Le DOE américain finance la recherche sur la corrosion et l’encrassement biologique pour les appareils d’énergie marine

L’Office of Technology Transitions du département américain de l’Énergie (DOE) a accordé un financement pour un projet de recherche qui cherchera à optimiser les revêtements non toxiques pour le contrôle de l’encrassement biologique et de la corrosion sur les dispositifs et installations d’énergie marine.

Illustration/TriFrame de Verdant Power après six mois de déploiement (Avec l'aimable autorisation du DOE américain)
Illustration/En mai 2021, Verdant Power a effectué une R&R d’une turbine marémotrice dans son support TriFrame sur son site Roosevelt Island Tidal Energy dans l’East River de New York (Avec l’aimable autorisation du DOE des États-Unis)

Le Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) dirigera un projet visant à étendre, tester sur le terrain et optimiser les revêtements non toxiques, durables et économiques pour le contrôle de l’encrassement biologique et de la corrosion sur les dispositifs et installations d’énergie marine.

Le projet sera basé sur la technologie brevetée de composite infusé de lubrifiant superhydrophobe (SLIC) du PNNL.

SLIC offre des performances antisalissures, une durabilité et une résistance hydrodynamique réduite sans utiliser de matériaux toxiques qui peuvent aider à prévenir l’encrassement biologique des travaux de génie civil hydrauliques dans les environnements d’eau douce et marins.

Les principaux objectifs du projet comprennent des tests de performance finaux en laboratoire pour mesurer la durabilité, la friction et la compatibilité de SLIC à base d’eau salée avec d’autres types de peinture et d’apprêt.

L’équipe travaillera également avec des partenaires de l’industrie des revêtements pour co-développer des mélanges de SLIC avec des solvants, des agents de durcissement, des liants et des pigments afin d’évaluer la résistance à la traction, la durée de conservation, le temps de durcissement et tout impact sur d’autres mesures de performance.

Le projet, qui a reçu un financement fédéral de 529 000 $, réunira, en plus du PNNL, les sociétés américaines BioBlend Renewable Resources, Dry Surface Technologies, Prometheus Innovations et le partenaire canadien Lorama Group.

Le laboratoire de recherche marine et côtière du PNNL et le partenaire du projet Taylor Shellfish Farms fourniront également les sites d’essais sur le terrain nécessaires dans le cadre du projet, selon le DOE américain.

Le financement du projet a été accordé par le biais du dernier cycle du Fonds de commercialisation de la technologie (TCF) de l’Office of Technology Transitions – un programme qui fait la transition des projets nationaux de recherche et développement (R&D) en laboratoire vers des programmes énergétiques appliqués ayant un potentiel d’impact à travers industrie.

Plus de 30 millions de dollars de financement fédéral, auxquels s’ajoutent plus de 35 millions de dollars de fonds du secteur privé, ont été fournis pour 68 projets qui accéléreront la commercialisation de technologies énergétiques prometteuses, allant de l’énergie propre et de la fabrication de pointe, à l’efficacité des bâtiments et aux matériaux de nouvelle génération.

« Le président Biden veut vraiment s’assurer que l’Amérique s’empare du marché de l’énergie propre – et cela signifie que nous devons travailler avec les entrepreneurs les plus avisés de notre pays pour accélérer les solutions des laboratoires nationaux du DOE vers des technologies prêtes pour le commerce », a déclaré le secrétaire à l’Énergie Jennifer M. Granholm.

« Ces projets nous aideront à déployer des innovations révolutionnaires qui nous positionneront pour gagner la course à l’énergie propre, tout en créant des emplois et des opportunités dans toutes les régions du pays.

Vous pourriez également aimer...