Le premier grand porte-conteneurs au monde converti au GNL

Le Brussels Express de 15 000 EVP est le premier grand porte-conteneurs au monde à avoir été converti à la propulsion au gaz naturel liquéfié (GNL), a déclaré lundi la compagnie maritime allemande Hapag-Lloyd, alors que les opérateurs se tournent vers le GNL pour réduire leur empreinte environnementale.

En septembre 2020, le navire est entré dans le chantier naval de Huarun Dadong à Shanghai où la conversion a été effectuée. MAN Energy Solutions a converti le moteur MAN B&W 9S90ME-C du navire, qui fonctionnait auparavant au fioul lourd (HFO), en un moteur bicarburant MAN 9S90ME-GI avec injection de gaz et capable de fonctionner à la fois au HFO et au GNL.

« Le fait qu’une modernisation de cette envergure n’ait jamais été réalisée auparavant signifie que nous avons été confrontés à de nombreux défis, de la planification à la mise en œuvre », a déclaré Richard von Berlepsch, directeur général de Hapag-Lloyd pour la gestion de flotte.

Une grue flottante a été utilisée pour hisser le réservoir de GNL de 1 300 tonnes dans le navire, et des moteurs diesel auxiliaires au gaz naturel ont également été convertis au gaz naturel.

En clin d’œil au Green Deal européen, le navire construit en 2014 a été renommé de Sajir à Brussels Express. De plus, la phrase « Expédier pour un avenir plus propre ! orne le brise-lames du gaillard d’avant.

« Nous avons innové avec la conversion, et nous allons maintenant la tester très précisément dans le monde réel », a déclaré von Berlepsch.

Opérant actuellement sur le service Far East 4 entre l’Asie et l’Europe du Nord, le navire n’opère pas encore exclusivement au GNL, les derniers travaux de garantie étant réalisés à la fin de son aller-retour actuel.

Le premier avitaillement complet de GNL devrait avoir lieu à Singapour et, à l’avenir, le navire sera ravitaillé deux fois par voyage aller-retour : à Singapour et à Rotterdam.

Le secteur du transport maritime est sous pression pour réduire les émissions de carbone et a adopté l’année dernière des règles plus strictes sur la teneur en soufre des carburants marins.

Les opérateurs se tournent vers le GNL à combustion plus propre pour divers types de navires commerciaux, des remorqueurs aux pétroliers. Le GNL émet 21 % moins de CO2 que le mazout et sensiblement moins de particules, selon un rapport Deloitte 2019 sur les carburants maritimes.

Alors que l’utilisation du GNL comme carburant pour les navires neufs continue de gagner du terrain, le réaménagement des navires existants au GNL a été plus lent à se développer, principalement en raison du défi de conception pour installer de nouveaux systèmes – en particulier des réservoirs de carburant surdimensionnés – sur les coques existantes.

« Le GNL fossile est actuellement le carburant le plus prometteur sur la voie du zéro émission. L’objectif à moyen terme est d’avoir des opérations de transport neutres en CO2 utilisant du gaz naturel synthétique (SNG) », a déclaré von Berlepsch.

Vous pourriez également aimer...