Les capitaines de navires prétendument détenus par la marine indonésienne dénoncent les pots-de-vin et la trahison

En proie aux moustiques la nuit et aux singes en maraude le jour, Glenn Madoginog, un capitaine de navire, a été détenu pendant plusieurs mois dans une base navale en Indonésie avant de se retrouver dans une cellule de prison exiguë, couchant avec des violeurs d’enfants et des meurtriers condamnés.

Le Philippin, père de quatre enfants, faisait partie des dizaines de capitaines de navires détenus à la base navale de Batam après avoir été arrêtés sur des informations faisant état d’ancrage dans les eaux indonésiennes sans autorisation en attendant d’entrer à Singapour, par douzaine de personnes. impliqués dans les affaires, y compris les capitaines de navires, les propriétaires de navires, les assureurs et les intermédiaires.

La plupart des capitaines ont été libérés quelques semaines après que les armateurs aient effectué des paiements monétaires non officiels aux intermédiaires de la marine. Dans de tels cas, le paiement se situait entre 300 000 $ et 400 000 $, par information provenant de plusieurs sources.

Capitaine de navire
Image à des fins de représentation uniquement

Mais Madoginog, 47 ans, dit que son entreprise a décliné, alors lui et son navire, le pétrolier Seaways Rubymar, âgé d’au moins 20 ans, étaient captifs à la base de Batam, une île indonésienne située à 20 milles au sud de Singapour.

Après une attente allant jusqu’à six mois, Madoginog a été condamné à 60 jours de prison en mars, sa vie autrefois fière en tant que capitaine de navire a été brisée alors qu’il se retrouvait dans une cellule infestée de cafards et surpeuplée.

Les derniers mois ont été la pire phase de sa vie, a rapporté Madoginog à Reuters dans son appartement à Manille, où il est revenu en mai 2022.

Il a ajouté qu’il se sent désespéré et honteux.

La société américaine International Seaways (INSW.N), l’un des plus grands opérateurs de pétroliers au monde et propriétaire du Seaways Rubymar lors de son arrestation, a déclaré qu’elle avait poursuivi des voies légales pour faire libérer le navire et Madoginog.

Selon la politique, ils ne paient pas de pots-de-vin, a-t-il déclaré via une réponse par e-mail à Reuters, ajoutant qu’il avait fait tout son possible pour améliorer les conditions de détention de Madoginog et continuait de lui fournir un soutien médical et financier ainsi qu’à sa famille.

Le Seaways Rubymar aurait depuis été démoli.

Des dizaines de navires attendaient d’entrer à Singapour. Ils ont été saisis en 2021 par la marine indonésienne pour ancrage illégal dans ses eaux territoriales. Reuters a rapporté que la plupart d’entre eux avaient été libérés après que les armateurs aient effectué des paiements non officiels.

Les eaux situées juste à l’est de Singapour sont utilisées depuis des décennies par des navires attendant d’entrer dans la cité-État. Cependant, la marine indonésienne a sévi contre le navire qui (selon eux) jette l’ancre sur le territoire national sans s’acquitter des frais de port.

La marine indonésienne aurait déclaré qu’elle ne recevait ou ne demandait jamais d’argent pour libérer les navires.

Les détentions sont traitées par les tribunaux, ou les navires sont libérés s’il n’y a pas suffisamment de preuves pour poursuivre, a déclaré un porte-parole de la marine.

La marine n’a pas répondu aux demandes de commentaires supplémentaires.

Julius Widjojono, un porte-parole, a cependant informé Reuters en septembre que le chef de la marine partageait une équipe d’enquêteurs à Batam sans partager de détails supplémentaires ni de délai.

« C’est du piratage. »

Les quatre capitaines de navire ont déclaré qu’ils croyaient fermement qu’ils avaient été détenus contre rançon dans le cadre d’un programme d’extorsion bien organisé exploité par les membres de la marine, comme l’a rapporté Reuters plus tôt.

David Ledoux, un Américain qui était le capitaine du navire de pose de câbles à fibres optiques nommé Reliance lors de son arrestation en 2021, a déclaré qu’il avait esquivé la prison après que le propriétaire du navire eut effectué un paiement monétaire non officiel pour le sauver.

C’est de la piraterie sous sa forme la plus simple: arrêter le navire, arrêter le capitaine du navire, détenir la rançon ferme, obtenir l’argent, a partagé Ledoux avec Reuters dans sa maison de New Bern en Caroline du Nord, accusant également les membres de la marine d’avoir orchestré un tel stratagème.

Reuters n’a pas pu déterminer le montant payé pour libérer le navire ni quand ce paiement a été effectué.

Le propriétaire de Reliance, SubCom, une entreprise de câble sous-marin basée dans le New Jersey, n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’ambassade des États-Unis à Jakarta a informé Reuters qu’elle était au courant des détentions et des paiements effectués à des parties prétendant représenter la marine indonésienne.

Les navires doivent être prudents lorsqu’ils naviguent dans ces eaux », a déclaré un responsable américain, sans répondre à d’autres questions.

L’alternative au paiement des intermédiaires travaillant pour le compte de la marine était d’attendre que les affaires soient portées devant les tribunaux, laissant les navires inactifs pendant des mois et coûtant beaucoup plus aux propriétaires en termes de perte de revenus pour les navires qu’ils pourraient rapidement louer pour des milliers de dollars. chaque jour.

