La nouvelle proposition de l’ICS récompenserait les « premiers arrivés » utilisant des carburants à faibles émissions

Un groupe de l’industrie du transport maritime représentant 80 % des navires commerciaux du monde propose un fonds mondial de réduction des émissions de carbone pour récompenser les « premiers arrivés » utilisant des carburants à faibles émissions.

La Chambre internationale de la marine marchande (ICS) affirme que son système de « financement par récompense » contribuera à catalyser l’adoption de carburants plus chers à faibles émissions et à zéro émission en récompensant financièrement les navires et les producteurs d’énergie qui y investissent. La mesure vise à garantir qu’au moins 5 % de l’énergie utilisée par le transport maritime dans le monde soit produite à partir de carburants alternatifs d’ici 2030.

L’ICS a soumis le plan à l’Organisation maritime internationale (OMI), l’organisme mondial de réglementation du transport maritime, pour examen. La proposition de fonds et de récompense (F&R) combine des éléments de diverses propositions récentes de réduction des GES d’un certain nombre de gouvernements, ainsi qu’un système de contribution forfaitaire précédemment proposé par ICS et l’Association internationale des armateurs de cargaison sèche (INTERCARGO), et des idées récemment avancées pour une mesure globale de l’OMI par les 27 pays de l’Union européenne.

« Avec le fonds ICS et la proposition de récompense, les États membres de l’OMI ont une nouvelle mais très courte fenêtre d’opportunité pour mettre en place une mesure économique mondiale qui peut relancer le développement et la production de carburants alternatifs pour le transport maritime », a déclaré le président de l’ICS, Emanuele Grimaldi. . « Pour atteindre le zéro net au milieu du siècle, ces nouveaux carburants doivent commencer à être disponibles en quantités importantes sur une base commerciale au plus tard vers 2030. »

Le système de « fonds et récompenses », qui pourrait être mis en place d’ici 2024 si les gouvernements parviennent à s’entendre sur le cadre réglementaire à l’OMI, serait financé par une contribution forfaitaire obligatoire des navires par tonne de CO2 émise. Les contributions de la flotte mondiale seraient rassemblées dans un « Fonds international de durabilité maritime ». Le fonds, selon l’ICS, pourrait collecter des milliards de dollars par an, qui seraient alors engagés à la fois pour réduire l’écart de prix entre les carburants marins à haute teneur en carbone existants et les carburants alternatifs, ainsi que pour soutenir les investissements indispensables dans les pays en développement pour la production de nouveaux combustibles marins et infrastructure de soutage.

« Le compromis est toujours difficile mais, dans toute négociation, avoir une proposition comme celle-ci peut permettre à tout le monde de se rassembler », a ajouté Grimaldi. « J’espère que cette proposition servira de pont entre les ambitions climatiques des pays développés et en développement afin qu’aucune partie de l’industrie mondiale du transport maritime ne soit laissée pour compte. »

Le fonds récompenserait les navires en fonction de la déclaration annuelle des émissions de CO2 évitées grâce à l’utilisation de « carburants alternatifs éligibles ». Par exemple, un navire propulsé à l’ammoniac (parmi de nombreux autres carburants alternatifs, notamment le méthanol, l’hydrogène, les biocarburants durables et les carburants synthétiques) pourrait bénéficier d’une économie de plus de 1,5 million de dollars américains par an, selon l’ICS.

« Nous devons réduire l’écart de prix important des nouveaux carburants alternatifs très coûteux pour accélérer leur production et leur adoption, afin que nous atteignions un point de décollage d’ici 2030 sur notre voie vers le zéro net d’ici 2050 », a déclaré le secrétaire général d’ICS. , Guy Platten. « Mais il est crucial que notre industrie soutienne également les efforts maritimes de réduction des gaz à effet de serre dans les pays en développement. »

En visant à garantir qu’au moins 5 % de l’énergie utilisée par la flotte mondiale en 2030 soit produite à partir de carburants alternatifs, l’ICS indique que le plan respectera le plan d’action 2022 de Mission Innovation pour le transport maritime à zéro émission et représenterait l’équivalent d’environ 15 millions de tonnes de nouveaux carburants par an d’ici la fin de la décennie, une avancée significative par rapport au chiffre actuel de presque zéro.

« Ce fonds a le potentiel d’aller au-delà de la portée traditionnelle de l’OMI, en stimulant les investissements pour la production de carburant et les infrastructures de soutage dans les ports du monde entier qui seront vitaux pour que notre industrie mondiale se décarbone complètement. »

Selon ICS, une évaluation d’impact détaillée entreprise par Clarksons Research a montré qu’une contribution financière allant jusqu’à environ 100 dollars par tonne de CO2 émise n’aurait pas d’impacts négatifs disproportionnés sur les économies des États. Cependant, ICS estime que les contributions pourraient initialement être fixées à un niveau beaucoup plus bas, puis soumises à un examen quinquennal à mesure que des quantités croissantes de nouveaux carburants deviendront disponibles.

La dernière proposition fait suite à une proposition antérieure dirigée par l’ICS appelant à un fonds de recherche et développement de 5 milliards de dollars sur les carburants et les technologies à faible et à zéro carbone, largement soutenu par l’industrie du transport maritime. Ce programme, qui aurait été financé par une taxe de 2 $ par tonne sur le carburant consommé par chaque navire, a finalement été rejeté au niveau de l’OMI.

La dernière proposition précède la conférence sur le climat COP 27 de l’ONU et la prochaine réunion du Comité de protection de l’environnement marin (MEPC) de l’OMI, qui auront toutes deux lieu en décembre.

Jusqu’à présent, l’OMI n’a défini qu’une stratégie initiale sur le changement climatique visant une réduction de 50 % des émissions annuelles de GES des navires d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008. Alors que le MEPC doit toujours finaliser sa stratégie en 2023, l’OMI est de plus en plus pressée d’augmenter son niveau d’ambition, sans parler d’orienter l’industrie sur la manière d’y parvenir.