La mission auprès des gens de mer lance une nouvelle campagne de soutien aux marins pendant le COVID-19

La Mission auprès des gens de mer a lancé une nouvelle campagne phare pour résoudre les graves problèmes de bien-être auxquels sont confrontés les marins du monde entier à la suite de la pandémie de COVID-19 en cours.

Comme expliqué, la campagne Flying Angel est une priorité absolue pour l'organisation, car les équipages restent piégés sur les navires en raison de restrictions de voyage, soumis à une quarantaine à leur retour chez eux et incapables de contacter leurs proches.

La mission a ciblé un financement total de 600 000 £ (environ 752 000 $) pour exécuter ce programme qui devrait avoir des avantages importants pour l'ensemble de l'industrie.

L’organisation évalue les besoins des gens de mer par le biais de l’indice de bonheur des gens de mer et l’utilisation de son système de soutien numérique récemment lancé «Chat to a Chaplain».

Bien que les circonstances évoluent et que certains changements d'équipage soient possibles, il est clair que les gens de mer souffrent toujours, et leur santé mentale et leur bien-être continueront d'être affectés de manière significative à long terme, selon l'organisation. En réponse, la mission se concentrera sur deux volets principaux pour offrir un soutien – la résilience dans les ports et les innovations technologiques pour améliorer la connectivité.

Résilience dans les ports

Pour améliorer la capacité de la mission à assurer la continuité des soins, le programme Flying Angel fournira un équipement de protection individuelle (EPI) à toutes les équipes portuaires pour garantir la protection des équipes de première ligne.

De plus, pour transporter en toute sécurité les marins exempts de coronavirus et pour assurer leur sécurité et leur santé, les véhicules seront adaptés, y compris les écrans entre le conducteur et les passagers, ainsi que la fourniture de désinfectants et d'antiseptiques. Cela a déjà été entrepris à Manille, où la Mission a été invitée par le gouvernement à transporter des marins vers et depuis leur domicile.

Le besoin le plus urgent est de préparer les centres de gens de mer à recevoir les gens de mer dans un environnement sûr et dégagé COVID-19. Cela signifie que chacun des 121 centres Flying Angel doit être nettoyé en profondeur avant l'ouverture, ainsi que des écrans adaptés pour protéger le personnel et les marins, a indiqué la mission.

Le plaidoyer fera également partie du programme Flying Angel. Depuis COVID-19, l'organisme de bienfaisance travaille en partenariat afin de défendre les intérêts des marins du monde entier, avec ceux qui peuvent faire la différence à l'échelle internationale et locale. En particulier, la mission s'est concentrée sur la reconnaissance des gens de mer en tant que travailleurs essentiels, la facilitation du changement d'équipage et une protection appropriée pour la sécurité et le bien-être.

Tandis que ce travail se poursuit, il est également vital que la Mission plaide pour la reconnaissance de ses propres équipes de première ligne en tant que travailleurs essentiels, a souligné l'organisation. Les aumôniers des ports doivent pouvoir accéder et fonctionner efficacement dans les ports où leur travail est si urgent.

Parmi les cas récents, plus de 100 marins se sont retrouvés bloqués au Royaume-Uni, incapables de rentrer chez eux en Inde à la fermeture des frontières. Chaque cas devait être examiné et évalué avant de pouvoir effectuer des paiements d'urgence, et des négociations ont commencé avec le ministère des Affaires étrangères. Ce travail de base est un élément extrêmement important de la réponse de la Mission aux besoins les plus urgents et les plus pénibles des gens de mer et exige de la patience, de la compassion et une diligence raisonnable pour garantir la réponse la plus appropriée, a ajouté l’organisation.

Innovation technologique

Alors que les congés à terre deviennent plus difficiles et l’accès au bien-être des navires restreint en raison de COVID-19, la Mission a exprimé la crainte que les inquiétudes et les angoisses des gens de mer ne s’aggravent pendant cette crise.

Il a déjà été prouvé que la technologie peut améliorer considérablement le bien-être des gens de mer, en particulier grâce à l'utilisation du service d'aumônerie numérique, accessible aux marins 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et qui a été parrainé par Seafarers UK et la Marine Society pour les six premiers mois.

La mission a déclaré qu'elle s'appuierait sur ces travaux et créerait un centre de bien-être numérique pour les gens de mer et leurs familles, garantissant à ses utilisateurs des services de bien-être, à ses services d'aumônerie et offrant un lieu où les marins peuvent faire entendre leur voix.

Cependant, la Mission reconnaît également que de nombreux marins n'ont toujours pas accès à Internet à bord des navires, ce qui a un impact énorme sur leur capacité à utiliser ses services ou à contacter leurs proches à la maison lorsqu'ils sont isolés en mer ou mis en quarantaine sur les navires. Comme indiqué, la Mission continue de visiter des navires dans certaines parties du monde, mais ceux-ci sont limités au sommet de la passerelle d'un navire et l'organisation vise à ouvrir les communications en fournissant des unités Mifi plus mobiles, dans le cadre du programme Flying Angel. Les aumôniers «prêteront» les unités aux navires arrivant au port pour créer des réseaux wifi locaux.

«Nous avons constaté une augmentation considérable de la nécessité de soutenir les marins pendant la pandémie de COVID-19 et ce défi sans précédent nécessite une réponse sans précédent. Alors que nous sortons de la période de verrouillage initiale dans un monde quelque peu changé, nous devons nous attaquer à un éventail de priorités très importantes. Celles-ci sont essentielles si nous voulons être les mieux placés pour répondre aux besoins des gens de mer et de leurs familles », Le révérend chanoine Andrew Wright, secrétaire général de la Mission auprès des gens de mer, a commenté.

«À cette fin, nous avons lancé notre campagne Flying Angel pour garantir à nos collaborateurs clés internationaux un soutien, des conseils et une connectivité pendant une période extrêmement isolante et difficile. Nous apprécions énormément le travail que font nos marins et nous espérons vraiment que ce nouveau programme de changement profitera à ceux qui en ont le plus besoin. »