Ledoux, 57 ans, s’est demandé pourquoi les gouvernements et les armateurs ne faisaient pas plus pour sensibiliser à un tel problème.

L’Organisation maritime internationale (OMI), une agence des Nations Unies chargée de la sûreté et de la sécurité du transport maritime, a déclaré qu’elle examinait les questions soulevées par les membres. Il n’avait pas encore reçu de demande d’examen de cette affaire.

La zone où les navires ont été détenus se situe à plus de 12 milles marins de la côte indonésienne, la distance standard considérée comme étant dans les eaux internationales en vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Les capitaines ont mentionné que les Seaways Rubymar et Reliance étaient ancrés dans la zone connue sous le nom d’East OPL.

L’Indonésie, cependant, est un archipel couvrant plus de 17 000 îles. Ses eaux territoriales peuvent être tracées autour des récifs asséchés ou des îles inhabitées, ce qui pourrait également signifier que les capitaines croient, à tort, qu’ils se trouvent dans les eaux internationales, ont déclaré un avocat maritime et des assureurs de navires.
C’est pourquoi les gens ont été pris au dépourvu, a expliqué Stephen Askins, un avocat maritime basé à Londres.

Ledoux a déclaré qu’il avait été dirigé vers l’endroit où ancrer le navire par un agent de SubCom basé à Singapour nommé Ben Line. Madoginog a déclaré que sa position de mouillage avait également été approuvée par les V-Ships, une société basée à Londres qui gère son pétrolier, sans fournir d’autres preuves.

Ben Line a refusé les allégations d’actes répréhensibles sans répondre à aucune question concernant l’ancrage. V-Ships n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Ledoux et la plupart des capitaines de navires détenus par la marine ont été libérés quelques semaines après que les armateurs auraient effectué un paiement. Les 12 personnes impliquées dans les transactions ont informé Reuters.

Lorsque Ledoux a été libéré le 28 octobre, il a mis le Reliance à Singapour pour des activités de maintenance. Une fois les réparations effectuées, il a été appelé par le directeur des opérations de la flotte SubCom, Scott Winfield, disant que son ton était passé de compatissant à hostile. Ledoux s’emporte et présente sa démission.

Winfield et SubCom n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Madoginog a informé qu’il avait été arrêté le 16 septembre 2021 lors d’un raid à l’aube par des officiers de marine concernés. Il a ajouté qu’ils lui avaient demandé de naviguer jusqu’à Batam, puis de venir à terre pour signer les papiers d’autorisation du port. Ils l’ont en outre informé que la paperasse ne prendrait que quelques heures.

À son arrivée, il a été placé dans une pièce sombre et étouffante par des agents, avec un lit non couvert et des toilettes sales. Un officier a demandé le numéro de téléphone des propriétaires du navire et est parti.
Il n’y avait pas d’oreiller, de draps, de climatisation, de ventilateurs, rien, a déclaré Madoginog, ajoutant qu’il fut un temps où il comptait 27 autres capitaines de navires dans des pièces similaires.

Ledoux et Madoginog sont devenus amis, lavant leurs vêtements, brûlant des ordures dans la cour à l’extérieur des chambres et recherchant des macaques à longue queue.

« Ils m’ont laissé derrière. »

Buana Saka Samudera, un agent indonésien, associé à l’International Seaways, a fourni à Madoginog de la literie, de la nourriture et une unité de climatisation pour sa chambre sur la base et lui a finalement obtenu sa cellule et une nourriture de meilleure qualité en prison.

Buana Saka Samudera n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Madoginog a déclaré qu’il ne travaillait pas actuellement et qu’il était sous traitement pour dépression à la suite de l’épreuve.

D’autres capitaines de navires ont fait moderniser leurs chambres sur la base de Batam par des agents locaux payés par leurs armateurs. Après la libération des capitaines, le personnel de la marine s’est parfois déplacé vers les quartiers rénovés, ont déclaré Ledoux et Madoginog.

Madoginog a ajouté qu’il devait rester sur la base jusqu’à la mi-novembre, lorsque les responsables de la marine l’ont renvoyé, ainsi que les autres capitaines, à leurs navires après un article de Reuters sur les arrestations.

Madoginog est resté sur le navire jusqu’à ce qu’il ait été reconnu coupable en mars en raison du mouillage illégal et condamné à deux mois de prison, selon des documents judiciaires. Il dit qu’il n’a pas compris ce que le juge, le procureur ou ses interprètes avaient dit et qu’il n’a pas pu fournir de preuves lors de nombreuses audiences.

Reuters n’a pas pu voir les preuves présentées au procès pour prouver que le navire se trouvait dans les eaux indonésiennes.

Edy Sameaputty, un porte-parole du tribunal de district de Batam, a déclaré que le procès avait été mené conformément aux lois pénales applicables et que Madoginog avait le droit de se défendre. Au moment où il est sorti de prison, le navire et les membres d’équipage de Madoginog étaient partis, et personne de l’entreprise n’était présent pour le rencontrer. Il a ajouté qu’il avait été laissé pour compte.

Références : Investissement, Reuters, Yahoo News

Dernières nouvelles sur l’expédition