Le navire NCSM Harry DeWolf Arctic incapable de patrouiller dans la région en raison d’une défaillance des principaux générateurs diesel

Le NCSM Harry DeWolf, le premier navire de patrouille arctique et hauturier de la marine, n’a pas pu effectuer d’exercices en août dans le Grand Nord en raison de la panne des principaux générateurs diesel, cruciaux pour son système de propulsion. La Marine royale canadienne espère le remettre en service en novembre 2022.

Le NCSM Harry DeWolf, le 15 août, a quitté Halifax pour les activités de l’opération Nanook, mais l’un des quatre principaux générateurs diesel du navire ne fonctionnait pas. Quelques jours plus tard, alors qu’il se trouvait au large de la côte est du Labrador et de Terre-Neuve, un autre des principaux générateurs diesel est tombé en panne, l’obligeant à retourner à Halifax.

Rudee Gaudet, le lieutenant de la marine, a souligné dans un e-mail que les techniciens avaient découvert qu’une fuite de liquide de refroidissement dans deux générateurs diesel avait conduit au problème. Le NCSM Harry DeWolf entrera maintenant dans une phase de maintenance pré-programmée qui se déroulera jusqu’à la fin octobre, et les réparations du générateur seront alors effectuées, a-t-elle précisé.

Le navire devrait revenir pour mener des actions de génération de force en novembre et début décembre, a déclaré Gaudet.

Navire arctique
Image à des fins de représentation uniquement

La panne des principaux générateurs diesel est le dernier d’une série de problèmes mécaniques rencontrés par le NCSM Harry DeWolf. Le navire devait participer à l’opération Nanook début août, mais a été laissé au port car le système d’extinction d’incendie ne fonctionnait pas correctement. Les marins ont signalé que le système était hors service depuis près d’un mois.

Une fois le système d’extinction d’incendie réparé, le NCSM Harry DeWolf a quitté Halifax, mais les problèmes de générateur ont commencé.

La Marine royale canadienne a mentionné que la panne était un « incident isolé ».

Mais, en 2020 (octobre), la Presse canadienne a informé le NCSM que Harry DeWolf avait été contraint de retourner au port après la panne des systèmes de communication et du générateur d’eau douce. Lorsque le navire a été amarré, les membres d’équipage ont également constaté que les pompes de refroidissement de deux des quatre générateurs diesel du navire étaient également en panne.

Le Capc Brian Owens a mentionné dans un communiqué envoyé par courriel que des problèmes mécaniques survenaient de temps en temps » dans les navires de la marine, et le NCSM Harry DeWolf servait exceptionnellement bien le Canada depuis sa livraison en 2020.

Au fil des ans, la mission des navires de patrouille extracôtiers et arctiques (NPEA) a connu des retards et des augmentations de dépenses. Conformément au calendrier initial, le tout premier AOPS a été livré en 2013, les opérations dans l’Arctique commençant en 2015.

Mais le premier navire, le NCSM Harry DeWolf, n’a été livré au Canada qu’en 2020 (juillet).

En 2015 (janvier), le gouvernement fédéral a déclaré qu’il avait attribué à Irving Shipbuilding un contrat d’une valeur de 2,6 milliards de dollars pour la construction de cinq NPEA. En 2018, l’accord a été élargi pour inclure un sixième navire. La Défense nationale énumère la mission qui coûte aux contribuables plus de 4,3 milliards de dollars environ.

En 2017, le Comité sénatorial de la défense a soulevé des inquiétudes concernant les capacités des navires.

Les préoccupations surviennent car les navires ne peuvent pas fonctionner dans la glace de plus d’un mètre d’épaisseur, sont plus lents qu’un traversier de la Colombie-Britannique, ne peuvent fonctionner que de juin à octobre dans l’Arctique et nécessitent une escorte de la Garde côtière lorsqu’ils se trouvent dans les eaux nord des sénateurs. Souligné. Les limitations sont troublantes et soulèvent la question de savoir si les contribuables reçoivent la valeur pour les sommes dépensées.

Dans le passé, les bureaucrates fédéraux ont été sensibles à toute couverture médiatique des problèmes du NPEA. En 2019 (mars), des responsables associés aux services publics et à l’approvisionnement et à la Défense nationale au Canada ont averti Irving que ce journal posait des questions sur les problèmes de soudures sur l’AOPS. Irving a menacé ce journal de poursuites judiciaires.

Cependant, la Défense nationale a confirmé plus tard des problèmes mineurs avec le soudage du NPEA, et l’article a été publié. Aucune plainte n’avait été déposée.

Références : Northern News, Vancouver Sun

Dernières nouvelles sur l’expédition