Les entreprises énergétiques font face à une autre tempête dans le golfe des États-Unis

Royal Dutch Shell a commencé lundi à évacuer le personnel d’une plate-forme pétrolière américaine du golfe du Mexique, et d’autres sociétés énergétiques ont commencé à se préparer aux vents de force ouragan d’une deuxième tempête sur la côte du golfe du Mexique en autant de semaines.

La tempête tropicale Nicholas était à environ 105 miles (115 km) au sud de Port O’Connor, au Texas, et se déplaçait vers le nord avec des vents de 60 miles par heure (97 km/h). Cela pourrait devenir un ouragan juste avant de toucher terre lundi, selon le National Hurricane Center.

Des vagues soulevées par Nicholas approchant les 12 pieds (3,7 m) de hauteur ont été signalées à l’extérieur de Port Aransas, près de Corpus Christi, au Texas, avec des rafales de vent atteignant 54 mph à environ 40 miles à l’est de Padre Island, a déclaré le National Weather Service.

Des précipitations totales allant jusqu’à 16 pouces et peut-être 20 pouces dans certaines zones isolées étaient prévues pour la côte du Texas.

Nicholas est le deuxième cyclone à menacer le complexe énergétique de la côte du golfe des États-Unis ces dernières semaines. L’ouragan Ida a fait des ravages dans les installations de production et de raffinage du pétrole fin août et début septembre.

Selon le Bureau of Safety and Environmental Enforcement (BSEE), plus de 40% de la production de pétrole et de gaz du golfe du Mexique américain est resté hors ligne lundi, deux semaines après qu’Ida a percuté la côte de la Louisiane.

Shell a commencé à évacuer le personnel non essentiel de sa plate-forme Perdido, qui n’a pas été affectée par Ida. Il continuait d’évaluer les dommages causés à son hub West Delta-143, une station de transfert pour trois grands champs pétrolifères qui restent hors ligne.

Ports rabattus
Les expéditeurs ont été avertis des vents de force ouragan dans les terminaux d’exportation de pétrole sur la côte du Texas. Le port de Corpus Christi pourrait voir des vents de force ouragan le lendemain, ont déclaré les garde-côtes américains, et les pilotes y ont suspendu leurs activités.

Les garde-côtes ont ordonné aux navires des ports texans de Houston, Galveston, Texas City et Freeport de cesser les transferts de cargaison si les vents atteignaient 40 mph. Il a interdit le transit entrant de 500 tonneaux de jauge brute et de plus gros navires aux quatre.

Les raffineurs ont également commencé à se préparer pour la tempête. Les raffineries Phillips 66 de Sweeney, au Texas, et de Lake Charles, en Louisiane, ont activé leurs plans en cas d’ouragan, Exxon Mobil a préparé ses complexes pétrochimiques de Baytown et Beaumont, au Texas, pour les intempéries, et Citgo Petroleum a déclaré qu’elle sécurisait sa raffinerie de Corpus Christi au Texas.

« Le gros problème sera la pluie. Ce sera une tempête lente. Lorsque les tempêtes se déplacent à une vitesse de 5 à 8 milles à l’heure, elles peuvent mettre un certain temps à se dissiper », a déclaré Phil Klotzbach, chercheur à Université d’État du Colorado.

Les contrats à terme sur le brut américain ont augmenté de plus de 1% lundi à 70,56 $ le baril, tandis que les contrats à terme sur l’essence étaient à peu près stables à 2,1625 $ le gallon.

Les importations et les exportations de pétrole sont confrontées à des retards potentiels de Nicholas. Les navires qui n’ont pas pu charger ou décharger pendant Ida pourraient être à nouveau détournés, ont déclaré les expéditeurs.

Le premier superpétrolier prévu d’accoster depuis Ida au Louisiana Offshore Oil Port (LOOP), le plus grand terminal privé américain pour les exportations et les importations de brut, n’a pas encore été chargé, selon le suivi des navires de Refinitiv Eikon.

(Reportage de Liz Hampton, Marianna Parraga et Arpan Varghese ; édité par Marguerita Choy et Steve Orlofsky)

Vous pourriez également aimer...