La Russie affirme que la marine britannique a fait exploser Nord Stream, Londres nie toute implication

Reuter

LONDRES, 29 octobre (Reuters) – Le ministère russe de la Défense a déclaré samedi que le personnel de la marine britannique avait fait sauter les gazoducs Nord Stream le mois dernier, une affirmation que Londres a qualifiée de fausse et destinée à détourner l’attention des échecs militaires russes en Ukraine.

La Russie n’a pas fourni de preuves de son affirmation selon laquelle un membre éminent de l’OTAN avait saboté des infrastructures russes critiques au milieu de la pire crise dans les relations entre l’Occident et la Russie depuis les profondeurs de la guerre froide.

Le ministère russe a déclaré que des « spécialistes britanniques » de la même unité avaient dirigé samedi des attaques de drones ukrainiens contre des navires de la flotte russe de la mer Noire en Crimée qui, selon lui, avaient été largement repoussées par les forces russes, avec des dommages mineurs à un dragueur de mines russe.

«Selon les informations disponibles, des représentants de cette unité de la marine britannique ont participé à la planification, à la fourniture et à la mise en œuvre d’une attaque terroriste en mer Baltique le 26 septembre de cette année – faisant exploser les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2, », a indiqué le ministère.

La Grande-Bretagne a nié la demande.

« Pour détourner l’attention de leur gestion désastreuse de l’invasion illégale de l’Ukraine, le ministère russe de la Défense a recours à de fausses déclarations d’une ampleur épique », a déclaré le ministère britannique de la Défense.

« Cette histoire inventée en dit plus sur les arguments en cours au sein du gouvernement russe que sur l’Occident. »

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré que Moscou demanderait une réaction du Conseil de sécurité de l’ONU en déclarant sur les réseaux sociaux que Moscou voulait attirer l’attention sur « une série d’attentats terroristes commis contre la Fédération de Russie dans la mer Noire et la mer Baltique, y compris le l’implication de la Grande-Bretagne en eux.

La Russie, profondément isolée par les nations occidentales depuis son invasion de l’Ukraine le 24 février, a précédemment blâmé l’Occident pour les explosions qui ont rompu les pipelines Nord Stream 1 et Nord Stream 2 construits par la Russie sur le lit de la mer Baltique.

Mais il n’avait pas encore donné de détails précis sur qui, selon lui, était responsable des dommages aux pipelines, auparavant les plus grands itinéraires d’approvisionnement en gaz russe vers l’Europe.

Une forte baisse de pression sur les deux pipelines a été enregistrée le 26 septembre et les sismologues ont détecté des explosions, déclenchant une vague de spéculations sur le sabotage de l’un des corridors énergétiques les plus importants de Russie.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier immédiatement aucune des affirmations contradictoires concernant la responsabilité des dommages.

MYSTÈRE DU PIPELINE

La Suède et le Danemark ont ​​tous deux conclu que quatre fuites sur Nord Stream 1 et 2 ont été causées par des explosions, mais n’ont pas précisé qui pourrait en être responsable. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a qualifié les dégâts d’acte de sabotage.

La Suède a ordonné l’ouverture d’enquêtes supplémentaires sur les dommages causés aux canalisations, a indiqué vendredi le procureur chargé de l’affaire dans un communiqué.

Le Kremlin a déclaré à plusieurs reprises que les allégations de responsabilité russe dans les dommages étaient « stupides » et les responsables russes ont déclaré que Washington avait un motif car il voulait vendre plus de gaz naturel liquéfié (GNL) à l’Europe.

Les États-Unis ont nié toute implication.

Les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ont une capacité annuelle conjointe de 110 milliards de mètres cubes, soit plus de la moitié des volumes normaux d’exportations de gaz de la Russie.

Des sections des pipelines de 1 224 km (760 milles) de long, qui relient la Russie à l’Allemagne, se trouvent à une profondeur d’environ 80 à 110 mètres.

FLOTTE DE LA MER NOIRE

La Russie a déclaré que les forces ukrainiennes avaient attaqué des navires de la flotte de la mer Noire à Sébastopol, la plus grande ville de la Crimée annexée par la Russie, aux premières heures de samedi.

« Neuf véhicules aériens sans pilote et sept drones marins autonomes ont été impliqués dans l’attaque », a indiqué le ministère de la Défense.

« La préparation de cet acte terroriste et la formation des militaires du 73e Centre spécial ukrainien d’opérations navales ont été menées sous la direction de spécialistes britanniques situés dans la ville d’Ochakiv. »

Tous les drones aériens ont été détruits mais des dommages mineurs ont été causés au dragueur de mines Ivan Golubets, a indiqué le ministère. Sébastopol est le quartier général de la flotte russe de la mer Noire.

(Reportage par ReutersÉdité par Guy Faulconbridge et Frances Kerry)

(c) Copyright Thomson Reuters 2022.