L’endroit où le gros moteur

Tous les trois ans, la grande industrie des moteurs se réunit pour le Congrès Mondial de la CIMAC. L’année prochaine, après Helsinki en 2016 et Vancouver en 2019, Busan en Corée du Sud accueillera le Congrès de la CIMAC du 13 au 17 juin 2022. La construction navale est dominée par l’Asie avec la Corée du Sud comme acteur clé depuis des décennies. Il y a donc de bonnes raisons pour que le Congrès s’y réunisse.

Mais, pour répondre d’abord à la question qui se pose le plus actuellement : sur fond de pandémie, le congrès aura-t-il vraiment lieu ? Personne ne peut le savoir avec certitude, et il n’y a certainement aucune garantie. Mais nous observons des évolutions rassurantes dans de nombreux pays du monde. Avec la progression de la vaccination, la pandémie est maîtrisée. Nos plans continuent de tourner à plein régime, car nous sommes convaincus que les gens ont besoin de se rencontrer. Nous sommes prêts pour la Corée et le Congrès. Donc, espérons-le, l’année prochaine à Busan, des experts du monde entier se rencontreront, rassembleront des informations d’actualité, suivront des conférences et des tables rondes d’éminents experts de l’industrie, discuteront entre eux et rechercheront des solutions toujours meilleures. Bien sûr, il y aura de nouveau une salle d’exposition et aussi de nouveaux formats comme la scène de pitch. Les événements sociaux et les visites techniques renforceront encore les excellentes possibilités de réseautage à Busan.

En fait, l’année prochaine, notre Congrès se tiendra déjà pour la 30e fois. C’est une réussite impressionnante, ainsi que le nombre constant de participants. Plus de 800 experts du monde entier sont venus à Vancouver en 2019. Nous sommes convaincus que nous accueillerons un nombre tout aussi élevé de participants à Busan. Nous avons reçu plus de 500 propositions de résumés suite à notre appel à communications, en compétition pour près de 280 présentations au #Congrès CIMAC en 2022. Ainsi, l’intérêt est très élevé, et pour beaucoup dans l’industrie des gros moteurs, la participation au Congrès CIMAC est un indispensable.


CIMAC 2019 à Vancouver. Photo courtoisie CIMAC


L’orientation thématique qui attend les participants au prochain Congrès est diversifiée. Comme les années précédentes, notre objectif est de couvrir la quasi-totalité des défis auxquels est confrontée la grande industrie des moteurs. Celles-ci incluent de nouvelles solutions et de nouveaux développements ainsi que l’optimisation continue et l’amélioration détaillée des systèmes existants. Des sujets brûlants tels que la numérisation et l’intégration de systèmes, pour ne citer que deux autres domaines importants, ne doivent bien sûr pas être manqués, car ils nécessitent une collaboration à un niveau plus large. Les quatre catégories principales du programme du Congrès cette fois sont « Systèmes énergétiques intelligents », « Technologies éprouvées », « Vers zéro émission » et « Recherche fondamentale ». tous savent que malheureusement, la transition énergétique est globalement en retard par rapport aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, et cela s’applique également au transport maritime. C’est d’autant plus grave que l’industrie représente environ 2,5% des émissions mondiales de CO2 et, en même temps temps, les volumes de transport en mer devraient continuer à augmenter. L’industrie est appelée à agir et à prendre des mesures concrètes pour réduire les émissions de CO2. Pour ce faire, nous devons continuer à élargir nos connaissances, échanger constamment des idées tout au long de la chaîne de valeur et identifier les meilleurs moyens d’atteindre nos objectifs.Une multitude de facteurs et de mesures doivent être liés entre eux.

L’électrification directe, qui est une possibilité de mobilité sur terre, ne fonctionnera que dans une mesure limitée pour la navigation, par exemple dans les applications côtières. Le moteur à combustion continuera à jouer un rôle central pour la navigation hauturière. Cependant, des concepts et des idées sur la façon de remplacer les combustibles fossiles par des alternatives neutres en CO2 doivent être mis en pratique, et cela doit se produire rapidement. Le GNL est déjà plus largement utilisé et de nouveaux projets avec de l’hydrogène, de l’ammoniac ou du méthanol comme alternatives émergent sur le marché. Ce sont des étapes importantes, et d’autres doivent suivre rapidement. L’avenir réside très probablement dans les sources d’énergie chimiques. Si les vecteurs énergétiques utilisés sont produits avec de l’hydrogène vert, les navires fonctionneront de manière neutre en CO2 voire sans CO2. Reste à savoir laquelle des différentes technologies l’emportera finalement. Le congrès de la CIMAC est l’endroit idéal pour discuter en détail de telles questions et de bien d’autres. Pour moi, c’est un must pour y assister.


A propos de l’auteur: Christoph Rofka est CIMAC Vice President Communication et Senior Vice President – ​​Head of Global Product Group Medium, Low Speed ​​and Rail, ABB Turbo Charging.

Vous pourriez également aimer...