La Norvège restera un hotspot d’exploration malgré la maturité de la région et les récents événements mondiaux, selon Westwood

Même si le plateau continental norvégien (NCS) est l’une des zones matures en ce qui concerne l’activité pétrolière, Westwood Global Energy, une société d’études et de conseil sur le marché de l’énergie, prévoit que l’activité d’exploration continuera à prospérer en Norvège, malgré le climat géopolitique actuel et événements.

Cette analyse fait suite à la crise géopolitique due à l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, qui a laissé l’Europe en « besoin criant de nouveaux partenaires gaziers engagés » alors que l’Union européenne (UE) cherche un moyen de mettre fin à sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes, prévoyant d’interdire près de 90 % des importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année.

Westwood souligne que l’activité d’exploration au cours de la dernière décennie a été affectée par deux chutes majeures des prix du pétrole et une pandémie mondiale, qui ont entraîné d’importantes fluctuations des coûts de forage, des performances d’exploration et des volumes découverts.

Dans sa déclaration de vendredi concernant le rapport sur l’état de l’exploration en Norvège de 2012 à 2021, la société de recherche énergétique déclare que la Norvège continue d’être un hotspot mondial pour l’exploration malgré la maturité du SNC.

La société explique qu’une vaste base d’infrastructures, des incitations fiscales à l’exploration et un large éventail de zones dans quatre bassins distincts ont attiré de nombreux explorateurs dans la région. Cependant, la société reconnaît que le pays continue de mûrir, ce qui s’est traduit par une diminution du nombre de découvertes à fort impact (HI) et une diminution de la taille moyenne des découvertes.

Westwood précise que le rapport sur l’état de l’exploration de la Norvège analyse l’activité et les performances des puits d’exploration qui ont été forés sur le NCS entre 2012 et 2021, ainsi que les résultats à ce jour pour 2022 et offre des perspectives pour le reste de l’année.

Source : Westwood
Source : Westwood

Bassin le plus performant du nord de la mer du Nord sur NCS

Le rapport indique qu’un total de 298 puits d’exploration ont été forés entre 2012 et 2021 en Norvège avec des dépenses d’exploration totales estimées à 15,4 milliards de dollars.

Source : Westwood
Source : Westwood

Westwood souligne que les performances d’exploration ont fluctué au cours de la période de dix ans, mais que le taux de succès commercial (CSR) moyen était de 24 % et le taux de succès technique (TSR) de 49 %. La firme de recherche révèle que 71 découvertes commerciales ont été faites avec des ressources totales de 3,3 milliards de bep, à un coût de découverte de forage de 4,6 $ / bep, ajoutant qu’il n’y avait que six découvertes commerciales> 100 mmboe, reflétant la taille décroissante de la découverte à mesure que le NCS mûrit.

En outre, Westwood confirme que le Nord de la mer du Nord (NNS) était le bassin le plus performant sur le NCS en termes de RSE – 34 % – et de volumes découverts (1,1 milliard de bep). D’autre part, le mer barent a continué de décevoir en termes de RSE et de nombre de découvertes réalisées, cependant, il a livré plus de 1 milliard de bep de ressources commerciales au coût de découverte le plus bas, par rapport aux autres bassins.

De plus, Westwood confirme que la zone la plus forée et la plus performante en termes de succès commercial et de ressources découvertes était la Jurassique moyen avec 1,7 milliard de bep provenant de 91 puits et un CSR de 36 %.

Source : Westwood
Source : Westwood

La société d’études de marché de l’énergie affirme que le forage d’exploration dirigé par l’infrastructure (ILX) représentaient environ 60 % de toutes les activités et dépenses et contribuaient à hauteur de 2,1 milliards de bep avec une RSE de 35 %. Westwood prévoit que la proportion de forage ILX devrait tendance à la hausse alors que les entreprises cherchent à maintenir les niveaux de production dans les centres plus anciens et se concentrent de plus en plus sur les opportunités à faible risque et à cycle court.

Entre-temps, la société informe qu’il y a eu seulement 13 découvertes faites à partir de puits HI entre 2012 et 2021, soit une RSE de seulement 11 %. Alors que la ressource totale découverte était d’environ 1,5 milliard de bep, 65 % de celle-ci ont été découvertes au début de la décennie dans la mer de Barents.

Comme indiqué par Westwood, plus de 80 entreprises ont participé au forage d’exploration, dont 36 ont participé à 10 puits ou plus. Le rapport montre que les entreprises qui ont le mieux réussi ont été impliquées dans les découvertes à fort impact de la décennie ou ont ciblé les pièces les plus réussies telles que le Jurassique moyen.

En outre, les portefeuilles d’exploration axés sur ILX ont fourni des performances plus constantes, avec des taux de réussite commerciale plus élevés et des coûts de recherche inférieurs, mais avec des tailles moyennes de découverte plus petites, déclare Westwood, ajoutant que le succès de l’exploration qui peut être mis en service rapidement reste attrayant.

Focus sur le forage ILX à moindre risque

Le fournisseur d’intelligence énergétique affirme que l’activité d’exploration devrait rester dynamique malgré la maturité du NCS et les récents événements mondiaux. Selon les attentes actuelles de Westwood pour 2022, 35 puits d’exploration pourraient être forés, ciblant des ressources totales de 2,5 milliards de bep.

À l’avenir, la société prévoit que davantage d’entreprises se concentreront probablement sur le forage ILX à faible risque pour maintenir les niveaux de production dans les hubs existants, offrant des opportunités à cycle court.