un rapport avait été reçu de la zone E du Centre multinational de coordination maritime (MMCC) sur une tentative d’arraisonnement d’un pétrolier entre 10 et 15 Nm du champ pétrolifère d’Akpo au Nigeria.

Albarra a confirmé que le navire, un VLCC immatriculé aux îles Marshall, HEROIC IDUNIN, serait entré dans les eaux nigérianes pour charger du brut depuis le terminal pétrolier offshore d’Akpo et que le NN a dépêché un navire pour aller inspecter, suite à la réception de renseignements selon lesquels le navire ne disposait pas de l’approbation nécessaire pour charger du pétrole brut à partir du terminal. Albarra a confirmé que l’enquête de la marine nigériane par communication radio avec le pétrolier a révélé que le pétrolier n’avait pas la documentation nécessaire.

Selon le directeur de l’information de NN, le chef du CRESMAO aurait confirmé le refus du capitaine du pétrolier de coopérer mais a modifié le cap vers Sao-Tome et Principe et a délibérément déclenché une fausse alerte au Bureau maritime international (IMB) pour déclarer qu’elle était sous une attaque de pirates. L’IMB a diffusé ces informations aux parties prenantes et aux autorités concernées.

L’amiral dit qu’il est important que les incidents de piraterie signalés par les navires soient vérifiés par recoupement avec les autorités compétentes (en particulier avec l’architecture de Yaoundé). Ceci afin qu’aucune fausse alerte ne soit déclenchée, surtout lorsque le domaine maritime du golfe de Guinée a constaté une réduction massive du nombre d’incidents maritimes par rapport au cas il y a deux ans. L’IMB est donc prié d’annuler une telle diffusion d’alerte, de se coordonner avec les autorités compétentes et de partager des informations authentiques.

Ayo-Vaughan a ajouté que le MT HEROIC IDUN aurait été arrêté par la marine équato-guinéenne le 12 août, quatre jours après que le superpétrolier a supposé que le navire avait réussi à échapper à l’arrestation de la marine nigériane, et a également déclenché la fausse alarme d’un vol/pirate irréel. attaque.

L’événement réaffirme à nouveau la collaboration régionale renouvelée, la promesse et la coordination vers un domaine maritime sûr du golfe de Guinée qui stimulera le développement et l’expansion d’une économie bleue durable avec la réalisation des objectifs de l’architecture de Yaoundé.

C’est un avertissement strict aux criminels, aux sponsors et aux complices associés que la marine nigériane ne négligera aucun effort pour établir la sécurité de l’environnement maritime du Nigeria (NME) et le respect de la procédure régulière et des réglementations en vigueur par les parties prenantes maritimes au sein du NME.

Références : Leadership, The Fact Daily, Shipping Position

Dernières nouvelles sur l’expédition