L’Allemagne sécurise son approvisionnement en gaz via des unités flottantes de GNL

Reuter

FRANCFORT/BERLIN, 16 août (Reuters) – L’Allemagne a obtenu mardi l’engagement des principaux importateurs de gaz de maintenir deux terminaux flottants de gaz naturel liquéfié (GNL) entièrement approvisionnés à partir de cet hiver dans le but de réduire la dépendance à l’égard du carburant russe, comme Moscou l’a averti que les prix exorbitants de l’essence pourraient encore bondir.

L’Europe et la Russie sont bloquées dans une impasse sur l’approvisionnement énergétique depuis que Moscou a envahi l’Ukraine et que l’Occident a réagi par des sanctions. La Russie, qui couvrait auparavant environ 40 % des besoins en gaz de l’Europe, a réduit ses flux en invoquant des problèmes d’équipement, tandis que Berlin affirme que Moscou veut « faire chanter » l’Europe.

L’Allemagne, la puissance économique de l’Europe qui dépendait plus que la plupart de la Russie, s’est empressée de trouver d’autres sources de gaz avant l’hiver au cas où la Russie réduirait davantage ses approvisionnements ou les interromprait. Berlin a déjà mis en garde contre un éventuel rationnement du gaz.

Dans le cadre du protocole d’accord de mardi avec Uniper, RWE et VNG d’EnBW, deux unités flottantes de stockage et de regazéification (FSRU) à Brunsbuettel et Wilhelmshaven seront entièrement approvisionnées à partir de leur mise en service prévue cet hiver jusqu’en mars 2024.

Le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, a déclaré que cela faisait partie des efforts « pour nous rendre indépendants et moins sensibles au chantage du (président russe Vladimir) Poutine, et pour donner à l’Allemagne une infrastructure énergétique robuste et résiliente, ou dans ce cas une infrastructure gazière ».

Les unités flottantes sont une mesure provisoire jusqu’à ce que l’Allemagne puisse construire deux terminaux GNL permanents – les premiers terminaux à être construits dans le pays – pour recevoir du gaz expédié du monde entier, au lieu de compter sur le carburant russe fourni par pipeline.

La crise a fait grimper le prix de référence du gaz en Europe à un niveau record de près de 335 euros (341 $) par mégawattheure (MWh) au printemps. Ils se sont depuis détendus, s’échangeant autour de 226 euros mardi, mais restent bien plus élevés qu’il y a un an où ils se situaient autour de 46 euros.

Gazprom, la société contrôlée par le Kremlin qui détient le monopole des exportations de gaz russe par gazoduc, a déclaré que les prix pourraient grimper de 60 % supplémentaires par rapport aux niveaux actuels, imposant davantage de souffrances aux consommateurs européens. Il a déclaré qu’ils pourraient dépasser 4 000 $ par 1 000 mètres cubes cet hiver, contre 2 500 $ maintenant.

‘NOUVEAUX DÉFIS’

Uniper, qui faisait face à une crise financière alors qu’elle luttait pour respecter ses engagements d’approvisionnement dans un contexte de flambée des prix du gaz, a été renflouée par le gouvernement allemand en juillet avec un accord de 15 milliards d’euros. Berlin a également pris une participation de 50% dans le futur terminal GNL fixe de Brunsbuettel, co-détenu par RWE et Gasunie.

Avant la crise, l’Allemagne recevait une grande partie de son gaz de Russie via le gazoduc Nord Stream 1 (NS1), détenu majoritairement par Gazprom. Le pipeline avait fourni 55 milliards de mètres cubes (bcm) par an à l’Allemagne et à d’autres, mais fonctionne maintenant à 20% de sa capacité.

Moscou attribue la réduction des flux à des réparations retardées en raison de sanctions ou d’équipements défectueux. Berlin dit que ce sont des prétextes pour riposter à l’Europe en réponse aux sanctions occidentales.

« Les actions erratiques du président russe, les prétextes (sur NS1) … Je m’attends à ce que nous devions encore et encore faire face à de nouveaux défis », a déclaré Habeck.

En utilisant les deux FSRU, l’Allemagne pourra recevoir jusqu’à 12,5 milliards de m3 de GNL par an, soit environ 13 % de la consommation de gaz du pays en 2021, selon les chiffres de la société de recherche Enerdata.

En plus de réduire les approvisionnements via Nord Stream, les approvisionnements russes pompés via l’Ukraine ont également été réduits. Gazprom a déclaré que ses exportations de gaz avaient chuté de plus d’un tiers à 78,5 milliards de m3 entre le 1er janvier et le 15 août et que la production avait baissé de 13,2% à 274,8 milliards de m3 par rapport à il y a un an.

La demande mondiale de GNL augmentait déjà alors que l’économie mondiale se remettait de la pandémie de COVID-19. La crise ukrainienne a encore fait grimper la demande de GNL.

Mais Habeck a déclaré que les importateurs de gaz allemands avaient réussi jusqu’à présent à se procurer des cargaisons de GNL sur le marché mondial, qu’il a estimé à 500 milliards de mètres cubes par an, bien que les pourparlers entre les importateurs allemands et le Qatar – un important producteur de GNL – aient échoué.

Habeck a déclaré que les pourparlers avec le Qatar se poursuivaient, mais il a également déclaré que les importateurs recherchaient globalement les meilleures offres.

« Et si le Qatar ne fait pas l’offre la moins chère, les entreprises sont bien avisées, dans l’intérêt des consommateurs, de ne pas accepter l’offre la plus chère », a-t-il déclaré.

(1 $ = 0,9830 euro)

(Reportage par Christoph Steitz et Rachel More; Reportage supplémentaire par Nina Chestney; Montage par Madeline Chambers et Edmund Blair)

(c) Copyright Thomson Reuters 2022.