Le bénéfice de TotalEnergies s’envole sur les prix élevés du gaz

Le géant français de l’énergie TotalEnergies a renforcé son bilan et doublé son bénéfice au troisième trimestre 2022 sur une base annuelle, tiré par son activité GNL et la hausse des prix du gaz en raison de la crise ukrainienne.

TotalEnergies a révélé jeudi avoir enregistré une revenu net de 9,9 milliards de dollars au troisième trimestre 2022, contre 9,8 milliards de dollars au deuxième trimestre 2022 et 4,8 milliards de dollars au troisième trimestre 2021. La société a également divulgué une nouvelle dépréciation de 3,1 milliards de dollars liée à la Russie.

Patrick PouyannéPDG de TotalEnergies, a déclaré : « Dans un contexte marqué par un prix moyen du Brent à 100 $/b et une hausse des prix du gaz exacerbée par l’agression militaire russe en Ukraine, TotalEnergies s’est appuyé sur son modèle intégré, notamment le GNL, pour générer des résultats en ligne avec les trimestres précédents.

Les segments d’activité du géant français ont bénéficié de la hausse des prix du pétrole et du gaz au 3T 2022 avec une résultat opérationnel net ajusté de 10,3 milliards de dollars contre 10,5 milliards de dollars au 2e trimestre 2022 et 5,4 milliards de dollars au 3e trimestre 2021.

Dans cette optique, le segment iGRP – Integrated Gas, Renewables & Power – a enregistré un résultat opérationnel net ajusté record de 3,6 milliards de dollars ce trimestre, en hausse de 1,1 milliard de dollars par rapport au deuxième trimestre, et un flux de trésorerie de 2,7 milliards de dollars, « porté par un prix de vente moyen du GNL en hausse de plus de 50% par rapport au trimestre précédent et par la bonne performance de ses activités de trading. »

D’autre part, le PDG de TotalEnergies a expliqué que le segment Exploration & Production de la société affichait un résultat opérationnel net ajusté de 4,2 milliards de dollars et un cash-flow de 6,4 milliards de dollars, « malgré une baisse de la production ce trimestre, principalement en raison d’arrêts imprévus à Kashagan. »

De plus, la société flux de trésorerie d’exploitation était de 17,8 milliards de dollars au 3T 2022, contre 16,3 milliards de dollars au 2T 2022 et 5,6 milliards de dollars au 3T 2021. Pouyanné a expliqué que TotalEnergies « poursuivi la mise en œuvre de sa stratégie de croissance en prenant une participation dans Projet GNL North Field South au Qatar ».

Dans la poursuite de la mise en œuvre de sa stratégie d’investissement dans des projets pétroliers à bas coûts et à faibles émissions, TotalEnergies a démarré la production au Champ Ikike au Nigeria et a lancé le Projet d’huile de bégonia en Angola et le Projet Fénix en Argentine. En outre, la société a confirmé une importante découverte de gaz avec un bloc opéré par Eni à Chypre où le géant français détient une participation de 50 %.

« Dans cet environnement favorable, compte tenu des impôts sur le revenu et la production de 26 milliards de dollars dans le monde, l’entreprise met en œuvre une politique équilibrée de partage de la valeur avec une prime exceptionnelle d’un mois de salaire en 2022 à tous ses employés dans le monde et, comme annoncé en septembre 28, sa politique de retour aux actionnaires ciblant un versement de 35 à 40 % des flux de trésorerie à partir de 2022 », souligné Pouyanné.

La production d’hydrocarbures était de 2 669 milliers de barils équivalent pétrole par jour (kboe/j) au troisième trimestre 2022, en baisse de 5% sur une base annuelle et de 2,5% par rapport au trimestre précédent, principalement en raison de la maintenance planifiée, notamment à Ichthyset des arrêts imprévus à Kashaganpartiellement compensée par l’entrée dans les champs de production de Sépia et Atapu et la montée en puissance de Méro 1 au Brésil.

La Production de GNL au 3e trimestre 2022 était en baisse de 6 % en glissement annuel, principalement en raison de la fin du Qatargas 1 permis d’exploitation, maintenance planifiée sur Ichthys GNL en Australie et la diminution de l’approvisionnement en gaz NLNG au Nigéria pour des raisons de sécurité.

En outre, capacité brute installée de production d’électricité d’origine renouvelable atteint 16,0 GW à la fin du troisième trimestre 2022, en hausse de 4,4 GW par rapport au trimestre précédent, dont 3,8 GW liés à l’acquisition de 50% de Clearway Energy Group aux États-Unis et 160 MW liés au démarrage de la Vert de mer parc éolien offshore en Ecosse.

La demande européenne de GNL pour maintenir les prix du gaz à un niveau élevé

Concernant ses perspectives pour le quatrième trimestre 2022, TotalEnergies table sur une production d’environ 2,8 Mboe/j, en raison d’une réduction des maintenances planifiées et du redémarrage de la production de Kashagan. L’acteur français anticipe que son prix de vente moyen du GNL pour le 4T 2022 sera supérieur à 17 $/Mbtu et entend poursuivre l’accélération de sa stratégie de transformation avec des investissements nets d’environ 16 milliards de dollars en 2022, dont 4 milliards de dollars dans les énergies décarbonées.

Alors que les marchés du pétrole et du gaz sont marqués par « forte volatilité » malgré un ralentissement de la croissance mondiale anticipé en 2023, TotalEnegies a souligné que les prix du pétrole sont soutenus notamment par la décision de l’OPEP+ de réduire les quotas de production de 2 Mb/j ainsi que par la mise en œuvre de l’embargo européen sur le pétrole russe à compter du 5 décembre 2022.

Pour l’avenir, le géant français estime que les prix du gaz resteront élevés, poussés par la nécessité d’importer du GNL en Europe pour remplacer les importations de gaz russe. De plus, TotalEnergies s’attend à ce que les marges de raffinage – notamment pour les distillats – restent solides en raison de l’interdiction des importations de produits pétroliers russes en Europe, effective à partir de février 2023.