Les coûts de l’éolien offshore en 2050 pourraient être inférieurs aux prévisions

Les coûts de l’énergie éolienne, y compris l’éolien offshore et onshore, pourraient baisser de 37 à 49% d’ici 2050, ce qui entraînerait des coûts inférieurs de 50% aux prévisions d’une analyse en 2015, selon une nouvelle étude financée par le ministère américain de l’Énergie et publiée dans Énergie de la nature.

Dans la même étude réalisée en 2015, les experts prévoyaient à l’époque des réductions de 24 à 30% du coût actualisé de l’énergie (LCOE) d’ici 2030 et de 35 à 41% d’ici 2050.

La dernière analyse, datant de 2020, montre que le coût de l’énergie éolien offshore nivelé LCOE a chuté de 28 à 49% de 2014 à 2019 sur la base de diverses estimations récentes au niveau mondial et de l’Union européenne, bien plus importantes que prévu en 2015, avec la maturation de l’industrie et la baisse des coûts s’accélère encore au cours des cinq dernières années.

Les réductions de coûts observées au cours des cinq dernières années et les progrès continus sont les principales raisons de la baisse des coûts prévue, selon l’étude.

Les prix des finances et des matériaux ont joué un rôle dans la chute du coût du capital à des niveaux historiquement bas et les produits de base pertinents tels que l’acier ont vu leurs prix baisser. Les fortes réductions de coûts ont également coïncidé avec une utilisation accrue des marchés publics concurrentiels, selon l’analyse, qui indique en outre que les experts ont peut-être déjà sous-estimé les pressions sur les coûts désormais induites par les enchères et d’autres formes de marchés publics compétitifs.

La source: Une enquête de sollicitation d’experts prédit une baisse de 37% à 49% des coûts de l’énergie éolienne d’ici 2050 étude

Les réductions de coûts ont augmenté la demande pour l’éolien offshore, conduisant à une industrialisation plus poussée non seulement des éoliennes, mais aussi des fondations, de l’installation et d’autres éléments. En outre, les progrès techniques ont permis aux turbines de croître plus rapidement que les experts ne l’avaient prévu auparavant.

L’augmentation de la taille de la turbine est également considérée comme le facteur le plus critique pour la réduction du LCOE. La croissance prévue précédemment des capacités typiques des éoliennes offshore de 2014 à 2030 prévoyait une augmentation de 3,4 à 11 MW. En 2019, les capacités réelles des turbines ont atteint 7 MW dans l’éolien offshore, en seulement cinq des 16 années intermédiaires.

La baisse du LCOE de l’éolien flottant va plus lentement que celle de l’éolien flottant et, étant donné l’état naissant de l’éolien flottant en mer, les experts prédisent que le LCOE en 2025 sera plus élevé que les coûts à fond fixe de 2019.

L’analyse est basée sur deux enquêtes, l’une réalisée en 2015 et l’autre en 2020, où les répondants provenaient de l’industrie éolienne et possèdent diverses expertises dans le secteur. L’étude, réalisée et publiée aux États-Unis, a été menée sous les auspices de l’accord de mise en œuvre éolienne de l’AIE pour la coopération dans la recherche, le développement et le déploiement de systèmes d’énergie éolienne (IEA Wind).

L’étude est rédigée par le personnel du Lawrence Berkeley National Laboratory, du National Renewable Energy Laboratory (NREL) et de l’Université du Massachusetts — Amherst, et financée par le Département américain de l’énergie (DOE).

Tout savoir sur l’Océan Pacifique !