L'électricité provenant de la côte pour près de la moitié de la production norvégienne de pétrole et de gaz

Près de la moitié de la production pétrolière norvégienne sera bientôt alimentée par l'énergie du rivage, car les entreprises envisagent de multiples projets d'électrification qui pourraient réduire considérablement les émissions.

Le rapport est remis à la ministre du Pétrole et de l'Énergie, Tina Bru

Aujourd'hui, huit champs de la plate-forme norvégienne sont alimentés par le réseau électrique norvégien et il a été décidé d'alimenter huit autres champs en électricité de cette manière.

Cela signifie que le CO total2 les émissions seront inférieures d'environ 3,2 millions de tonnes par an à ce qu'elles auraient été autrement, selon un rapport de la Direction norvégienne du pétrole (NPD).

Six autres projets d'électrification approchent d'une décision d'investissement. S'ils sont adoptés, les émissions évitées s'élèveront à env. 4,9 millions de tonnes de CO2 par an.

Les projections du NPD montrent qu’à ce stade, plus de 50% de la production pétrolière norvégienne sera alimentée en électricité depuis la côte au milieu des années 2020.

Cela ressort d'un rapport préparé par le NPD en collaboration avec la Direction norvégienne des ressources en eau et de l'énergie (NVE), l'Agence norvégienne de l'environnement et la Petroleum Safety Authority.

Le rapport a été soumis au ministre du Pétrole et de l'Énergie Tina Bru le vendredi 26 juin.

«En quelques années, l’électricité du rivage peut nous permettre d’éviter le CO2 équivalentes à 10% des émissions norvégiennes totales de gaz à effet de serre. À ce stade, près de la moitié de la production pétrolière et gazière norvégienne sera alimentée par l'énergie du rivage », a déclaré le directeur général Ingrid Sølvberg.

«Les entreprises travaillent également sur plusieurs projets qui pourraient fournir des réductions d'émissions supplémentaires au-delà de cela».

Champs électrifiés & projets adoptés

Aujourd'hui, les champs de Troll, Gjøa, Ormen Lange, Valhall, Goliat et Johan Sverdrup ont des installations alimentées directement à partir du rivage.

Vega est également exploitée à partir du rivage via son installation hôte Gjøa et Hod via Valhall.

Le champ de Martin Linge, qui est en cours de développement, sera alimenté directement à partir du rivage.

Les champs Edvard Grieg, Ivar Aasen, Gina Krog, Solveig et Hanz seront alimentés par la solution de zone sur le mont Utsira, qui fait partie de la deuxième phase du champ Johan Sverdrup. Les champs de Duva et Nova seront exploités à partir de la rive via Gjøa.

L'électricité du rivage à ces 16 champs entraînera une réduction du CO2 les émissions en Norvège de 3,2 millions de tonnes par an, par rapport à ce qu'elles auraient été autrement, a déclaré le NPD.

Électricité du rivage en phase de planification

En plus des 16 champs qui sont soit exploités à partir de la côte, soit là où cela a été adopté, six autres projets ont atteint un stade avancé de la phase de planification. Ces projets concernent Troll B, Troll C, Oseberg Field Center et Oseberg Sør, Sleipner et l'installation terrestre de Melkøya.

Une décision d'investissement a été prise pour Sleipner en mai et le projet fait actuellement l'objet d'un examen réglementaire. Le projet fournira également de l'électricité de la rive aux champs associés Gudrun, Sigyn, Gugne et Utgard.

Les entreprises ont communiqué des données sur les projets en phase de planification sur la base de leurs études. Le rapport présente les coûts de mesure calculés sur la base de ces données. Les calculs montrent que les projets ont un coût mesurable inférieur à 1 500 NOK par tonne de CO2.

Les projets représentant les réductions d'émissions les plus importantes sont l'installation terrestre de Melkøya, Troll B, Troll C, Oseberg Field Center et Oseberg Sør.

Les entreprises ont indiqué que tous les projets prévus pourraient être opérationnels à partir du milieu des années 2020.

Système d'alimentation onshore

«L'électrification de la plate-forme aura des conséquences pour le système électrique à la fois sous la forme de prix de l'électricité un peu plus élevés et d'un besoin d'investissements accrus à terre», a déclaré le directeur général de NVE Kjetil Lund.

Les six projets aux stades avancés de la phase de planification augmenteront la consommation annuelle d'énergie en Norvège jusqu'à 4 TWh, soit environ 3% par an.

L'électricité provenant de projets à terre entraînera une augmentation des prix de l'électricité en Norvège et de plus petites différences de prix de l'électricité entre le nord et le sud de la Norvège.

Une condition préalable importante est que le système électrique onshore puisse gérer l'augmentation de la consommation, sans que cela affecte négativement la sécurité d'approvisionnement des clients existants.

La plupart des projets d'électricité à terre qui sont en cours de planification nécessiteront des mesures dans le réseau électrique. L'électrification de l'installation terrestre à Melkøya nécessite la construction d'une nouvelle ligne électrique.

Il est également vrai qu'avec les investissements actuellement prévus dans le réseau, l'installation à terre de Melkøya, Troll B et C, Oseberg Field Center et Oseberg Sør devra être déconnectée dans des situations tendues du réseau électrique, et potentiellement utiliser son propre dos. -up alimentation.