Le gaz russe circule à nouveau vers l’Europe avec le redémarrage de Nord Stream 1

Le gazoduc Nord Stream 1 a repris le transport de gaz de la Russie vers l’Europe après dix jours d’arrêt en raison de travaux de maintenance annuels.

Les deux lignes du réseau de gazoducs ont été fermées le 11 juillet pour des travaux d’entretien de routine, y compris des tests d’éléments mécaniques et de systèmes d’automatisation pour garantir des opérations de gazoduc fiables et sûres.

Nord Stream AG, la société à l’origine du projet, a déclaré qu’elle avait achevé tous les travaux de maintenance sur les gazoducs jumeaux dans les délais prévus et que le transport de gaz avait repris le 21 juillet.

Les activités de maintenance annuelles programmées sont planifiées bien à l’avance dans le cadre de la stratégie de gestion à long terme de l’intégrité des pipelines, a indiqué la société.

Selon Klaus Mullerprésident de l’Agence fédérale allemande des réseaux pour la numérisation, la neutralité climatique et la résilience, le pipeline ne fournit que 40 % de sa capacité.

Nord Stream relie directement les réserves de gaz de la Russie aux marchés de l’énergie de l’Union européenne.

Les deux pipelines de 1 224 kilomètres vont de Vyborg, en Russie, à Lubmin près de Greifswald, en Allemagne, à travers la mer Baltique. La route traverse les zones économiques exclusives (ZEE) de la Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de l’Allemagne, ainsi que les eaux territoriales de la Russie, du Danemark et de l’Allemagne.

Le transport du gaz par la canalisation 1 a commencé à la mi-novembre 2011, tandis que le transport du gaz par la deuxième canalisation a commencé en octobre 2012.

Combinés, les gazoducs jumeaux ont la capacité de transporter un total combiné de 55 milliards de mètres cubes (bcm) de gaz par an vers l’UE pendant au moins 50 ans.

Cependant, à la suite de nombreuses sanctions contre la Russie en raison de son invasion de l’Ukraine, le monde est confronté à une crise énergétique mondiale alors que le président Vladimir Poutine menace d’arrêter tous les approvisionnements en gaz.

Pour relever le défi auquel l’Europe est confrontée, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a annoncé le scénario dans lequel les flux de gaz via Nord Stream reviendraient après le 21 juillet aux niveaux bas auxquels ils se trouvaient avant l’arrêt actuel, mais, au début de l’hiver saison le 1er octobre, l’approvisionnement en gaz russe de l’Europe est complètement coupé.

L’agence estime que l’Europe est à l’épicentre des turbulences du marché de l’énergie et que des actions coordonnées dans toute l’UE sont essentielles pour éviter une crise majeure du gaz, et propose « cinq actions concrètes » que les dirigeants européens doivent adopter pour une approche plus coordonnée à l’échelle de l’UE afin de se préparer à l’hiver à venir.

L’Union européenne travaille activement à assurer son indépendance vis-à-vis des énergies fossiles russes bien avant 2030, à commencer par le gaz. Dans cette optique, l’UE a décidé d’éliminer progressivement toutes les importations de pétrole russe « de manière ordonnée ».

Le plan REPowerEU a été lancé comme une voie à suivre pour faire face à une double urgence, visant à réduire la dépendance de l’UE vis-à-vis des combustibles fossiles russes et à accélérer la transition verte. En outre, l’UE a l’intention d’interdire près de 90 % des importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année.