Le volume total des ports EN ESPAGNE atteindra 552,1 Mt en 2019

Les ports espagnols ont poursuivi leur expansion en 2019, avec une croissance de 0,3 % jusqu’à 552,1 Mt. Le vrac solide diminue en volume, tandis que les marchandises générales et les conteneurs gagnent en poids. Les conteneurs connaissent également une augmentation de leur poids.

En 2019, les ports espagnols ont connu une augmentation de 0,3 pour cent jusqu’à 552,1 Mt. Un volume qui se répartit pour moitié entre les marchandises générales et le vrac. Selon le ministère espagnol des Transports, l’augmentation du trafic portuaire est un signe de la santé du secteur. Au cours de la dernière décennie, comme le précise le communiqué, les ports espagnols ont vu leur trafic augmenter de 3% par an en moyenne. En ce qui concerne le vrac liquide, les 46 ports espagnols, y compris les ports des îles Canaries et des Baléares, ont vu leurs volumes augmenter de 3,5 % pour atteindre 187 millions de tonnes. Cette augmentation est due à une croissance du flux de biocarburants et de gaz naturel afin de compenser la baisse du trafic de produits pétroliers et de pétrole brut.
En ce qui concerne les solides en vrac, la tendance est à la baisse. Dans l’ensemble, ils affichent une baisse de 11,1 % pour atteindre 90,1 millions de tonnes. La principale raison de cette baisse est l’importation de charbon, qui a chuté de 32,2 % pour atteindre 17,9 millions de tonnes. C’est pourquoi Gijon, le port de Gijon en Cantabrie, qui est principalement basé sur l’industrie sidérurgique, a enregistré la plus grande perte de solides en vrac avec une baisse de 2,6 millions de tonnes.6 Mt, contre 14,5 Mt. Un autre port fortement touché par le déclin du vrac sec est le port de Ferrol San Cibrao qui a vu son trafic passer de 2,6 Mt à 8 Mt. Le charbon est le principal courant qui traverse le port de Gallice. Le vrac solide est également en baisse à Ferrol en raison du déclin de l’activité d’Alcoa et, par conséquent, de l’approvisionnement en bauxite des usines locales.

Marchandises diverses : un flux de 274 Mt

Le fret général a largement compensé le retard pris par le vrac. En outre, avec une augmentation de 2,5 %, le volume du trafic est passé à 274 tonnes. Différents secteurs ont contribué à la hausse du trafic. Les minerais non métalliques ont vu leur trafic augmenter de 18 pour cent. Les fourrages et les tourteaux ont augmenté de 14 %, tandis que les légumes et les fruits ont progressé de 8 %. Les conteneurs ont joué un rôle majeur dans cette évolution, avec de bons résultats à Algeciras et au port de Valence.
Le commerce conteneurisé confirme pour la 2ème fois consécutive la première position du port de Valence. En plus d’une augmentation de 5 pour cent, le port de la région sud-est de la péninsule ibérique a connu une croissance de 5 pour cent pour atteindre 5,4 MEVP. Plus de la moitié du trafic est constituée de transbordements. Le deuxième port à conteneurs d’Espagne est celui d’Algeciras, avec un total de 5,1 MEVP, en hausse de 7,2 %. Le port reste l’un des principaux centres de transbordement qui relient la Méditerranée et l’Atlantique. 4,4 MEVP sont transbordés dans le port du sud, ce qui représente 86 % du trafic total de conteneurs. Pour le port de Barcelone, qui a été pendant une période considérable le principal concurrent du port d’Algésiras en Méditerranée et a subi une augmentation de 2,9 % dans la gamme de 3,3 MEVP. Au final, le dernier port du millionnaire en Espagne, Las Palmas, a pu voir ses flux baisser de 11,7 pour cent à un million d’EVP.

Barcelone, Valence et Santander ont connu une baisse de trafic

Le nombre de voitures neuves immatriculées a diminué de 3,6 %, passant de 3,3 millions d’unités. Barcelone et Valence, les deux principaux ports espagnols qui gèrent le trafic, perdent une partie de leur flux. Barcelone a vu son trafic baisser de 4 %, le portant à 777 177 unités. À Valence, la quantité de véhicules a diminué de 11,9 %, pour atteindre 720 825 unités. Le long de la côte atlantique, les deux plus grands ports espagnols pour voitures, Vigo et Santander, ont connu des fortunes diverses. Le port de Vigo est celui qui fournit une part importante de ses automobiles au marché français, a augmenté de 6,8 pour cent pour atteindre 481 277 unités. Santander n’a pas connu les mêmes gains, avec une augmentation de 4,8 pour cent pour atteindre 466 158 voitures.