Catégories
Actualités maritimes

Le port d'Anvers étudie le potentiel de réduction de moitié des émissions de CO2 d'ici 2030

Le port d'Anvers a réuni fin 2019 sept sociétés chimiques et énergétiques de premier plan pour réduire les émissions de CO2 et prendre des mesures pratiques dans la transition vers un port durable et sobre en carbone. Le consortium est composé d'Air Liquide, BASF, Borealis, ExxonMobil, INEOS, Fluxys, Port d'Anvers et Total.

Avec le projet Anvers @ C, les partenaires visent à garder le CO2 hors de l'atmosphère et ainsi à apporter une contribution significative aux objectifs climatiques, grâce à des applications de capture et d'utilisation ou de stockage de CO2, le tout dans un laps de temps relativement court et à un prix raisonnable. frais.

Le projet a le potentiel de réduire de moitié les émissions de CO2 dans le port (18,65 millions de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre en 2017) d'ici 2030. Cette semaine, Fluxys, le port d'Anvers, Total et Air Liquide ont soumis des demandes de subvention de l'UE pour la réalisation du projet Un pas en avant.

Le port d'Anvers étudie le potentiel de réduction de moitié des émissions de CO2 d'ici 2030

Crédits image: portofantwerp.com

Port d'Anvers, pionnier de la capture du carbone

Le port d'Anvers abrite le plus grand cluster intégré d'énergie et de produits chimiques d'Europe. Cela en fait le lieu idéal pour mettre en place de nouveaux projets de collaboration transfrontalière pour une réduction innovante du CO2. À cette fin, Air Liquide, BASF, Borealis, ExxonMobil, INEOS, Fluxys, Port d'Anvers et Total se sont associés fin 2019 sous le nom d'Anvers @ C, pour étudier la faisabilité technique et économique de la construction d'infrastructures CO2 pour soutenir futures applications CCUS (Carbon Capture Utilization & Storage). La capture et le stockage du carbone (CCS) et, éventuellement, la capture et l'utilisation du carbone (CCU) – c'est-à-dire la réutilisation du CO2 comme matière première pour l'industrie chimique – sont considérées comme des voies importantes dans la transition vers un port neutre en carbone.

Étude de faisabilité

Antwerp @ C mène actuellement une étude de faisabilité avec le soutien de l'Agence flamande pour l'innovation et l'entreprise (Vlaams Agentschap Innoveren & Ondernemen, ou VLAIO). Cette étude étudiera la possibilité de construire une «épine dorsale» centrale sous la forme d'un pipeline le long des zones industrielles sur les rives droite et gauche de l'Escaut, ainsi que diverses unités de traitement partagées, une unité de liquéfaction de CO2 partagée, des installations de stockage provisoires et transport transfrontalier de CO2, par bateau et par pipeline.

Infrastructure de transport transfrontalière

La Belgique n'ayant pas de strates géologiques appropriées, une collaboration internationale sera nécessaire pour transporter le CO2 au-delà des frontières et le stocker de manière permanente, par ex. champs de gaz offshore épuisés. À cette fin, Antwerp @ C étudie les possibilités de transport vers Rotterdam par pipeline ou par bateau vers la Norvège.

Les subventions sont essentielles

Un large soutien – notamment financier – de l'UE, du gouvernement fédéral belge et du gouvernement flamand sera essentiel pour assurer le succès du projet. Antwerp @ C poursuit deux initiatives pour les infrastructures de transport transfrontalières de CO2, à savoir le projet CO2TransPorts pour un pipeline vers Rotterdam et le projet Northern Lights pour le transport vers la Norvège par bateau. Étant donné que le CSC est considéré par l'UE comme un levier important pour lutter contre le changement climatique, ces initiatives ont été reconnues comme des projets d'intérêt commun (PCI).

Des demandes de subvention pour des études détaillées ont été soumises cette semaine pour les deux projets dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE). Une décision d'octroi de la subvention est attendue en novembre. En outre, des demandes de subventions sont en cours de préparation pour le Fonds européen d'innovation dans le cadre du Green Deal.

Jacques Vandermeiren, PDG du port d'Anvers, a déclaré: «Ce projet prometteur nous permettra de jouer encore plus efficacement notre rôle de pionnier. Il démontre une fois de plus que la collaboration est essentielle pour générer un effet de cluster et créer une valeur ajoutée opérationnelle innovante. Si cette infrastructure partagée peut réellement être réalisée, elle bénéficiera à l'ensemble de la communauté industrielle du port et apportera une contribution précieuse aux objectifs climatiques flamands, belges et européens. »

Wouter De Geest, président du consortium Antwerp @ C: «En tant que plus grand cluster pétrochimique d'Europe, nous assumons notre responsabilité grâce à une collaboration sans précédent entre huit sociétés leaders. Ensemble, nous étudions les possibilités de réduire les émissions de CO2 de nos processus de production, ainsi que des solutions innovantes supplémentaires pour une pétrochimie plus durable à Anvers. »

Le conseiller municipal de Port Annick De Ridder: «Ce projet démontre que nos capacités de progrès technologique sont étroitement liées à l'avenir de notre climat. Si nous, en tant que deuxième port d'Europe, pouvons contribuer à économiser jusqu'à la moitié de nos émissions de CO2, cela ouvrira d'innombrables opportunités de croissance durable dans notre industrie et notre prospérité. En assumant ce rôle de pionnier, nous visons à être une source d'inspiration pour l'ensemble de la communauté portuaire. »

Référence: portofantwerp.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *