Le plus grand champ exploité par Equinor en dehors de la Norvège est de nouveau opérationnel au large du Brésil

Plus de deux ans après l’arrêt de la production d’un champ offshore au Brésil, le géant norvégien de l’énergie, Equinor, l’a redémarré avant le démarrage de la phase II, qui est prévue cette année.

Equinor a révélé mardi que la production au Champ Peregrino au Brésil a repris le 16 juillet 2022, dans le but d’augmenter la production et de réduire l’intensité des émissions.

Véronique Coelhoresponsable national d’Equinor au Brésil, a déclaré : « Notre priorité absolue est la sécurité de nos employés et de nos opérations. Les investissements dans la technologie, les nouveaux équipements et la maintenance nous ont permis de reprendre la production en toute sécurité à Peregrino et de préparer le démarrage du nouveau projet Peregrino Phase II.

La production de ce champ a été suspendue en avril 2020 lorsqu’une colonne montante d’injection d’eau rompue a été détectée lors d’un test d’étanchéité, et depuis lors, l’acteur norvégien a exécuté une « Majeur » programme de maintenance, de modernisation et de réparation du navire FPSO opérant sur le terrain et a installé une nouvelle plate-forme, Peregrino C. La société a expliqué que ces investissements ont permis à la production de « sans encombre » redémarrer, augmenter la capacité globale du champ et améliorer l’intensité des émissions de carbone.

« Je suis fier du travail acharné de nos équipes, tout au long de la pandémie de Covid, pour remettre en service le champ Peregrino et moderniser les installations. Plus de 1 200 personnes ont travaillé ensemble à l’étranger au cours des derniers mois », ajoute Coelho.

Selon Equinor, Peregrino est le plus grand champ exploité par ce géant norvégien en dehors de la Norvège et du « premier d’une série de grands » développements sur le terrain au Brésil. La société a révélé que les réserves restantes de Peregrino Phase I sont estimées à 180 millions de barils.

Selon le communiqué de la société, parallèlement à la maintenance et aux mises à niveau du FPSO, une troisième plate-forme de tête de puits, Peregrino C, a été installée et progresse vers le démarrage de la production, avec le premier pétrole attendu en le troisième trimestre 2022.

Cette nouvelle plate-forme fait partie du projet Peregrino Phase II qui prolongera la durée de vie et la valeur du champ et ajoutera 250-300 millions de barils. Peregrino Phase I se compose d’une unité FPSO, soutenue par deux plates-formes de tête de puits – Peregrino A et Peregrino B. D’autre part, Peregrino II se compose d’une plate-forme de tête de puits – Peregrino C – et des installations connexes.

En outre, Equinor a souligné que « investissements majeurs » ont été faites pour réduire le CO2 émissions du champ Peregrino conformément à la stratégie bas carbone de l’entreprise. Lorsqu’elle sera en exploitation, la phase II devrait réduire les émissions absolues dans le champ Peregrino de 100 000 tonnes de CO2 par an.

L’énergéticien norvégien entend y parvenir en déployant des solutions numériques pour optimiser la consommation d’énergie, en plus des turbines de puissance à gaz pour réduire drastiquement et remplacer la consommation de diesel.

Situé dans le bassin de Campos sur les permis BM-C-7 et BM-C-47, à environ 85 km au large du Brésil, le champ pétrolifère Peregrino est entré en production en 2011. Equinor est l’opérateur du champ avec une participation de 60 %, tandis que son partenaire est Sinochem avec la participation restante de 40 pour cent.

En ce qui concerne les derniers accords conclus par Equinor au Brésil, il convient de noter que le géant norvégien a prolongé le mois dernier le contrat de Floatel Victory.

Selon les termes de cet accord, l’unité de Floatel International fournira des services d’unité de maintenance et de sécurité (MSU) au FPSO de Peregrino jusqu’à la fin de l’année 2022, avec d’autres options par la suite.