Le Conseil de sécurité de l'ONU exhorté à empêcher la marée noire de fuir l'épave d'un pétrolier au large du Yémen

L'état du navire de stockage de pétrole en décomposition Safer, flottant au nord de Hodeidah, au Yémen, se détériore quotidiennement, ce qui constitue une menace majeure de déversement de pétrole, a déclaré le Conseil de sécurité de l'ONU la semaine dernière.

On craint que le pétrolier délabré puisse être enlevé, provoquant une explosion et un déversement de pétrole dans le golfe d'Aden, déclenchant une énorme catastrophe environnementale et économique.

Le Safer FSO, censé être chargé de plus d'un million de barils de pétrole brut, appartient officiellement au gouvernement du Yémen.

Le navire était autrefois utilisé comme terminal flottant de stockage et de déchargement (FSO) pour les navires chargeant du pétrole brut à partir d'un pipeline Marib-Ras Isa situé à proximité. Il est amarré à 7 km au large du port de Ras Isa depuis 1988 et est tombé sous le contrôle des Houthis en 2015 après que les forces Houthis ont pris le port. Depuis lors, il a été utilisé comme monnaie d'échange entre les Houthis et le gouvernement yéménite, soutenu par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

L'ancien supertanker, construit au Japon en 1974, a fait une fuite fin mai, inondant sa salle des machines d'eau de mer et menaçant de déstabiliser le navire et de renverser sa cargaison, a déclaré Inger Andersen, chef du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Elle pense qu’aucun effort ne devrait être épargné pour inspecter l’état du navire et effectuer des réparations légères malgré l’aggravation de la situation par la pandémie de COVID-19 en cours.

Andersen croit à plus long terme, la meilleure option serait de décharger le pétrole du navire, puis de le remorquer vers un endroit sûr pour l'inspection et le démantèlement.

Pour l'instant, la communauté internationale doit élaborer un plan de réponse en cas de déversement d'hydrocarbures, a-t-elle déclaré, soulignant que le Safer pourrait libérer quatre fois plus de pétrole que la fameuse catastrophe d'Exxon Valdez, au large de l'Alaska en 1989.

Ni le Yémen ravagé par la guerre ni ses voisins n'ont la capacité de gérer et d'atténuer les conséquences d'un tel déversement – et les opérateurs privés de sauvetage seront réticents à accepter un travail dans une zone de conflit, a-t-elle déclaré.

Le Yémen a été déchiré par plus de cinq ans de conflit entre les forces du président Abdrabbuh Mansur Hadi – soutenues par une coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite – et principalement des milices houthistes, pour le contrôle de la nation arabe.

Les envoyés spéciaux de l'ONU demandent l'accès au Safer depuis près de deux ans, pour inspecter l'état du navire et éviter une éventuelle catastrophe environnementale, qui mettrait en péril la survie et les moyens de subsistance de ceux qui vivent dans les zones environnantes.

Malgré quelques réticences initiales des Houthis pour autoriser l'accès au navire, le chef des affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, a déclaré que les autorités houthies avaient confirmé il y a deux semaines qu'elles accepteraient une mission de l'ONU sur le pétrolier prévue depuis longtemps.

Comme indiqué, la mission aura lieu, espérons-le, dans les prochaines semaines.

"Nous sommes bien sûr déjà venus ici », a-t-il déclaré, rappelant qu'Ansar Allah – le nom officiel de la milice houthie – avait donné des assurances similaires en août 2019, pour annuler la mission des Nations Unies la veille de son départ pour le navire.

«Les autorités d'Ansar Allah ont ici une occasion importante de prendre des mesures qui épargneront des millions de leurs concitoyens d'une nouvelle tragédie», a déclaré Lowcock, qui dirige le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

«Nous sommes impatients de travailler avec eux pour y parvenir.»

Andersen a ajouté que, sur la base de l’exercice de modélisation réalisé par des experts indépendants, on estime que si le Safer déversait sa cargaison entre juillet et septembre, compte tenu des vents et des courants dominants, cela affecterait 100% des pêcheries du Yémen en quelques jours.

Comme expliqué, la fermeture du port clé voisin d'Al Houdeidah pendant cinq à six mois entraînerait entre-temps une augmentation de 200% des prix du carburant, tandis que les prix des denrées alimentaires – dans un pays qui doit importer presque tout ce dont il a besoin – doubleraient probablement.

Le port est proche de l’une des zones marines protégées du Yémen, qui abrite des mangroves et des récifs coralliens.

Alors que la côte ouest du Yémen serait la plus durement touchée, l'impact s'étendrait rapidement à Djibouti, à l'Érythrée et à l'Arabie saoudite, affecterait la demande de fruits de mer de la mer Rouge et aurait un impact sur les plus de 200000 navires qui la traversent chaque année, a-t-elle averti.

«Même si les activités d’intervention devaient être lancées immédiatement après la marée noire, il faudrait néanmoins des années pour que les écosystèmes et les économies se rétablissent». elle a souligné.