Le NTSB émet des recommandations de sécurité basées sur l’enquête sur l’incendie de la salle des machines à bord du Roger Blough

Le National Transportation Safety Board a publié jeudi trois recommandations de sécurité à la suite d’une enquête sur l’incendie de la salle des machines du 1er février 2021 à bord du vraquier Roger Blough.

Le Roger Blough était amarré en hiver à l’usine de construction navale de Fincantieri Bay à Sturgeon Bay, dans le Wisconsin, lorsqu’un incendie s’est déclaré dans la salle des machines. Les tapis roulants de déchargement de la cargaison se sont alors enflammés, causant d’importants dégâts dans toute la partie arrière du navire. L’armateur à bord a quitté le navire sans blessure. Aucune pollution n’a été signalée. Les dommages au Roger Blough ont dépassé 100 millions de dollars.

Les enquêteurs du NTSB ont déterminé que l’incendie provenait du brûleur de la fournaise au mazout, qui avait été installée dans la salle des machines pour chauffer l’espace pendant l’hiver. L’assemblage du brûleur a été monté sur le tube d’air du four avec un raccord en aluminium. Les enquêteurs ont déterminé que le couplage s’était rompu, permettant au brûleur de tomber et de fracturer la conduite de carburant qui l’alimentait.

Environ un mois avant l’incendie, l’ingénieur en chef pensait que la fournaise ne fonctionnait pas et pensait que l’allumeur n’était pas correctement réglé. Les deux mécaniciens du navire ont retiré et réinstallé le brûleur du four à plusieurs reprises dans leurs tentatives de réparation du four, qui ont échoué. Ils ont contacté le représentant technique de l’entreprise de fournaise qui a réparé la fournaise. Les enquêteurs du NTSB ont conclu que le retrait et la réinstallation répétés de l’ensemble du brûleur lors des tentatives de réparation de la fournaise peuvent avoir endommagé le couplage de montage et conduit à sa défaillance éventuelle.

Roger Blough
(Roger Blough en route avant l’incendie. Source : US Coast Guard)

Lorsque l’incendie s’est déclaré la nuit, le système de surveillance et de notification sans fil, installé pour le désarmement hivernal, a activé le panneau d’alarme dans les locaux d’habitation de l’équipage, puis a averti les contacts désignés. L’armateur était la seule personne à bord mais ne figurait pas parmi les contacts.

L’armateur n’a été réveillé que 7 minutes plus tard lorsque le détecteur de fumée à l’intérieur de sa cabine a retenti alors qu’une épaisse fumée noire remplissait la pièce. Selon le rapport, si l’armateur à bord avait été répertorié parmi les contacts désignés pour recevoir les alertes du système, il aurait probablement été réveillé plus tôt et aurait peut-être eu l’occasion d’éteindre l’incendie avant qu’il ne se propage à travers le navire.

Le NTSB a déterminé que la cause probable de l’incendie de la salle des machines à bord du Roger Blough était probablement le retrait et la réinstallation répétés du brûleur de la fournaise qui ont conduit à la défaillance de son couplage de montage, entraînant la chute du brûleur en fonctionnement au fond de son enceinte et la fracturation. la conduite d’alimentation en carburant, ce qui a permis au carburant diesel de s’enflammer. L’absence d’une vanne d’arrêt automatique de mazout activée par le feu sur la tuyauterie d’arrivée de mazout avant le brûleur a contribué à l’incendie, ce qui aurait arrêté le combustible alimentant le feu peu de temps après son déclenchement et limité la propagation du feu.

Le rapport d’enquête maritime 22/19 a identifié trois problèmes de sécurité :

Absence de réglementation régissant l’installation et le fonctionnement des fours à bord de certains navires,
Notification inadéquate au personnel de bord d’un incendie, et Absence de soupape activée par le feu sur la tuyauterie de mazout vers le brûleur de la fournaise dans la salle des machines.

À la suite de l’enquête, le NTSB a émis une recommandation à l’intention de la Garde côtière américaine, de l’American Bureau of Shipping et de Key Lakes Inc. Le NTSB a recommandé que la Garde côtière américaine exige que les installations de chauffage sur les navires soient inspectées pour se conformer à la National Fire recommandations de la Protection Association et d’élaborer des normes exigeant l’installation d’autres types de mécanismes d’arrêt ou d’alarmes de sécurité.

Une recommandation similaire a été émise à l’American Bureau of Shipping, qui effectue des examens de surveillance pour les navires comme le Roger Blough. La recommandation du NTSB au propriétaire du navire, Key Lakes Inc., était de s’assurer que leur liste de contacts désignés comprend chaque armateur vivant et travaillant sur un navire pendant le désarmement.

« Il n’y a pas de réglementation concernant les procédures de désarmement hivernal pour les navires commerciaux opérant dans les Grands Lacs », indique le rapport. « L’absence de réglementations ou de normes de classification liées à la construction, à l’installation, aux arrêts de sécurité et aux alarmes du système de chauffage à air au mazout diesel pose un risque pour la vie et la propriété si l’équipement n’est pas installé et entretenu selon des normes similaires à celles en place pour autre équipement au mazout.

« La National Fire Protection Association recommande que les ensembles de brûleurs comme le type installé sur le Roger Blough aient une vanne à fermeture rapide activée par le feu sur la tuyauterie d’entrée de mazout à côté du brûleur », indique le rapport. « Lorsqu’il est installé, ce type de vanne est doté d’un mécanisme activé thermiquement qui ferme la vanne en présence d’incendie pour arrêter l’écoulement de carburant vers le brûleur. Si l’assemblage du brûleur du Roger Blough avait été équipé d’une vanne à fermeture rapide activée par le feu sur sa tuyauterie d’entrée de mazout, le combustible alimentant le feu de la fournaise aurait été arrêté et le feu ne se serait donc probablement pas propagé aussi rapidement.

Le dossier public de l’enquête contient des informations factuelles, notamment des transcriptions d’entretiens, des photographies et d’autres documents d’enquête.

Communiqué de presse

Dernières nouvelles sur l’expédition